Résultats de la recherche pour ' masse bd '



NEUVIEME ART (revue) – CIBDI

c1dbd923d2752efd2fe8faf905e5f.jpg

Couverture de Blutch (n°14/2008)

Comme son nom l’indique, Neuvième Art nous propose une information critique et des réflexions de fond sur la Bande Dessinée. 9e Art (les cahiers du musée de la bande dessinée) est la revue du Centre National de la Bande Dessinée et de l’Image (CNBDI) d’Angoulême.
Publiée depuis plus de 10 ans, cette revue annuelle est pilotée par un comité de rédaction resté stable depuis le début, qui compte dix spécialistes, critiques et historiens de la bande dessinée. Sauf dans le dernier numéro où on peut déplorer l’absence de Thierry Groensteen ou Thierry smolderen.

On trouve dans le 13ème numéro (282 pages dont 64 en couleur) des dossiers complets sur Pétillon (Interview et études relatives à l’auteur de L’Enquête corse et de L’Affaire du voile, créateur de Jack Palmer, dessinateur au Canard enchaîné, scénariste de Got (Le Baron noir), Rochette et Cestac). Trondheim (Un dossier complet sur le Président du Festival d’Angoulême 2007, membre de l’Oubapo, créateur de Lapinot et de Donjon). Druillet (Le créateur de Lone Sloane prépare son retour avec la parution en 2007 du très attendu Delirius 2 (scénario Benjamin Legrand). Propos d’atelier avec un grand de la BD). L’école du New Yorker (Retour sur une revue prestigieuse, qui a récemment publié l’intégrale des dessins parus dans ses pages). BD & philo (Un tour d’horizon des liens qu’un certain nombre de créateurs entretiennent avec les textes ou le questionnement philosophiques). Questions de mise en page (Description et évaluation des grandes écoles de mise en page qu’a connues la bande dessinée des années 1900 à nos jours).

Extrait de l’éditorial par Jean Pierre Mercier, le rédac’ chef du n°14 : » le présent numero fait la part belle à des auteurs ou des aventures éditoriales qui ont marqué les années 70 / 80 ( Francis masse, Futuropolis raconté par Florence Cestac, José Munoz, lauréat 2007 du Grand prix de la ville d’Angoulême qui fit ses premiers pas dans Charlie Mensuel ), se penche également sur l’un des artistes les plus passionnants et intransigeants de la période actuelle : Blutch. Il inaugure également une nouvelle rubrique ( l’éphéméride ) et s’ouvre au cinéma d’animation (avec un point sur le desin animé japonais) annonçant d’autres changements dans les numeros à venir  ».

99068a008e0fc294a0433c7a80dc.gif

Trondheim (n°13/2007)

METAL HURLANT (1975/1987) – Les Humanoides Associés

file0001.jpg

Attention : Monument !
Tout comme pour Fluide Glacial et l’Echo des Savanes, Métal Hurlant fut créé par des « anciens » jeunes de l’équipe de Pilote. Cette nouvelle génération de dessinateurs, menés par Giraud (alias Moebius) ne s’y retrouvait plus dans une rédaction vieillissante et maintenue sous la tutelle paternaliste de Goscinny.
Dès 1970, Cabu, Gébé et Reiser rejoignent définitivement l’équipe d’Hara-kiri (sur ordre de Cavanna). Gotlib, Mandryka et Bretécher créent L’écho des savanes en 1972. Gotlib (encore lui !) crée Fluide Glacial en 1975. Druillet, Moebius, Dionnet et Farkas fondent les Humanoïdes associés et sa revue Métal Hurlant la même année.
Cette période riche correspond à ce qu’on pourrait appeler le « passage à l’age adulte » de la presse BD française (c’est à dire qui n’est plus exclusivement destinée à un public jeune).

D’abord spécialisé dans la science fiction, Métal s’est peu à peu ouvert à l’actualité et aux faits de société (avec notamment la création de Ah!Nana qui fit scandale et fut censuré suite à leur couverture sur l’inceste), à l’Aventure (avec Métal Hurlant Aventure) et à l’humour avec la création de Rigolo.
Mais le journal est surtout reconnu pour avoir créé la fusion rock-BD avec l’arrivée de Philippe Manœuvre à la rédaction et de dessinateurs tel que Serge Clerc, Jano, Sire ou Frank Margerin …

 mh2.jpg

Druillet

Sont passé par la case Métal : Robial, Gillon, Manœuvre, Jodorowsky, Giger, Corben, Caza, Gotlib, Crumb, Marc Caro, Yves Chaland, Serge Clerc, Denis Sire, Solé, Margerin, Tardi, Hermann, Loustal, Tramber, Jano, Kent, Ceppi, Voss, Masse, Gal, Schuiten et d’autres encore…

Grâce à sa ligne éditoriale sans concessions, son indépendance d’esprit et tous ses auteurs de qualité, Métal Hurlant a façonné durablement la BD française et internationnale (grâce à la sortie de Heavy Metal en 1977, la version américaine de Métal). On retrouve son influence encore maintenant. Métal a donné naissance à deux films d’animation américains : Métal hurlant (Heavy Metal, 1981) ; Heavy Metal 2000 (1999).

Le dernier numéro date de 2006 (depuis la reprise de 2002), mais cette nouvelle mouture n’aura jamais l’impact que la version initiale a pu avoir sur sa génération. On peut encore trouver ces anciens numéros chez des bouquinistes ou en brocante, n’hésitez pas !

mh9.jpg

Tardi

Toutes les couvertures et la chronologie de Métal Hurlant sur l’excellent site : bdoubliées

Collection Patte de Mouche – l’Association

sanstitrepdm21.png

Une des meilleures maison d’édition BD – L’ Association – nous propose, depuis sa création (1990), plusieurs collections aux noms plutôt sympathiques : Eprouvette, Ciboulette, Eperluette, Archives, Côtelette, Mimolette et Patte de mouche… Cette multitude de formats et de prix traduit l’intention première de sa ligne éditoriale, à savoir vouloir diversifier la Bande Dessinée. Publier des auteurs de qualité et produire de beaux livres, accessibles à tous.

La collection Patte de mouche correspond tout à fait à cette volonté.

D’un format « nouvelle » souple de 10,5 -15 cm, 24 pages, pour un prix de 3 €, cette collection est la plus économique du catalogue. Mais la qualité n’en est pas moindre. Ces BD ne sont pas des grandes réduites, mais de véritables oeuvrettes créées pour l’occasion. Les auteurs utilisent toutes les possibilités offertes par ce format : histoires courtes, noir et blanc, visuels épurés…

sanstitre31.png  sanstitre21.png

Le premier volume de la collection (Imbroglio) est l’exemple type des BD proposées par cette « Patte de Mouche » : peu de personnages, unité de lieu, de temps, monochromie …
Dans cet absurde huis-clos entre 3 personnages, l’histoire possède tant de rebondissement qu’on ne peut en deviner la fin avant de l’avoir lu. Ce qui est appréciable dans la mesure où ça se lit vite. Le graphisme lui, est au service de l’histoire, simple et efficace (du Trondheim, quoi !)

La Nouvelle Pornographie est un véritable exercice de « stylisation » comme seul sait les faire Trondheim. Dans cette bd au titre évocateur, ce dernier simplifie, schématise les formes jusqu’à l’abstraction. Mais en y regardant de plus prêt, il s’agit bien de dessins figuratifs, plutôt explicites…

t21341.jpg

Autre particularité des histoires proposés par les auteurs de l’Association : l’autobiographie. Baladi nous raconte ici une anecdote vécu durant sa jeunesse, souvenir qu’il pourrait nous raconter au coin d’une table, autour d’un verre. « Un récit urbain et déglingué à base de paumés et d’embrouilles, transcendé par la syntaxe si particulière d’Alex Baladi » (Catalogue 2006 de l’Association.)

sanstitre42.png  sanstitre51.png

Mahler est un dessinateur Autrichien (Vienne) possédant un style unique. Minimaliste, il se sert de volumes géométrique simples pour symboliser plutôt que représenter des formes. C’est un figuratif à la limite de l’abstraction. J’adore.
Longueurs & Retranchements est un pur exercice de style digne de l’OuBaPo (créé et diffusé par l’Association). Cette histoire d’auteur face à son éditeur est en fait construite à partir d’un seul et même dessin (celui de la couverture). Pourtant, il y a une vraie histoire séquentielle, un vrai rythme dans cette BD. D’ailleurs, je ne me suis pas rendu compte tout de suite que c’était quasiment la même case à chaque fois, tant il se dégage une impression de mouvement. Bluffant.
Mystery Music lui, regroupe plusieurs historiettes sans texte, d’une page, ayant pour thème un instrument de musique. La musique elle-même – qui est impalpable – est représenté ici par une masse noire informe. De ce décalage absurde se dégage une forme d’humour, de poésie.

espignole01.jpg

Poésie également avec l’Espignole, véritable carnet intime dans lequel Baudoin nous raconte ses souvenirs d’adolescent. Cet album est emprunt d’une certaine nostalgie et se veut essentiellement contemplatif. Structuré sur la forme d’un dessin par page incluant un texte en « voix off », l’Espignole est un bel ouvrage. Le style de Baudoin, expressionniste dans ses formes, ses contrastes et naturaliste dans ses thèmes, colle parfaitement à cette histoire de souvenirs, d’adolescence et d’amour perdus.

123

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía