Résultats de la recherche pour ' humour con '



L’ART MODERNE – Joost Swarte (Les Humanoïdes Associés, 1980)

bd112.jpg

Joost Swarte, le hollandais sous influences, est un artiste complet. Auteur et dessinateur, il possède une exigence éditoriale sans pareil. Il conçoit lui-même toutes les phases de la création d’un album : dessins et scénarii bien sur, mais aussi la typographie, les mises en page, les couleurs (ses tons pastels sont magnifiques).

Un théoricien, créateur des concepts de la Ligne claire, qui applique les principes de l’école de Bruxelles (Hergé et Jacob) et du Style atome, se référant à l’école de Marcinelle (Jijé et Franquin).

Un esthète, comme le qualifie très bien Florence Cestac. Il serait aussi exigeant qu’ Etienne Robial. Pas étonnant alors que Swarte ait essentiellement édité chez Futuropolis ou Les Humanoïdes Associés (pas ceux de maintenant bien sur).

Ce retour à la Ligne Claire au début des années 80 – dans les pages de Métal Hurlant avec entres autres les « modernes » Yves Chaland, Ted Benoit ou Serge Clerc – paraissait devoir vieillir trop vite (comparé à Druillet ou Moebius), mais a su se bonifier. Le temps l’a rendu intemporel et il parait maintenant beaucoup moins daté que la Ligne crasse, l’autre courant graphique du journal (cela dit, un dessinateur comme Charlie Schlingo revient en force).

 artmoderne02102002.jpg

L’Art Moderne est un ouvrage dont le titre parait un peu prétentieux, mais qui dans le fond ne pouvait s’appeler autrement. L’influence des Avant-gardes artistiques (entre le Cubisme, le Bauhaus ou le Pop Art) se fait bien ressentir. Joost Swarte a su renouveler un style un peu vieillot, qui évoque surtout l’age d’or des périodiques pour la jeunesse. Il utilise tous les préceptes de la Ligne claire : un trait noir régulier soulignant les formes, des couleurs pastels en aplat (sans effet de matière), pas d’ombres…

Un style plus symbolique que réaliste. Archétypal. Un style enfantin qui contraste avec des histoires d’adultes, nous racontant les déboires de zonards urbains (des camés, des malades mentaux, des suicidaires, des artistes fous…

D’une manière générale (et chacun à leur manière), les hollandais, ces flamands irrévérencieux, font dans l’humour absurde et trash, toujours provoquant, parfois dérangeant : Willem en tête (qui a scénarisé et traduit certaines histoires de cet album), Kamagurka et Herr Seele avec leur Cowboy Jean (qu’on retrouve parfois dans les pages du Psiko) ou le scatologique Léon la Terreur de Van Den Boogaard…

Joost Swarte n’échappe pas à la règle. Voir ces scènes gores sous les traits d’un Hergé ou d’un St Ogan crée un décalage plutôt hallucinant et franchement génial !

artmoderne01av19349.jpg

(4 de couv’ de l’édition Futuropolis)

Joost Swarte revient au premier plan avec l’ouverture du Musée Hergé (dont il est le concepteur graphique) ainsi que  l’exposition  « A la recherche du Style Atome », à Bruxelles. Denoel Graphic prévoit de rééditer ses albums (dont cet Art Moderne) pour 2010.

LE MONDE EST FLOU – Clarke (Dupuis, 2009)

9782800145228fs.gif 

Cinquième volume de la série Histoires à Lunettes, apparue dans les pages de Spirou Magazine, Le Monde est Flou est une succession de gags en une page, plus loufoques et absurdes les uns que les autres, avec une bonne dose d’humour noir. Comme le nom l’indique, la particularité de cette série est de nous présenter des personnages qui portent tous des lunettes. Et avoir des lunettes ne garantie pas d’y voir net, de bien cerner les choses, au contraire ! Tous ces personnages (des explorateurs, des chirurgiens, des retraités, des naufragés, des amnésiques…) sont en décalage constant par rapport aux situations qu’ils vivent.

D’une série commencée avec son comparse Midam au scénario, Clarke signe seul ce numéro 5. Dessinateur fluidien (Château Montrachet, Cosa Nostra…), spécialiste de l’humour nonsensique, on retrouve ici son style original, son trait dynamique, très anglo-saxon (il me fait penser à Wallace Wood de Mad Magazine).

De par son format et son contenu, Le monde est flou est un petit album bien sympathique, qui se termine par une parodie de magazine people avec fausses interviews des auteurs et photomontages… C’est con comme j’aime !

85816copie85816.jpg

DESSINS POLITIQUES – Siné (J.J.Pauvert éditeur, 1965)

1242511458600x600.jpg

Siné est depuis toujours –et pour toujours- non pas un « anti-tout » comme certains aiment à le réduire, mais un anti-cons (au pluriel). Il s’attaque surtout à la connerie institutionnalisée : l’armée, la religion, les politiques colonialistes, le capitalisme, la bourgeoisie…

Pour lutter, il a su créer une forme d’humour particulier. Dans le fond, Siné a toujours conservé sa ligne de pensée : insoumis et sans concessions. Son champ d’action n’a pas changé non plus. C’est un activiste du dessin d’humour, domaine qu’il n’a cessé d’explorer avec jubilation (du moins pour ses lecteurs), pour dénoncer les abus de pouvoirs et les répressions de tout ordre, le plus efficacement possible.

Ce beau livre (petit format original et couverture en papier kraft) regroupe ses dessins politiques réalisés entre 1958 et 1965 (publiés à l’époque dans une dizaine de journaux, dont Siné-Massacre). Les thèmes abordés ne sont plus d’actualité (quoique), mais cinquante ans après, ces dessins restent pertinents et percutants. Comme quoi, l’époque change mais certaines choses demeurent… C’est pourquoi Siné l’enragé est toujours là, avec son style impérissable…

Siné utilise le procédé classique du dessin humoristique : un dessin unique avec le texte en dessous. Sauf qu’il est aux antipodes de l’humour potache de l’époque (calembours et amants dans l’armoire). Ses dessins sont engagés. Ils dénoncent. Son humour est noir, grinçant (il a remporté le Grand Prix de l’Humour Noir en 1955). Cette manière particulière (et depuis longtemps imitée) qu’il a de commenter l’actualité en intégrant des extraits d’articles de journaux dans ses dessins ou en diffusant ses lettres adressées à ses détracteurs (par exemple, au juge d’instruction suite à une inculpation pour « insultes publiques envers l’armée », en 1960).

S’il était moderne à l’époque, on ne peut pas dire qu’il soit dépassé aujourd’hui, au contraire. Resté fidèle à sa ligne de conduite, son style est toujours aussi percutant et dérangeant (les exemples récents ne manquent pas). La création de Siné Hebdo nous démontre qu’il est toujours aussi « vert » à 80 balais ! Un modèle. Santé Siné !

sindessin.png

L’ennemi intime…

EN ROUTE POUR L’ENFER – Matt Groening (éditions La Sirène, 1994)

sanstitre.png

Génie du dessin animé d’humour, ce petit livre bien sympathique nous permet de découvrir le Matt Groening dessinateur de comic-strips underground, dans la lignée des Spiegelman et autres Crumb… Bien que le rythme du gag diffère de l’animation, on y retrouve son sens de la chute, son humour un peu dingue, grinçant, parfois noir. Une critique imparable de l’absurdité de nos sociétés occidentales.

On découvre dans ce En route pour l’enfer, deux séries alternant quasiment à chaque page, entrecroisées de quelques planches indépendantes. Cela donne l’impression de lire une revue faite à plusieurs mains. Impression renforcée par la différence de style entre ces deux séries. On retrouve dans les traits de Bongo la forme caractéristique des visages de Groening (celle des Simpson ou Futurama). Alors que les personnages Akbar et Jeff sont plus simplifiés, stylisés. 

 bongo02groening.gif

Bongo

 

La première série nous raconte les aventures de Bongo, un jeune lapin qui n’a qu’une oreille. Il doit faire face à la cruauté et l’incompréhension de ses parents, de ses professeurs, de son thérapeute… Cela donne des situations et des répliques cinglantes !

L’autre série nous présente deux personnages jumeaux, amants, Akbar et Jeff (qu’on suppose d’origine arabe, puisqu’ils portent un tarbouche), qui sont également confrontés à l’absurdité du monde. La plupart des planches d’Akbar et Jeff sont des bandes sous contrainte, dignes de l’Oubapo. Plus précisément des itérations iconiques. « Cette contrainte impose de bâtir une séquence plus ou moins longue (pouvant aller jusqu’à un album entier) autour d’une seule image, ou en n’utilisant qu’un petit nombre d’images récurrentes ». (Thierry Groensteen in OuPus 1).

lifeinhellprozak.gif 

Akbar et Jeff

A travers ces personnages et ces situations loufoques, Matt Groening nous parle du droit à la différence. Les gens qui ne sont pas dans le moule, la norme, (ici un handicapé et deux homosexuels) ont malgré tout le droit d’avoir leur place dans la société. Vive les freaks ! Thématique récurrente dans l’œuvre de Groening…

Cette version française (cinquième ouvrage de Groning aux éditions La Sirène) est traduite par Jean-Luc Fromental.

familygroening.gif

Wauxhall, les contes inachevés de david watts – Christopher (Tête Rock Underground, 1995)

wauxhall18092002.jpg

Christopher est un dessinateur anglais installé chez nous depuis le début des années 90. Son premier ouvrage, auto-édité en 1994, s’intitule L’illustré et ouvre sa série des Contes inachevés de David Watts (qui compte maintenant 9 volumes). Série également publiée dans le fanzine Beurk.

Edité par Tête Rock Underground (la maison des Freak Brothers), Wauxhall est une compilation de L’illustré et de son deuxième album, Promenades. Depuis, Christopher est un auteur reconnu et assez prolifique.

christopher0150.jpg 

Les contes inachevés de David Watts nous racontent les aventures d’un rêveur qui découvre Paris, la ville des Lumières et des Arts. Ce jeune anglais doit se familiariser avec toutes les subtilités de la culture française (il est vrai que traduire au premier degré une chanson comme «une souris verte» a de quoi laisser perplexe…) On découvre avec lui un Paris magique où les arbres ont la forme de sucettes. Un Paris dans lequel on croise Heumpty Deumpty dans le métro ou Michel-Ange à la gare st Lazare… Au fil de ses pérégrinations, Watts joue aux cartes avec Alphonse Daudet et Molière, taille la bavette avec le Zouave du pont le l’Alma ou mange des blinis avec Tolstoï…

Bien évidemment, Christopher est David Watts. Il y a une part d’autobiographie dans ces récits tentés d’humour absurde. Ces tribulations surréalistes illustrent les vagabondages de l’esprit de Christopher, qui mine de rien, donne un point de vue très personnel sur les politiciens, la guerre, l’amour…

Son graphisme tout en rondeur (entre Chris Ware et Matt Groening) s’accorde parfaitement avec un noir et blanc doux, peu contrasté. Le blanc domine. C’est sensible, fin, léger, poétique…

christopher0250.jpg

Les contes inachevés [ont] été réalisés d’après la méthode d’un grand magicien italien, d’un chaman esquimau, d’un fakir barbu ou alors d’un vieil alchimiste moyenâgeux. Une méthode qui hypnotise les gens et leur fait croire que tout est possible le plus naturellement du monde. Enfin, un truc d’envoûteur, de sorcier auprès duquel Christopher a dû suivre un stage intensif, tout en potassant les Monty Python. Gardez toute votre attention car le charme distillé dans ces contes continu à agir. Christopher est marabouté. Promu à une reconnaissance méritée. (Philippe Marcel en préface)

Contrairement à ce que pourraient laisser supposer le caractère « inachevé » des contes de David Watts, Christopher n’est pas un paresseux. (Jean-Paul Jennequin en préface)

Christopher

1...2021222324...28

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía