• Accueil
  • > Recherche : humour absurde

Résultats de la recherche pour ' humour absurde '



Lectures connes…

Plutôt que de dresser la liste de mes bande dessinées coups-de-coeur, je préfère parler des lectures les plus connes que j’ai eu le loisir de découvrir cette année. Petite précision : j’entend par connes, des bd absurdes, des albums à l’humour crétin, des histoires débiles, mais toujours marrantes ou éclatantes. Comme j’en trouve tous les mois dans les revues Fluide Glacial et Psikopat, les références en la matière !

Lectures connes... dans Chroniques BD mkm-covers

Sorti il y a deux ans, MKM est une histoire totalement loufoque, fruit des cerveaux déjantés de deux auteurs spécialistes des récits absurdes et abracadabrantesques : Mathsap (son supermurgman est inscrit au panthéon des héros débiles) et Lewis Trondheim (un expert en la matière). Sans oublier l’énigmatique Frantico (Trondheim, sort de ce corps !).
Tout commence au festival de bande dessinée de Lisbonne, auquel Mathsap et Frantico se sont donné rendez-vous. A une terrasse de café, ils font la connaissance d’un mystérieux personnage qui leur propose une idée intéressante de bande dessinée, qui permettrait de faire connaitre son sport « très faboulous » : le « Mega – krav – Maga », une sorte d’art martial très particulier. Les deux compères acceptent et se retrouvent alors embarqués (sans rien comprendre ni maitriser) dans une aventure de dingues.
Il n’est pas toujours simple de s’y retrouver dans cette succession de séquences et de personnages, sachant que mathsap et Trondheim dessinent les planches en alternance, on passe d’un style à l’autre sans aucune cohérence, à la manière d’un cadavre exquis. Ils semblent inventer cette histoire de dingue au fil des pages. Mais on va au bout de ces deux volumes, se demandant par quelle pirouette scénaristique vont-ils s’en sortir. Très con !

 dans Chroniques BD

Tanxxx nous propose la suite de son Rock, Zombie ! Faire danser les morts, un titre qui annonce clairement la couleur. Survivante à l’invasion des zombies, Tanxxx tombe sur un gropuscule de jeunes punks (tous végétariens) qui ont trouvés le remède pour faire revivre les morts-vivants : leur faire écouter la musique qu’ils ont toujours aimé de leur vivant. Si les punks reviennent d’entre les morts grace aux Minutemen (qui jouent ici leurs propres rôles !), l’armée de son côté reveille un bataillon de banquiers beaufs à grands coups de Johnny !
Grosses références dans cet album, Tanxxx dresse la liste des artistes qu’elle a écouté durant sa réalisation. J’y retiendrai entre autres Tool, Kyuss, Cypress Hill, Beastie Boys, Fugazi, Morphine, Primus, Nick Cave and the Bad Seeds, Jeff Buckley, Nirvana ou At the Drive In…
Tanxxx est la reine de l’humour con et de l’autodérision. Le tout servi par un graphisme solide, vif et percutant, des mises en pages de dingues, parfaitement mises en valeur par les couleurs de Magali Arnal (qui elle, garantie avoir écouté du Kylie Minogue !). Pas étonnant que ce Faire danser les morts soit édité par Même pas Mal, maison spécialisée dans l’humour génialement con !

Devenir un vrai Mâle – grâce aux stars d’action du cinéma des années ’80. Avec un titre comme ça, ça annonce du lourd ! Co-réalisé à trois (il fallait au moins ça !), cet album alterne « bd testostéronés, jeux burnés et conseils musclés pour enfin devenir un vrai mâle ! » Tout est bien con, mais tout n’est pas bon ! Heureusement, il y a quelques perles, comme le Magnum Love by Very Dirty harry ou les fiches de Chuck Norris qui font toujours leur effet ! Petit cadeau de l’ami Swamps, adepte lui aussi des lectures connes !

Tout pour Topor…

Tout pour Topor... topor-285x300

Trois maisons d’éditions rééditent les œuvres écrites de Maître Roland, et ce de manière fort judicieuse et complémentaire (je suppose que son fils Nicolas y est pour quelque chose !). Ces rééditions ne se marchent pas sur les pieds, pour le plus grand plaisir des aficionados de ce génie de l’humour noir grinçant. Maitre du grotesque, clinicien de l’absurde, toujours sur le fil entre tendresse et cruauté, confrontant sans relâche le métaphysique et l’insignifiant. Romans, nouvelles, aphorismes… Il excellait dans tous les formats.

Libretto réédite ses romans. Après Le Locataire Chimérique (le premier, de 1964, son plus célèbre) sorti l’année dernière, ils viennent de publier La Princesse Angine, deuxième roman qui date de 1967. En toute logique, ils devrait continuer avec Erika (1968).

topor1-197x300

Wombat se spécialise plutôt dans les formats courts, entre recueils de nouvelles (Vaches Noires, son dernier livre) et mémoires (d’un vieux con) sortis l’année dernière. La maison vient de rééditer son fameux Café Panique, suivi de Taxi Stories, dans lesquels Topor dégueule littéralement son urbanité maladive.

JC Menu lui, n’a pas attendu longtemps avant de nous proposer les aphorismes et autres « bêtes pensées » du « touche à tout extrêmement brimé », comme Topor se définissait lui-même. Troisième ouvrage de la jeune l’Apocalyspe, je souhaite ardemment que d’autres suivent, puisse que L’Apo est faite pour perdurer (et pourquoi pas ses Dessins Paniques ?)…

topor6-200x300

Outre leurs qualités formelles respectives, le point commun dans la manière de faire de ces trois maisons est l’incrustation de dessins de l’auteur entre les pages et les lignes. Car Topor dessinait comme il écrivait, et écrivait comme il dessinait : d’un même geste, sur le vif, dans l’urgence. Sans se fourvoyer dans une quelconque préoccupation de style ou pis, chercher à « faire joli ». Au contraire… C’est pourquoi je l’aime.
Continuez Messieurs Dames à nous offrir les écrits de Roland. Car on se rend compte à la (re)lecture de ses ouvrages que Topor n’a pas fini de nous devancer…

topor-8

 

Hors-séries en série…

Petite revue de presse tardive (mais on est pas pressé). Des hors-séries sortis en 2012, et de bonnes vieilleries…

Hors-séries en série... dans Presse et Revues inrocksfranquin1

Les Inrocks ont eu la bonne idée de sortir un hors-série consacré à Franquin. Rien à redire sur cette initiative car, d’une part, on ne parlera jamais assez de ce génie absolu du 9ème art. D’autre part, les inrocks nous proposent une hagiographie pour le moins pertinente de l’œuvre de Franquin. Bien sur, la rédaction n’évite pas certains écueils (liste exhaustive des albums, inventaires des personnages…), cependant, ils apportent un éclairage intéressant, en particulier par le biais des dossiers « Franquin et le goût de la modernité » ou « ligne claire & style atome ».
Il ont même la bonne idée de retranscrire un large extrait de l’entretien de 1985 avec Numa Sadoul.

338165charlie20ans dans Presse et Revues

20 ans de résurrection pour Charlie. Belle performance ! Sans revenir sur leurs multiples affaires (Caricatures, Siné, Mahomet…) Charlie demeure pour moi (et je ne suis pas le seul) un véritable espace d’expressions libres et de folles créations. Enfin merde, un journal qui comprend les plumes de gens tels que Cavanna, Wolinski, Willem ou Cabu mérite d’être apprécié, lu et soutenu ! Un best-of de leurs meilleures choses (articles, couvertures, dessins…) est toujours réducteur, il faudrait bien plus de page (ce qu’ils feront avec l’ouvrage « les 20 ans » aux éditions les échappés).
Mais les perles contenues dans ce hors -série sont incontournables ! Ne boudons pas notre plaisir…

fluideglacialmontypython

Ils étaient annoncés par Christophe Goffette, l’ancien rédac’ chef, et sont tout de même sortis après son départ. Il aurait été dommage de ne pouvoir profiter de ces deux superbes hors-séries. L’idée de confronter « l’umour et bandessiné » fluidien à deux collectifs de fous, deux jalons de l’Humour mondial avec un grand h, est à la fois osée et jubilatoire.
Dans leurs formes, ces numéros sont un mélange réussi entre portraits des intéressés et bande dessinées maisons, chaque auteur revenant sur sa rencontre (et ses amours) avec ces deux bandes de comiques troupiers, à la fois créateurs et archétypes mêmes de l’humour génialement con ! Des maitres de l’absurde, dans ce qu’il a de parfois pas marrant…

fluidegroland

Entre les Monty Pythons et Groland, Fluide Glacial a trouvé des alliés de choix. De nombreuses filiations existent entre ces trois bandes. Par exemple, Terry Gilliam (ami de Christophe Goffette) a dessiné pour Pilote, avec son camarade Gotlib. Francis Kuntz – Kafka a collaboré à Fluide dans les années 80-90 avant de rejoindre l’équipe du Groland… Tous partagent et pratiquent cet humour grinçant et provocateur, pointant nos dysfonctionnements d’homo-sapiens occidentalisés, salutaire à toute démocratie qui se respecte !

ssapristi33

Trimestriel dieppois, qui a existé de 1983 à 2003, Sapristi était à la fois une revue généraliste, dressant un panorama de l’actualité « bédéphilique » dans la rubrique « dernière nouvelles du front ». Et en même temps, un ouvrage consacré à un auteur en particulier, qui signe la couverture.
Une sorte de hors-série permanent, composé d’un dossier complet sur l’auteur invité (interview, biographie, analyses de son œuvre…), et des chroniques d’albums parus dans l’année.
Pour ma part, je me suis procuré de vieux numéros, dont celui sur Loustal (n°33), très complet et richement illustré. Une somme qui m’a permis d’en apprendre sur cet auteur plutôt discret.
Une revue qui n’existe plus, et c’est bien dommage.

aasuivre15

Il fut une époque où, face au nombre croissant de revues de bande dessinée que l’on trouvait en kiosque, il fallait choisir entre le bon, le moins bon et le très bon. Même si je n’aimais pas trop (à suivre) ou Vécu et cette bande dessinée d’aventure réaliste (j’étais plutôt comique ou SF), je reconnais maintenant qu’il n’y a rien à jeter dans ce journal.
Aussi, chiner une reliure de ce type, datant de 1984, me permet de prendre la pleine mesure des talents réunis : Munoz et Sampayo, Masse (et ses folles planches colorées des deux du balcon), Rochette et son Claudius Vigne, Ceppi avec son anti-héros Stéphane, Ted Benoit et son Ray Banana… Sans oublier Boucq, F’murr, Regis Franc, Altan, JC Denis, Imagex, les jeunes Bezian et David B.
Bref, que du beau et du bon. De même du coté rédactionnel, où les chroniques et critiques sont riches et pertinentes. Le tout sous la conception graphique d’Etienne Robial. C’est dire… Une revue incontournable, même 30 ans après sa sortie.

Omni-visibilis – Bonhomme & Trondheim (Dupuis, 2010)

Omni-visibilis - Bonhomme & Trondheim (Dupuis, 2010) dans Chroniques BD omni-visibilis-couverture

Trondheim nous démontre une nouvelle fois qu’il est un formidable créateur d’histoire. D’un postulat des plus absurdes, il sait en tirer un scénario qui monte crescendo dans la dinguerie, mais qui demeure cohérent de bout en bout. Il sait comme personne aller au bout d’une idée simple, la triturer dans tous les sens, la mettre dans ses retranchement, lui apportant un rythme soutenu, sans jamais pour autant tomber dans le n’importe quoi et de fait, lasser le lecteur.

On est entrainé du début à la fin dans cette folle aventure d’Hervé, un loser (misogyne et obsédé par la propreté) qui se rend compte un beau jour que : « Tout le monde voit ce que je vois. Tout le monde entend ce que j’entends. Tout le monde sent ce que je sens. Sale journée… ». S’en suis alors une course poursuite effrénée dont il est le gibier. Tous voulant s’accaparer et profiter du phénomène (ses potes, ses voisins, son ex et même les services secrets des grandes puissances)…

958278omni dans Chroniques BD

De ce qui n’aurait pu être qu’une succession de scènes décousues, dans un registre loufoque et fantastique, Trondheim nous offre une réelle critique sociale, dénonçant le voyeurisme ambiant et la vénalité de ses contemporains.

Le graphisme de Bonhomme convient assez bien à l’histoire. Contraste réussit entre une ligne-claire vive et expressive, des mises en pages dynamiques et une bichromie aseptisée, faite de bleu pale et de blanc.

Parabole sur notre monde actuel – fait de blogueurs, face-bookeurs et autre twitteurs, ou la télé réalité prend le pas sur la fiction, ou le banal devient grandiloquent, ou les petites préoccupations de l’intime se transforment en spectacle – Omni-Visibilis est un album à l’humour grinçant, un miroir qui nous renvoi à nos propres travers d’ « homo-visibilis » !

ov-1

SEBASTIEN TELLIER – Le 106 (1er juin 2012, Rouen)

SEBASTIEN TELLIER - Le 106 (1er juin 2012, Rouen) dans Plein de Live 291437SebastienTellier

J’apprécie le gars Tellier depuis une dizaine d’année maintenant, découvert avec son morceau Black Douleur. J’aime chez lui cette faculté à faire original avec du vieux, cette manière de transcender ses influences (entre pop anglo-saxonne et variété française, arrangements organiques ou électroniques), ce génie de la mélodie…

Entouré de deux musiciens (un batteur et un clavier), Tellier arrive sur scène tel le gourou de l’alliance bleue qu’on attendait (les bras en croix) sur l’air de son désormais légendaire Pépito bleu. Concept oblige. Mais au bout de deux morceaux, il laisse tomber le masque de la mascarade pour se dévoiler tel qu’il est réellement : un artiste sensible et génial, à l’humour absurde et bon enfant.

Tellier ne cherche pas à se donner un genre, comme certains pourraient le penser. On sent que c’est un garçon honnête, au service de sa musique, nous avouant que son spectacle est encore en rodage. Il est heureux d’être ici sur scène, et nous l’exprime à plusieurs reprises. Lors des intermèdes, entre deux blagues bien placées, il nous offre des fleurs ou nous gratifie de pas de danse aussi gracieux que burlesques.

639504555245101509991826187841526765990n dans Plein de Live

Une set-list (je ne crois pas en oublier) qui fait la part belle aux nouveaux morceaux, définitivement taillés pour la scène, mais qui n’oublie pas les incontournables chefs d’œuvres…

- Pépito Bleu

- Against The Law

- Sedulous

- My Poseidon

- Yes it’s possible

- Cochon Ville

- Fingers Of Steel

- League Chicanos

- Kilometer

- Sexual Sportswear

- Divine

- Russian Attractions

- La Ritournelle

- L’amour et la violence (1er rappel)

- Roche (2ème rappel)

137919251858101509991841037841834173801n

Un concert magistral. Tellier et ses comparses sont impeccables, monstrueux de précision. Sébastien est un excellent vocaliste, impressionnant de maitrise et d’émotion, variant les tessitures comme personne. Un décor cheap, avec jeux de lumières stroboscopiques dignes d’une adaptation théâtrale amateur de rencontre du 3ème type.

Tantôt spectaculaire (sur les morceaux du dernier album), nous en balançant plein les oreilles avec sa Flying V sur de gros rythmes technos. Tantôt intimiste, interprétant ses anciens morceaux (La Ritournelle, L’amour et la Violence, Roche) parfois seul au piano.

Un concert un peu court (on en veut toujours plus !) mais intense. J’en suis ressorti avec la banane, ainsi qu’un sentiment mélangé de satisfaction et de tristesse, pour avoir passé un très bon moment avec une personne géniale, que je ne reverrai malheureusement pas de si tôt chez moi… Reviens-nous vite, maman !

60901756000610150999182228784762190475n

ALLIANCE BLEUE

Plus de photos

Le 106

1...34567...14

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía