Résultats de la recherche pour ' siné '



L’humour bête et méchant bande toujours…

bétémé

Sale période pour les bêtes et les méchants. Après le forfait de Siné pour cause de crevaison, c’est le bien nommé « café bête et méchant » qui ferme ses portes, faute d’avoir trouvé un plus large public. A croire que les amateurs de cet humour « coup de pieds au cul » se font plus rares, à l’image de ses créateurs… La réalité est bien plus conne. Un mauvais timing. Le patron Christophe Bétémé à déposé le nom de son troquet le 5 janvier 2015 et a ouvert ses portes rue de Montreuil (dans le 11ème, pas loin de Charonne) fin octobre… Autant dire la poisse. Pourtant, les ingrédients étaient parfaits.

Christophe est un passionné généreux et grand collectionneur de tout ce qui concerne Hara-kiri, Charlie Hebdo et leurs nombreux satellites. Et leurs auteurs bien évidemment. Une somme incroyable (il a TOUS les numéros!), qu’il te met à disposition (si t’es sage) avec, ça va de soi, un bon verre (d’Anosteké Prestige, par exemple). J’ai pu ainsi tenir dans mes petites mains frêles et moites le premier numéro d’Hara-kiri, le premier Charlie hebdo, des numéros de Zero ou Cordées avec Cavanna comme rédacteur en chef, le Hitler = SS de Gourio et Villemin en hors série original, un almanach avec des dessins et mises en pages de Sépia/Cavanna…

Bref, le Café Bête et Méchant restera pour ceux qui l’auront connu un lieu unique et incontournable qui ne sentait pas la poussière et la nostalgie, mais la bonne bouffe (le gars Christophe sait mijoter) et le bon vin (on y trouve logiquement les vins de Gérard Descrambe et avons goulayé une excellente « chochotte du boulon »). Un lieu vivant, faisant la part belle aux expositions et concerts, servant aussi de décors pour un court métrage. Surtout, on y fait de belle rencontre, une clientèle aux petits oignons avec les camarades Delfeil de Ton, Gébé et Topor fils, JC Menu, Pacome thiellement, Yves Frémion, etc… J’ai eu pour ma part l’occasion de rencontrer la petite Virginie. Oui, celle de Cavanna. Elle est tout à fait comme il la décrit dans Lune de Miel. Une belle rencontre. Merci Christophe.

L’humour bête et méchant est immortel. Suffit de voir les belles rééditions (chez Les Cahiers Dessinés ou Wombat) qui foisonnent : Topor, Gébé, Delfeil, Choron, Fournier, le Lune de Miel encore dispo… Et le Siné Mensuel qui continue le combat ! On a encore de quoi s’en mettre plein la gueule !

bétémée

R.I.P. Siné

sinephoto

Que dire, si ce n’est qu’il va nous manquer le bougre. C’était le dernier de son espèce, traversant les époques sans jamais avoir changé de ligne de conduite, pour toujours révolté contre toutes les formes de pouvoir… Il a révolutionné l’art du dessin de presse, le transformant en une arme bien plus efficace pour changer les mentalités que la kalach. Siné nous a quitté, mais heureusement, Siné Mensuel lui n’est pas mort. Sa fidèle équipe sera toujours là pour « chier dans la colle et les bégonias » ! Continuons le combat, continuons d’acheter Siné Mensuel, histoire de niquer la mort en le rendant immortel. On le mérite bien. BANZAI !!!

une_sine_mensuel_novembre_2012_0

Topor encore…

toporvoyageurdulivre

On ne les arrêtent plus ! Les excellents Cahiers Dessinés creusent un peu plus encore dans les méandres de l’œuvre de Roland et mettent en lumière l’un de ses aspects peu connu et jamais compilé jusqu’alors. Après le dessinateur de presse, place au Topor illustrateur. Voyageur du livre. Le titre est parfait. Car s’il est un aventurier du dessin, défrichant des territoires inconnus et impensables, Topor peut se faire simple voyageur, se laissant guider par les balises d’autrui. Que ce soit de commande ou de son propre chef (esclave de ses passions, il n’illustre que ce qu’il aime), des auteurs mythiques ou des contemporains inconnus, Topor s’immisce sans dénaturer, respecte ou transgresse, interprète les obsessions de l’autre en y insufflant les siennes. « Lorsqu’il dessine dans la presse, Topor fait prévaloir son imaginaire sur l’actualité immédiate. En tant qu’illustrateur, il accepte une position plus complexe, plus à l’écoute de l’autre et à la recherche d’une résonance commune. » (Philippe Garnier en préface).

 vanpeeblestopor

Belle complémentarité avec les éditions Wombat, qui rééditent Le Chinois du XIVème de Melvin Van Peebles, illustré par Topor en 1964 dans les pages d’Hara-Kiri. Alors que le premier volume [1960-1980] du Topor Voyageur de Livre compile ses illustrations « hors textes », ce Chinois du XIVème  nous permet de les resituer dans leur contexte. On se rend compte qu’en quelques traits (ses dessins pour l’occasion sont vifs et contrastés), il cerne parfaitement les tensions dramatiques de ce conte philosophique de comptoir, le climax de chaque nouvelle. Il sait aussi s’arrêter sur des détails qui en disent long. L’anecdote et l’universel, une fois encore…

Wombat continue son remarquable travail de réédition des écrits de Roland et annonce la sortie de Joko fête son anniversaire pour le 19 février… Miam !

toporjoko

Ici – Richard McGuire (Gallimard, 2015)

mcguireici

Sûr que cet album n’a rien pour plaire aux détracteurs de la « bd’intello ». Un ouvrage qui se dit bande dessinée alors qu’il n’y a ni personnages principaux, ni phylactères, ni pitch facilement racontable. De plus, réalisé par un illustrateur du New Yorker, dont la couverture évoque un tableau d’Edward Hopper, édité chez Gallimard et, de surcroît, classé parmi les 20 meilleurs livres de l’année par le magazine Lire. Ça a de quoi agacer les amateurs de « vraie » bayday.

Pourtant, à bien y regarder, y a pas à dire, c’est bien un album de bande dessinée. Soit une histoire racontée par cet agencement particulier d’images et de mots. Et tout réside dans ce « particulier » justement. Mc Guire a mûrement réfléchi ce projet, et ça saute aux yeux. D’abord sous la forme de six planches en noir et blanc réalisé en 1989 (réédité récemment dans le Kaboom 08), Ici (et pas que maintenant!) est une formidable évocation du temps qui passe, dont seul le médium pouvait rendre la pleine mesure (mise en abyme temporelle, réflexions sur le cadre, enchaînement de séquences). Six pages qui ont durablement marqués un Chris Ware : « Anniversaires, décès et dinosaures : soit l’univers résumé en 36 cases ».

Unité de lieu et multitude de temps, Here (en anglais, ça sonne mieux!) est un récit tout à la fois réaliste et métaphysique. Avec cet album aux couleurs pastelles lumineuses et contrastées, Mc Guire développe son concept sur 300 pages sans jamais l’épuiser, et encore moins nous lasser. Car dès que l’on a rapidement capté ce procédé de « fenêtres temporelles », on ne décroche plus de ce voyage méditatif, que les ringards qualifierons de poétique… Jouer avec le système espace-temps sans faire dans la science-fiction, chapeau bas M’sieur Mc Guire !

mcguire1

AAARG! N°11 (2015)

aaarg11

AAARG! se saborde en pleine gloire. « Mieux vaut mourir jeune que vivre vieux » comme disais l’autre. Ce bon vieil adage punk convient parfaitement à la situation, tant AAARG! fut une énergie folle, un diamant brut. Une certaine idée du « sans concessions » et de l’indépendance d’esprit. Un improbable ensemble de formes, de traits et de mots. Une diversité qui génère malgré tout une incroyable cohérence éditoriale, comme seule la revue Metal Hurlant a pu le générer dans sa grande période. Une filiation confirmée par Monsieur Dionnet himself, qui assure l’édito du n°10 : « AAARG ! Est un bon titre, toujours assez à lire, à regarder, pour qu’on attende le suivant. C’est n’importe quoi. Ça va dans tous les sens. C’est bien. Je repense à ma pile de AAARG !, épaisse, et il y a déjà des albums, issus des numéros passés.. Il n’y a pas de sponsor pour tuer la poule avec ses opinions préconçues et ses diktats mous. Et moi je suis un peu jaloux. Et je me souviens : Faire un journal, à l’instinct, qu’est-ce que c’est dur… On a pas le temps d’avoir une vie. »

Connaissant déjà une partie des dessinateurs inscrits au générique (Caritte, Rifo, Texier, B-gnet, Jurg, Lacan…) , j’en ai découvert de prometteurs qui, s’ils ne sont pas de grands virtuoses du dessins, possèdent une indéniable personnalité et osent l’expérimentation graphique (sans pour autant se perdre dans des délires narratifs abscons, quoique…). Les membres de l’équipe ne sont pas là pour faire joli. Ils bousculent, dérangent, uppercutent leurs lecteurs, et c’est tout ce qu’on demande, maso que nous sommes. Tous ne font pas dans le second degré et nous envoient en pleine face leurs obsessions parfois morbides. Mais ils le font à fond et vont au bout de leurs démarches et de leurs histoires.

Ne réduisons pas cette revue à ses seuls dessinateurs (ce qui suffirait déjà largement). AAARG!, c’est aussi un bel écrin (une collection qui a de la gueule dans la bibliothèque) et un sacré rédactionnel : les éditos pleins de sens de Pierrick Starsky, les érudites chroniques ciné (plutôt déviant) de The Scag et The Floozie, le chaleureux « In bed with » ou l’alphabétique « Dans la cuisine de », des interviews franches et passionnées d’Artistes remarquables (Burns, Mezzo, Sourdrille, Loïs…) qui ne sont pas insensibles à cette passion communicative…

AAARG! Est mort avec ce numéro, vive AAARG! Fin de l’oraison funèbre. A présent nous avons une naissance à fêter ! Dès janvier, il déboule, tout neuf, le fiston, la relève, c’est reparti pour un tour (nous et nos révolutions) : souhaitons la bienvenue à AAARG! Mensuel. (Pierrick Starsky dans son édito du n°11). La version mensuel sortira dès janvier en presse.

AAARG! a été, est et restera une bouffée d’air vicié dans le monde bien policé des revues de bande dessinée.

beast-off-

aaarg.fr

12345...60

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía