Résultats de la recherche pour ' pilote bd '



L’Album Goscinny – Phil Casoar & Jean-Pierre Mercier (Les Arenes, 2002)

gocs.png

Sorti en 2002 aux éditions « Les Arenes », l’Album Goscinny est un superbe ouvrage de Phil Casoar et Jean-Pierre Mercier. Les auteurs ont surtout accompli un formidable travail d’archiviste (avec l’aide précieuse d’Anne Goscinny, la fille de René) en nous proposant, non pas une énième biographie, mais un recueil de textes inédits, introuvables, BD cultes, pages d’anthologies… L’oeuvre de Goscinny y est passé en revue, de 1959 à 1974, c’est-à-dire de la création de Pilote à son départ de la rédaction (il s’investira pleinement dans le cinéma durant ses 3 dernières années).

dessin2786855.gif

Autoportrait

Découpé en sept chapitres – pour nous guider dans cet album, Bruno Léandri s’est amusé à pasticher le journal intime de Chaprot, de la petite école à la fac – chacun d’entre eux nous offre son lot d’images et de textes inédits. Beaucoup de textes inédits de Goscinny, un régal ! Pas de nostalgie dans cet ouvrage, tant son humour et son style demeure toujours aussi moderne, hors du temps. Il a accompli une œuvre admirable (en tant que scénariste et rédacteur en chef), dont on est loin d’avoir fait le tour…

 goscinny300.jpg

A l’occasion des 30 ans de sa disparition en 2007, Pascal Ory a sortie une biographie définitive de Goscinny, sobrement intitulée : Goscinny, la liberté d’en rire, que je suis en train de dévorer… Goscinny voulait avant tout être dessinateur. Jusqu’à l’age de 30 ans, il avait l’ambition de devenir illustrateur (comme Cavanna, l’autre monstre de la presse des années 60-70). Mais déjà, il scénarisait lui-même toutes ses histoires. Il est d’emblé un auteur complet…

Voici quelques dessins du jeune Goscinny. Durant les années 1940-44, ses caricatures mettent très vite en scène les acteurs principaux de l’actualité : De Gaulle, Churchill, Hitler, Mussolini…

dessin4774147.gif

 

dessin5732268.gif

 

dessin6767386.gif

dessin1712034.gif

dessin3742596.gif

« Je ne lache une image que quand je ne peux plus mettre de gags dedans »

dickdicks791983.gif

L’inspecteur Dick Dicks, scénarisé et dessiné par Goscinny…

Archive ina

The Autobiography of Me Too… – Bouzard (les Requins Marteaux, 2004-08)

bouzard.jpg

J’ai découvert Bouzard dans les pages de Fluide Glacial avec son Club des quatre et dans Ferraille Illustrée, où il exprimait déjà sa passion du football avec les aventures du FC Ferraille. Il est également scénariste pour Besseron (Claude et Jérémy) et s’est fait connaître dans les pages de Jade avec son super héros abruti Plageman. Bouzard a su renouveler le genre autobiographique en y injectant une bonne dose d’absurde, d’autodérision, et malgré tout un peu de vérité… Il est devenu son propre héros de BD !

 expobouzard.jpg

Proche dans l’esprit du Retour à la Terre de Larcenet et Ferri (mais en moins sentimental), Bouzard nous raconte sa vie de trentenaire installé à la campagne avec son amie, son chien stupide (qui parle et s’habille comme tout le monde), ses potes d’apéro, le patron du bar, les nouveaux X-Men, Dieu ou Lemmy de Motorhead… Des situations banales qui tombent à chaque fois dans le délire, le grand n’importe quoi. C’est génialement con ! Bouzard est un fan de Punk Hardcore (qui craint le « Jazz mou ») et ça se ressent…

Dans cette série excelle toute la virtuosité et la vivacité de son trait. Le fait de s’imposer une structure en gaufrier l’oblige à faire preuve d’une inventivité constante. C’est de cette contrainte que son style humoristique, expressionniste et « underground » prend toute son ampleur et sa démesure. Avec de belles couvertures collorées, ce dynamisme des planches associé au dynamisme du trait, les Autobiography of me too sont des albums qui vous sautent littéralement à la figure et accrochent le regard. Un régal !

 albtheautobiographyofmetoo305062008201417.jpg

Débutée dans le My Way de Chester, cette série fut diffusée dans les pages du Psikopat. En noir et blanc, les 3 premiers volumes sont édités chez les Requins Marteaux (dans la belle collection Centripete)… Le quatrième (Autobiography of a Mitroll), tout en couleurs, est sorti dans la collection Poisson Pilote de Dargaud. De même que son Football Football, une compilation des strips qu’il dessina pour le journal Sofoot (entre 2006 et 2007) comprennant également un compte rendu dessiné de la coupe du monde 2006. C’est super marrant et toujours super con (genre Steve Marlet est-il le fils de Bob Marlet ?), même si on est pas super fan du ballon rond (et oui, il y en a !).

9782205060300fs.gif

Bouzard sur Bédétheque

Avatars et Coquecigrues – Alexis (éditions Audie, 1975)

 

51.png

Alexis est un Géant. Un Monstre. Il sait absolument tout dessiner, avec une facilité hallucinante. Maitrisant une palette de style, allant de l’humoristique (très MAD), à un quasi hyperréalisme. Un trait expressif et dynamique. C’est un Maitre du noir et blanc pur, contrasté, tout en clairs obscures… Au détour de ses dessins, on ressent l’influence d’un Forest, d’un Breccia… Dessinateur de l’équipe Pilote, Alexis est un des créateurs de Fluide Glacial (dont il est l’éternel Directeur de conscience). Son influence est toujours bien présente dans les pages du magazine, avec des dessinateurs tels que Mo ou Julien Cdm.

Cet Avatars et Coquecigrues nous permet de prendre toute la mesure de la richesse du dessin d’Alexis. Et de son gout pour les univers fantastiques et absurdes. Il signe ici le scénario de ces courtes nouvelles dessinées, ce qui est assez râre dans sa production, lui qui a souvent collaboré avec les plus grands : Time is money avec Fred, Al Crane avec Lauzier, Cinémastock et Dans la joie jusqu’au cou avec Gotlib, Transperceneige avec Lob (il devait dessiner la série mais est mort avant de l’avoir terminée, c’est Rochette qui a pris la suite), Superdupont avec ces deux derniers…

A chaque fois, il a su parfaitement mettre en image les délires scénaristiques de ces amis et y intégrer subtillement son univers décalé. « Alexis n’était pas un simple exécutant. Tout en restant très fidèle aux indications, il savait apporter un petit détail indispensable qui renforce l’effet d’un gag ou qui ajoute à l’ambiance d’une histoire. Avec Superdupont, il s’amusait souvent à rajouter des gags de second plan qui enrichissaient l’aspect loufoque de la bande. » (Lob dans Les cahiers de la bande dessinée n°38 sur Alexis. On y découvre d’ailleurs les planches inédites du Transperceneige).

Alexis nous a quitté bien trop tôt (en 1977, il avait 31 ans) mais nous a laissé malgré tout une œuvre riche. Je ne me lasse pas de la (re)découvrir et commence seulement à me rendre compte de son ampleur… Un Génie je vous dis.

avatarsetcoquecigruespl.jpg

http://www.bedetheque.com/auteur-841-BD-Alexis.html

Alexis sur BDZoom

Les sexties de Lauzier (1980 éditions Glenat)

sexties05032002.jpg

Plus jeune, je n’accrochais pas vraiment aux BD de Lauzier (genre Zizi et Peter Panpan ou Les Cadres). Peut être étaient-elles un peu trop « adultes », trop politique. Puis, ce coté « dessinateur de droite » (dans un journal de gauche) me gênait… En fait, il n’avait pas d’étiquette précise et critiquait autant les idées de Droite que celles de Gauche… Il faut parfois acquérir une certaine maturité pour apprécier des auteurs à leur juste valeur. Lauzier est de ceux-là !

Dans le n°57 de Pilote mensuel (février 1979) Guy Vidal répond à la question : Lauzier est-il un traître ?! (suite à son départ du journal pour d’autres projets). « Lauzier vous manque. Vos lettres le disent. Certains (peu nombreux) insinuottent : « Il vous gênait pour prendre votre virage vers l’extrême gauche ». Rigolade. [...] – Lauzier est-il un traître ? – Non, pas un traître. Un égoïste. Comme vous et moi. »

sextiesdelauzierpl.jpg

 

Les sexties…

Je me suis récemment procuré Les Sexties, grâce auquel je découvre que Lauzier est avant tout un formidable illustrateur, dessinateur et coloriste. Certaines de ses illustrations (qui ne sont pas toutes “cul”) sont du calibre d’un Sempé ou d’un Chas Addams… Poétique et nonsensique…

 

Lauzier était un implacable observateur de notre époque… Dans sa série des Tranches de vie (oubien ses scénarii pour le théâtre et le cinéma), il passe au crible tous nos travers, nos névroses, nos obsessions de petits bourgeois occidentaux (on ne disais pas Bobo à l’époque !). Il n’est pas tendre avec nous, c’est pour ça qu’on l’aime…  Lauzier nous a quitté en fin d’année dernière.

lauzier.jpg

Tranches de vie…

MA ZONE – Autheman (1983 Dargaud)

mazone11072002.jpg 

J’apprécie Autheman depuis quelques années grâce à sa chronique dans l’Echo des Savanes. J’aime chez lui son humour fin, engagé, tombant toujours juste. Un sens de l’observation (plus percutant qu’il pourrait le laisser paraître) lui permettant de passer au crible les travers de notre société. Un grand dessinateur humoristique, Autheman est avant tout un auteur de BD, faisant parti de l’équipe de Pilote. Il a sorti plusieurs albums dans les années 80, dont cet excellent « Ma Zone ».

Dans son format, cette Bande Dessinée n’en est pas tout à fait une. Enfin, pas que ça. Ce serait plutôt un recueil de textes illustrés. Mais la grande originalité vient de ce que les illustrations sont agencées de façon séquentielle, s’inscrivant dans la continuité de l’histoire. Il n’y a pas de redondance, les dessins ne reprennent pas les éléments décrits dans le texte, ils les complètent. Par exemple, dans la nouvelle « Petites Annonces », le narrateur dit : « Au programme qu’elle avait choisi sur le juke-box, j’ai vu tout de suite qu’on avait un bon feeling sur la musique ». Le dessin d’a coté nous montre une main appuyer sur le bouton de la chanson The Logical Song de Supertramp.

Cette approche renouvelle le mode de narration du médium. Dans son propos également car, raconter des petites histoires de petites gens n’était pas si commun que ça à l’époque, et annonce les grandes tendances de la BD actuelle (autobiographie, autofiction…

Autheman nous explique : « Un jour que nous partagions le zinc avec Yvan Audouard, mon illustre concitoyen me glissa ce précieux conseil : – Il faut travailler sur le motif! …être « motivé » si tu préfères – et en me montrant d’un mouvement de l’œil une nénette qui venait d’entrer… – Regarde son blue-jean! … Il raconte son histoire! Il y a de ces phrases qui vous éclairent soudain l’horizon comme un faisceau de phare à iode. Bon Dieu mais c’est bien sûr me dis-je ; colle ton imagination en chômage technique et raconte le voisinage ; et les zombies de ta chère bourgade deviendront des héros au musée de Mickey! Le lendemain, motivé comme jamais, je commençais « Ma Zone ».

123456

Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía