• Accueil
  • > Recherche : kid radiohead

Résultats de la recherche pour ' kid radiohead '

Keep You Close (2011) / Following Sea (2012) – dEUS

Keep You Close (2011) / Following Sea (2012) - dEUS dans Plein les ouies deus-kyc

dEUS nous propose deux albums en moins d’un an. Ils auraient pu les regrouper en un double… Cela dit, à une époque ou le LP est désinvesti par la plupart des artistes, au profit de formats plus courts, sortir un double album paraitrait obsolète, voire prétentieux. Des qualificatifs qui ne conviennent pas à Tom Barman et ses acolytes.

Deux très bon cru, bourrés de perles pop et de morceaux de bravoure rock typiques de la formation. Et bien que l’on découvre au fil des écoutes de nombreux ponts entre les deux, en particulier au niveau de la production (analogique surement, avec synthés cheap et structures electro-pop aux ambiances new wave), chaque album possède son univers propre, son identité. Deux galettes à voir comme les deux pôles de la planète dEUS… Une démarche qui n’est pas sans rappeler celle de Radiohead avec le diptyque Kid A / Amnesiac, qui avait été produit lors des mêmes sessions…

Les pochettes (superbes, réalisées par Uber and Kosher) illustrent parfaitement la teneur de leur contenu. Keep You Close, c’est l’infiniment petit : minutieux, « maniériste », coloré, tout en détails. Un album d’hiver… Following Sea, c’est l’infiniment grand : plus direct, étendu, « lâché », contrasté, tout en ambiances. Un album d’été…

deus-fs dans Plein les ouies

Les ambiances « dEUSsiène » sont au rendez-vous, et sans vouloir faire de comparaison inutile – que je vais quand même faire ! - Keep You Close (qui a ma préférence) se rapprocherait plus d’Ideal Crash : deux albums complets, sans fausses notes, sans morceaux plus faibles que d’autres. Deux albums à l’unité parfaite, chaque chansons répondant parfaitement à la précédente. Presque des albums concepts…

Alors que Following Sea est plus affilié à In a Bar Under a Sea. Au delà de la proximité avec la mer, on retrouve ces mêmes ambiances branques, ces variations de rythmes, ce talk-over particulier (Barman excelle dans le registre) sur des habillages sonores dignes de musiques de film. Albums plus inégaux, un peu fourre tout, expérimentaux, qui illustrent l’une des qualités majeures des anversois : nous surprendre, toujours et encore.

Qui a dit qu’avec le temps, les artistes perdaient de leur créativité ? Avec ces deux albums, dEUS nous démontre l’inverse de fort belle manière.

Image de prévisualisation YouTube

Official website

The King Of Limbs – Radiohead (2011)

The King Of Limbs - Radiohead (2011) dans Plein les ouies 59668b86f3

Bon, The King of Limbs est à peine sorti qu’il fait déjà polémique. Bon album ou attrape-couillons ? Innovant ou réchauffé ? Il est vrai qu’à la première écoute, l’album déroute. On n’y sent pas de morceau fort. On se dit même qu’ils ne se sont pas foulés. Pas de chanson, peu d’instruments organiques (où est passé Phil Selway ? Ils ont enregistré les morceaux pendant qu’il travaillait sur son album solo ou bien ?) Un album qui semble plus dans la continuité de The Eraser que de In Rainbows. Après le figuratif (du « pompier » Creap à « l’impressionniste » Nude), Radiohead œuvre pleinement dans l’abstraction. Ce qui n’est pas pour me déplaire.

J’aime être bousculé dans mes habitudes d’auditeur et cet album ne m’a pas épargné. J’y ressens ce même mélange d’impressions, entre fascination et déception, que j’avais ressenti à la première écoute de Kid A. je me rappelle même avoir été plus déçu en découvrant Hail to the Thief que ce King Of Limbs

J’apprécie ces boucles rythmiques, ces superpositions décalés qui trouvent le sens que l’on veut bien leur donner. Il n’y a plus ces figures imposées du format chanson, mais un travail méticuleux sur la texture, les tessitures. Plus encore que sur leurs derniers albums, ils privilégient la forme. Et malgré les apparences, pas au détriment du fond. Car après plusieurs écoutes, on s’aperçoit qu’il y a des chansons derrière cet habillage sonore plutôt dépouillé et déroutant. De bonnes chansons d’ailleurs (Give up the Ghost, Lotus Flower, Codex, Morning Mr Magpie, Separator…)

Il est clair que ceux qui supportent mal les jérémiades du chanteur Yorke, ainsi que ces bidouillages de voix passerons leur chemin en courant. Les autres auront peut-être comme une impression de déjà entendu. Bien que Thom Yorke s’aventure ici vers des territoires peu visités jusqu’alors, tels que le gospel (Give up the Ghost) ou le chant classique (Feral), il ne peut non plus réinventer sa manière de chanter à chaque album. Il semble ici libéré de toute contrainte et n’avoir plus rien à prouver. Simplement chanter comme il l’entend.

Un album qui ne se laisse pas conter et qu’il faudra apprivoiser. Je me suis demandé sur le coup (comme certains sur les forums spécialisés) s’ils n’auraient pas d’abord diffusé l’album bis, composé de faces b et autres morceaux des sessions d’enregistrements (une pratique ancienne chez les gars d’Oxford, générant une riche discographie parallèle) avant de dévoiler le véritable album sur disque au mois de mars. Mais en l’état, ce dernier album me convient parfaitement et à le réécouter, je suis convaincu que c’est bien l’album principal. Un très bon album.

Reconnaissons à Radiohead ce talent (ce génie ?) de défricheur, permettant à un public rock « mainstream » de découvrir des univers musicaux très confidentiels. Un rôle de passeur que je trouve salutaire de leur part. Un immense groupe de rock se transformant en un curieux groupe d’abstract électro. Beau parcours, qui les rend à mes yeux toujours aussi intéressant et précieux.

Image de prévisualisation YouTube

radiohead.fr

Chroniques des Inrocks

Radiodread – Easy Star All-Stars (Easy Star Records, 2006)

radiodread.jpg

A la fin des années 90, une rumeur circulait comme quoi Massive Attack allait intégralement remixer OK Computeur, avec l’approbation de Radiohead. Les deux groupes s’apprécient mutuellement et se côtoyaient parfois. Un projet qui avait de quoi mettre l’eau à la bouche : le meilleur groupe électro du moment fusionnant avec le meilleur groupe rock, ça ne pouvait qu’être bon ! D’où la déception de voir que ce projet ne restera qu’un rêve improbable de fans… C’est pourquoi, lorsque le Easy Star All-Stars sort leur 2ème album, Radiodread, qui réorchestre façon reggae-dub ce même OK Computeur, c’est un peu comme si ce projet fou réapparaissait, dans une version alternative. D’autant que la présence d’Horace Andy en ouverture de l’album (sur Airbag) fini de me convaincre qu’il existe une réelle filiation entre ces deux projets.

Collectif basé à New York, Easy Star All-Stars est composé d’un noyau dur d’artistes de la scène reggae, ska, dub et jazz, ainsi que de grands chanteurs jamaïcain, invités à l’occasion pour participer aux projets. Leur premier, sorti en 2003, est le Dub Side of the Moon qui, comme son nom l’indique, aborde la face reggae du Pink Floyd. Un premier essai réussit. S’ensuit 3 ans après ce Radiodead puis, sort cette année, un nouvel opus : Easy Star’s Lonely Hearts Dub Band qui, vous l’aurez deviné, reprend l’intégralité du plus célèbre album des Beatles. Des p’tits gars qui n’ont peur de rien !

easystarallstarsr01.jpg

Les chansons de Radiohead sont ici entièrement réorchestrées façon reggae-dub. D’une grande fidélité par rapport au matériau de base, chaque morceau y est repris note pour note, sans perditions ni modifications. Ce qui fait qu’on retrouve l’architecture particulière des chansons, avec un énorme plus apporté par ces sons et structures reggae.

La voie lyrique d’Horace Andy fait des merveilles sur Airbag, véritable alter-égo jamaïcain de Thom Yorke… Paranoïd Androïd commence doucement. L’orchestration n’apporte pas grand-chose à la chanson, jusqu’au moment ou les cuivres arrivent (en remplacement les guitares) et là, ça prend une autre tournure ! Exit Music est magnifique et se prête admirablement au spleen reggae. Une reprise qui sonne comme du Gainsbourg période Wailers. Le Let Down est magistralement transcendé par l’interprétation de Toots & Maytals. Si on ne connaît pas cette chanson de Radiohead, on pourrait croire sans problème à un standard, un classique du répertoire roots-reggae. Bluffant. Karma Police reste Karma Police, même à la sauce jamaïcaine. Un pur morceau. Superbe aussi la version de Electioneering qui termine en apothéose Dub ! Les autres morceaux sont un ton en dessous, mais dans l’ensemble, Radiodread est un tribute vraiment réussit, bien plus qu’une curiosité pour les fans du quintet d’Oxford et peut même en réconcilier plus d’un avec leurs chansons !

Ce Radiodread nous permet de redécouvrir des morceaux qu’on croyait connaître par cœur. Il nous confirme également l’idée (qu’on savait déjà) qu’au-delà du style et du « son Radiohead », il y a à la base de superbes chansons, qui supporteraient tous les traitements possibles et inimaginables (à quand Kid A version Doom-Metal ..?).

easystarlogo.png

IN RAINBOWS – Radiohead (2007 XL Recordings)

radioheadinrainbows421972.jpg

Que peut-on attendre du nouvel album d’un groupe comme Radiohead ? Qu’il nous surprenne, nous déroute, ou qu’il nous rassure en retrouvant un univers familier ..? La grande qualité d’un groupe, c’est de nous proposer des chansons qui nous touchent, nous émeuvent, nous remuent les tripes, correspondant à nos goûts… Et pour moi, Radiohead créé les plus belles que je n’ai jamais entendues.

Depuis 1995 et The Bends, Radiohead ne sort que des grands albums. Sa capacité à se réinventer, à aller vers des directions inattendues, à ne jamais sortir des albums qui se ressemblent est pour moi un gage de qualité, et relève d’une démarche artistique intègre et honnête. Car aussi déroutant qu’ils soient (tels le diptyque Kid Amnesiac), lors des premières écoutes, chaque albums me semblent avoir été produits spontanément, d’un premier jet, alors qu’ils relèvent d’un travail de long haleine, monstrueux. Impression que j’ai ressenti plus encore avec In Rainbows.

Qu’attendre de leur dernier album ? Qu’il m’apporte de nouvelles pépites, de belles sensations… Et c’est le cas ! Au-delà de mes espérances, c’est leur meilleur album. Le décrire morceau par morceau me parait difficile, trop subjectif. Car on ne peut comparer qu’en fonction de nos propres références…

In Rainbows ne s’aventure pas vers des territoires sonores inconnus. Il n’est non plus une redite de Hail to the Thief (qui fait la synthèse de leurs précédents albums, une sorte de best of d’inédits). Tel un artiste peintre, Radiohead a maintenant constitué sa palette et peut composer pleinement avec ses sonorités, ses structures, ses mélodies, ses rythmes…

L’ambiance globale est plus calme, moins torturée (plus adulte ?). Les membres (et thom Yorke en particulier) semblent plus sereins, à l’aise à leur place. Cet album est celui d’un groupe soudé, au service de leurs chansons et non celui de musiciens au service d’un chanteur mégalo… Remarquable !

radioheadinrainbowsback.jpg

KID A – Radiohead (2000 chez Parlophone)

652.jpg

Déterminer quel est le meilleur album de Radiohead est quasiment impossible, tant leur discographie est remarquable de constance. Il suffit d’écouter leur dernier « In Rainbows » pour s’en convaincre une nouvelle fois. Leur musique est à la fois cérébrale et vicérale, intellectuelle et charnelle…

C’est donc plutôt par affection que par raison que je choisi « Kid A », pour l’étonnement et l’émerveillement qu’il m’a procuré à la première écoute (et encore maintenant). Quelle claque !

Ils auraient pu continuer dans la voie qu’ils avaient tracé, c’est à dire une pop-rock flirtant sur le progressif à la Pink Floyd. Au lieu de ça, ils sont partis vers l’expérimentation électronique (influencé par les travaux d’Aphex Twin et le label Warp) ou le Free-Jazz. Ce qui en a agacé plus d’un, c’est leur coté arty-intello, le fait qu’ils aient à tout pris chercher à dérouter leurs auditeurs. Je le conçois, mais en réécoutant cette album, je me dis qu’il n’y a rien de gratuit. Tous les effets, les bidouillages sont au service des chansons. Et quelles chansons ! Cet album nous prouve que Thom Yorke demeure un des meilleurs song-writer de sa génération, voire le meilleur…

radiohead.jpg

12

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía