• Accueil
  • > Recherche : sine mensuel chronique

Résultats de la recherche pour ' sine mensuel chronique '

AAARG! N°11 (2015)

aaarg11

AAARG! se saborde en pleine gloire. « Mieux vaut mourir jeune que vivre vieux » comme disais l’autre. Ce bon vieil adage punk convient parfaitement à la situation, tant AAARG! fut une énergie folle, un diamant brut. Une certaine idée du « sans concessions » et de l’indépendance d’esprit. Un improbable ensemble de formes, de traits et de mots. Une diversité qui génère malgré tout une incroyable cohérence éditoriale, comme seule la revue Metal Hurlant a pu le générer dans sa grande période. Une filiation confirmée par Monsieur Dionnet himself, qui assure l’édito du n°10 : « AAARG ! Est un bon titre, toujours assez à lire, à regarder, pour qu’on attende le suivant. C’est n’importe quoi. Ça va dans tous les sens. C’est bien. Je repense à ma pile de AAARG !, épaisse, et il y a déjà des albums, issus des numéros passés.. Il n’y a pas de sponsor pour tuer la poule avec ses opinions préconçues et ses diktats mous. Et moi je suis un peu jaloux. Et je me souviens : Faire un journal, à l’instinct, qu’est-ce que c’est dur… On a pas le temps d’avoir une vie. »

Connaissant déjà une partie des dessinateurs inscrits au générique (Caritte, Rifo, Texier, B-gnet, Jurg, Lacan…) , j’en ai découvert de prometteurs qui, s’ils ne sont pas de grands virtuoses du dessins, possèdent une indéniable personnalité et osent l’expérimentation graphique (sans pour autant se perdre dans des délires narratifs abscons, quoique…). Les membres de l’équipe ne sont pas là pour faire joli. Ils bousculent, dérangent, uppercutent leurs lecteurs, et c’est tout ce qu’on demande, maso que nous sommes. Tous ne font pas dans le second degré et nous envoient en pleine face leurs obsessions parfois morbides. Mais ils le font à fond et vont au bout de leurs démarches et de leurs histoires.

Ne réduisons pas cette revue à ses seuls dessinateurs (ce qui suffirait déjà largement). AAARG!, c’est aussi un bel écrin (une collection qui a de la gueule dans la bibliothèque) et un sacré rédactionnel : les éditos pleins de sens de Pierrick Starsky, les érudites chroniques ciné (plutôt déviant) de The Scag et The Floozie, le chaleureux « In bed with » ou l’alphabétique « Dans la cuisine de », des interviews franches et passionnées d’Artistes remarquables (Burns, Mezzo, Sourdrille, Loïs…) qui ne sont pas insensibles à cette passion communicative…

AAARG! Est mort avec ce numéro, vive AAARG! Fin de l’oraison funèbre. A présent nous avons une naissance à fêter ! Dès janvier, il déboule, tout neuf, le fiston, la relève, c’est reparti pour un tour (nous et nos révolutions) : souhaitons la bienvenue à AAARG! Mensuel. (Pierrick Starsky dans son édito du n°11). La version mensuel sortira dès janvier en presse.

AAARG! a été, est et restera une bouffée d’air vicié dans le monde bien policé des revues de bande dessinée.

beast-off-

aaarg.fr

Ent’revues

kaboom4

L’aurions nous enfin ce magazine de critique de bande dessinée tant attendu, qui rend pleinement compte de la richesse et la créativité du neuvième art, de sa production et de ceux qui la font ? Il semblerait en effet. Ka Boom est une revue trimestrielle qui prend le temps d’analyser, de rencontrer, de comprendre, sans céder aux sirènes de l’actualité immédiate (voire l’interview de Joe Matt qui n’a rien produit depuis plus de dix ans). Et sans pour autant se déconnecter du milieu, comme en attestent les dossiers concernant le festival d’Angoulême ou les dernières nouveautés éditoriales (en avant-première pour certaines). Du « mainstream » (Schtroumpfs, Asterix, Spirou), aux « indépendants » (Daniel Clowes, Blutch, Sfar & Trondheim, Ruppert & Mulot…), des anciens (Gus Bofa, Herriman, Don Rosa, René Follet) aux incontournables (Tardi, Corben, Jaime Hernandez, Willem, Floc’h, Gipi…), sans oublier les petits nouveaux (Nadja, Joff Winterhart), la rédaction évite tout clivage et guéguerres de chapelles.

Le choix des artistes et des œuvres présentées me convient tout à fait. Proposer des dossiers qui ont l’intelligence d’éviter les traditionnels écueils de l’hagiographie (bio-biblio), en abordant l’Œuvre d’un auteur sous un angle original (l’influence de Moebius sur les auteurs japonais, l’influence de Gus Bofa sur les dessinateurs contemporains…). Susciter des rencontres entre artistes (interviews de Dan Clowes par Pirus et Mezzo, Peter Belgvad par JC Menu, Joff Winterhart par Nine Antico, Willem par Morvandiau…), établir des liens inattendus (les schtroumpfs et le dadaïsme), créer des ponts entre les continents et les époques, telles sont les ambitions réussies de Ka Boom.

aaarg3

Troisième numéro pour le bimensuel Aaarg, qui garde le cap et semble avoir trouvé son rythme de croisière (et ses lecteurs). C’est une bonne chose, car cette revue possède de grandes qualités, tant formelles que de contenus. Son format d’abord, très grand, épais et coloré, associé à une qualité d’impression impeccable, m’évoque le regretté Ferraille Illustré. Une revue hors norme qui « ne rentrera jamais dans ma petite bibliothèque toute moite » (comme indiqué au dos du Ferraille n°27). Son contenu est riche et généreux (188 pages plus des posters), à l’image des collaborateurs du rédac’chef Pierrick Starsky. Petit name-dropping qui en dit long : Anthony Pastor,Tanxxx, Fabcaro, Terreur Graphique, Pixel Vengeur, Salch, Pochep, Bouzard, Sourdrille, B-gnet, Rifo, Caritte, Reuzé, Jürg…

La comparaison avec Ferraille ne s’arrête pas là. L’humour varié (potache, satirique, second degré, con, etc.) et la diversité graphique sont au rendez-vous. Son contenu alterne entre courtes planches de gag en strips (avec entre autres le Grotext d’Olivier texier, Paf et Hencule de Goupil Acnéique…) et longs récits d’une vingtaine de pages (Pastor dans le n°1, Caritte, Rifo et Starsky dans le n°3). Le tout entrecoupé de dossiers complets et bien ficelés qui parfois, en particulier « les chroniques de la bouche bée », flirtent avec l’esprit « Echo des Savanes », photos racoleuses en moins. Sans oublier des zooms sur des artistes-illustrateurs : Laurent Durieux, Il Gatto, Riff Reb’s ou Julien Loïs. Bien qu’étant une revue de dessins et d’illustrations, Aaarg n’a pas peur des mots. On peut trouver des pages entières de nouvelles inédites sans une seule illustration. Ce qui contribue à la diversité de l’ensemble. Une revue à suivre…

alim

Alimentation générale, de la jeune maison d’édition indépendante nantaise Vide Cocagne, est née de l’initiative de l’excellent Terreur Graphique (ce qui s’annonce bon !). Une sorte de fanzine de luxe sorti de manière plutôt confidentielle en juin 2011, qui en est actuellement à cinq numéros. Une revue placée sous le joug de l’ « umour et bandessinée ». Pas étonnant dans ce cas de retrouver cette constellation d’auteurs qui gravitent autour des planètes Fluide, Psikopat, Jade, Aaarg ou feu-Ferraille, coutumiers de ce genre de production (Guerse, James & Boris Mirror, Fabrice Erre, Gilles Rochier, Pixel Vengeur ou Pochep). Merci à l’ami Nantua de m’avoir offert ce premier numéro, exclusivement composé d’histoires courtes dessinées, certaines reliées autour du thème de la bouffe (d’où le titre), sans aucun rédactionnel. Ça se lit vite mais c’est bien foutu. J’ai hâte de me procurer les autres numéros…

Fanzine Zone…

A la manière de l’excellent site 1 fanzine par jour, je vais vous présenter quelques bons et incontournables fanzines BD sortis il y a quelques années, mais dénichés récemment… Les nouveautés, c’est bien, mais les vieilleries, c’est pas mal non plus !

Fanzine Zone... dans Presse et Revues schtroumpffanzine-204x300

Créé et édité par le jeune Jacques Glénat en 1969, Schtroumpf fanzine est la troisième mouture de cet acte fondateur des éditions grenobloises. D’abord production « Do It Yourself », le fanzine devient en 1972 Schtroumpf – Les Cahiers de la bande dessinée, une revue mensuelle consacré à l’actualité de la bande dessinée dirigée par Henri Filippini (puis par Thierry Groensteen et Numa Sadoul) qui s’attache à la découverte d’un auteur classique ou contemporain. De 1976 et 1979, Glénat sort en parallèle Schtroumpf Fanzine, qui reprend l’esprit du fanzine originel.

Ce numéro 28 de mars 1979 est consacré à Max Cabanes, comprenant une interview et présentant de nombreuses planches de l’auteur. On y trouve également un article complet de Filippini sur une revue allemande de l’époque (Super As). De son coté, Antoine Roux nous propose une analyse pertinente d’une planche de Jerry Spring qui nous en apprend beaucoup sur le mode opératoire de Jijé. Le fanzine termine sur des chroniques d’albums du mois, rédigées par Filippini, Roux et Jean Léturgie. Il manque actuellement une revue de ce genre, en particulier la formule « Cahiers de la bande dessinée » qui pouvait se comparer aux cahiers du cinéma et ainsi apporter un vision critique essentielle au neuvième art…

legoinfre8-215x300 dans Presse et Revues

Fanzine de bande dessinée parisien sorti entre 1990 et 1995 (17 numéros), Le Goinfre se place principalement dans la tradition du Métal hurlant des origines. Soit Fantastique, SF et Humour. D’où la présence de Druillet dans le numéro 8 ou Caza dans le numéro 9. Le Goinfre a reçu l’Alph’Art Fanzine du Festival d’Angoulême en 1994.

Un fanzine qui fait la part belle aux planches d’auteurs maisons (Bajram, Joan, Liberge…) qui, bien que sympathiques, fleurent bon l’amateurisme. Le tout entrecoupé de la gazette de l’asile, du rédactionnel dressant un état des lieux de la production fanzine et bédé du moment. Sans oublier en pages centrales l’interview de l’invité ! Bref, Le Goinfre est un fanzine dont seront sorti de bon dessinateurs maintenant reconnus (Pedrosa, Christopher, Bajram…) et qui aura influencé bon nombres de jeunes maisons d’éditions « indépendantes », telles que les éditions Groinge (qui éditaient le Phaco ou Comix Club) ou La Cafetière.

blackoutrevue18178-206x300

Fanzine bd des années 90 créé du côté de Toulouse, Black Out possède les caractéristiques habituelles de ce genre de publication : des planches (d’heroic fantasy, fantastiques ou absurdes) allant du plus amateur au plus pro (on y trouve le Kookarurra de Crisse), des chroniques d’albums et de revues faisant l’actualité, des nouvelles illustrées, des interviews de grands auteurs. Ce huitième numéro de janvier 1997 comprend un long entretien très bien mené avec le Maître Jean Giraud / Moebius et un plus court (mais non moins bien mené) avec Cromwell.

Chronique K.BD – L’Incal (intégrale)

Chronique K.BD - L'Incal (intégrale) dans Chroniques K.BD incal1

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que je participe (plus ou moins activement) au projet K.BD. Collectif de blogueur(euse)s  passionné(e)s de bande dessinée, l’idée de ce projet est de proposer des chroniques faites à plusieurs mains. Dès lors que l’on se met d’accord (de manière démocratique, à main levée) sur un thème mensuel et les albums s’y rattachant, chaque participant réalise sa chronique dans son coin (sur son blog). Un rédacteur volontaire est chargé d’établir une synthèse des diverses chroniques, éditée chaque dimanche sur le site K.BD. C’est moi qui m’y colle cette fois ci, pour la première fois, mais surement pas pour la dernière…

Il est des coïncidences dont on se passerait bien. Nous décidons, depuis deux mois au moins, de chroniquer l’Incal (dans le cadre d’une thématique sur la SF), et l’article sort le lendemain de la disparition de Moebius. Un hasard qui n’a rien d’heureux… R.I.P. Maitre, et merci pour tout !

incal2 dans Chroniques K.BD

Voir l’article

Presse en revues…

Presse en revues... dans Presse et Revues 4236003

Couverture double de Solé

J’apprends en lisant le dernier Fluide Glacial que Christophe Goffette est le nouveau rédacteur en chef de la revue, suite au départ de Thierry Tinlot, partit pour de folles soirées belges… Je suis d’abord agréablement surpris, Goffette est un bon, indépendant et sans concessions, et le savoir à la tête de Fluide n’annonce que du bon pour les mois à venir (en gros, ce n’est pas demain la veille qu’on trouvera de la publicité dans le journal !)

Puis, un doute m’assaille, cette nouvelle fonction aurait-elle un lien avec l’absence dans les kiosques de la revue Brazil2 depuis juin ? Je prospecte un peu sur le net et apprend par Wikipédia l’arrêt de diffusion des revues Crossroad et Brazil, éditées par Bandits Company, la société indépendante fondée par Goffette en 2000. « Du fait d’une chute aussi imprévisible qu’irrémédiable des rentrées publicitaires, les magazines cessent leur parution en juin 2011, après environ 250 numéros publiés en toute indépendance. » Merde !

Bon, la bonne nouvelle, c’est le retour de Siné dans les kiosques, avec un mensuel qui « fait mal et ça fait du bien ». On y retrouve de nombreux chroniqueurs et dessinateurs de l’hebdo, réunis dans un 32 pages à la maquette bien foutu, claire et colorée. A 4euros 80, toujours sans publicité, c’est le prix de l’indépendance…

De son côté, Charlie Hebdo a fêté son 1000ème numéro le 17 aout dernier. 1000 numéros depuis sa reprise en 1991 ! C’est tout de même un exploit pour un hebdo satirique. Vu les nombreux chamboulements survenus dans la rédaction ces dernières années, ce n’était pas gagné. Tant mieux pour nous !

sinemensuelkiosquehome dans Presse et Revues

12

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía