• Accueil
  • > Recherche : graphisme noir blanc

Résultats de la recherche pour ' graphisme noir blanc '



Blues By Night – Filips (éditions Art Moderne, 1987)

Blues By Night - Filips (éditions Art Moderne, 1987) dans Chroniques BD bbny

Ce Blues By Night nous emmène à la découverte de la vie nocturne new-yorkaise des années 80. Un New-York fantasmé (remplie de belles Cadillac et autres Pontiac), dans lequel la musique tiens le premier rôle. Logique, venant d’un passionné de musique Jazz, Funk ou Hip Hop. Filips fut dessinateur à rock & folk dans les années 80, illustrateur pour MC Solar (le 45 tours bouge de là), et a récemment participé à un album sur le Funkadelic de Clinton, aux éditions Nocturne. Lou Reed, Michel Jonasz, Tom Waits, Talking Heads, Level 42, sans oublier le be-bop ou le hip hop, la bande son de cet album fleure bon les folles eighties et le revival fifties.

Entre blocs d’immeubles et murs de briques tagués, Filips nous ballade dans les rues de la grande pomme, sur les traces de personnes interlopes, des musiciens de jazz insomniaques, des artistes branchés, des détectives privés « débranchés », des losers qui cherchent à en finir… Une faune sous influence, entre musique, alcool et déprime, qui nous entraine en errance dans le milieu de la nuit, des quartiers sombres, des métros tagués, des tripots enfumées et des bars aux ambiances rétro.

bbn3 dans Chroniques BD

Sept histoires courtes entrecoupées d’illustrations de grande classe composent ce petit album de belle facture. Foutus dimanches à la con nous apprend qu’après une nuit blanche de biture noire, il n’y a rien de bon à rester gamberger entre quatre murs. I need some money est ce que se répète le personnage, bien décidé à aller jusqu’au bout. Blues By Night nous narre les dérives nocturnes d’un homme qui vient de se faire larguer, sur un air des Talking Heads… Dans Beat-Streets, deux rappeurs se languissent d’être trop jeunes pour goûter aux nuits chaudes des boites privées. Mais que fait le privé ? Où Jo le détective décide de rester chez lui aujourd’hui. Les hors-la-loi de tout poil peuvent courir le monde… Coup mou chez les durs nous fera côtoyer la vie mouvementée d’Hugues-Hubert, peintre branché et  jet-seteur de première. La boite de Jazz est l’adaptation de la chanson de Jonasz.

Filips s’attache à retranscrire l’atmosphère générale d’une ville, d’une époque, plutôt que dresser des portraits « psychologisant » de ses personnages. Son style rond et coloré contraste fortement avec les thèmes de ses histoires. Les ambiances nocturnes sont remarquables (le bleu nuit domine, normal). Ce graphisme aux formes stylisées, cubistes, aux couleurs vives en aplats, est fortement inspiré par la ligne claire d’un Joost Swarte. A ce titre, le nom des éditions : Art Moderne, peut être vu comme un clin d’œil à l’album éponyme de Swarte. Une esthétique très référencée, mais qui vieillie plutôt bien, grâce notamment aux superbes couleurs réalisées par le dessinateur lui-même.

bbn4

La boîte de Jazz…

Aaarg… Je meurs – Collectif (Même Pas Mal éditions, 2009)

aaarg_couv

Aaarg… Je meurs est un ouvrage collectif lancé par des éditions Même pas Mal (basées à Marseille), et dont le titre annonce la couleur. Un recueil composé de « gentillesses et méchancetés illustrées » par une bande de dessinateurs venant globalement du milieu alternatif. On y retrouve des réguliers du Psikopat, de MyWay ou Speedball (les fanzines de Chester) tels que Besseron, Olivier Texier, Mo Cdm, Cha, Loïs… Des auteurs adeptes d’histoires courtes (signées pour beaucoup par le scénariste Starsky), de gags en strips (les très perturbés Paf et Hencule) ou en dessins uniques (les MéFaits d’Olivier Texier), qui trouvent logiquement leur place dans ce genre de recueil à thème.

ajmPlancheA_223955

Par Goupil Acnéique & Abraham Kadabra

Sales Bêtes ! Sales Gosses ! Un thème qui inspire des histoires plutôt trash et parfois dérangeantes, mais toujours sur le mode de l’humour (absurde et noir, of course). On pourrait reprocher à certains de ces dessinateurs de « mal dessiner ». Il est vrai que leur graphisme n’est pas vraiment ce qu’on pourrait appeler « académique ». Point de jolis dessins dans ce recueil, mais des graphismes expressifs et contrastés. On sent derrière chaque trait une forte personnalité, entre les strips crades de Goupil Acnéique (fondateur du blogdamned), le noir et blanc minimaliste de Alph, ou celui très contrasté de Yann HxC (qui signe la couverture). Ainsi qu’une grande maitrise de toutes les composantes d’une histoire en bande dessinée : dialogues, narrations, découpages, mises en pages, graphismes… Des bandes parfaitement cohérentes entre leurs sujets et leurs formes.

ajmPlancheS_22363

Feed-back par Alph

Ses qualités formelles (format livre, quadrichromie, papier de bonne tenue, couverture épaisse et souple…) se rapprochent plus d’une revue comme Lapin que du fanzine. La dimension underground est pleinement assumée par la présence de deux dossiers (bien foutus) consacrés à deux artistes-illustrateurs majeurs de la contre-culture US. Le new yorkais Eric Drooker (connu pour ses pochettes des disques The ghost of tom joad de Rage Against the Machine ou encore King for a day de Faith No More) dont les œuvres expressionnistes en noir et blanc sont d’une efficacité remarquable. Le californien Emory Douglas, activiste engagé et illustrateur officiel des Black Panthers. Deux artistes pour qui le dessin est une arme bien plus efficace pour revendiquer leurs droits (et changer les mentalités) que des Aka47…

ajmEric-Drooker

Eric Drooker

http://aaarg-je-meurs.blogspot.com/

Pilules Bleues – Frederik Peeters (Atrabile, 2001)

Pilules Bleues - Frederik Peeters (Atrabile, 2001) dans Chroniques BD pilulesbleuesco

En une petite vingtaine d’albums sur quinze ans, Frederik Peeters est devenu un des auteurs les plus intéressants de sa génération. Un auteur complet (dessinateur, scénariste, coloriste…) qui développe un univers pictural des plus singuliers, mille fois copié… A l’aise dans de nombreux registre (fantastique, autobiographique, polar, dramatique ou fantaisiste), il sait adapter son graphisme (qui évolue au fil des productions) aux besoins de ses projets.

 pilu2 dans Chroniques BD

Pilules bleues fait parti de ces quelques bande dessinées qui ont fait grandir le médium, l’emmenant vers des territoires qui ne semblait pas le concerner (récit dramatique à la première personne, abordant des thèmes de société …). On pourrait le définir comme un roman graphique car c’est un récit long, autobiographique et réalisé en noir et blanc. Mais ce n’est pas suffisant pour le qualifier ainsi. Pour moi, Pilules bleues est une bande dessinée des plus traditionnelle : les séquences sont fluides, clairement enchainées, même si Peeters use parfois d’ellipses et de cadrages décalés. Ses dessins ne sont pas qu’illustrations, ils évoquent parfois ses divagations mentales (avec la présence pachydermique de rhinocéros et de mammouths). Son style semi-réaliste et sa maitrise du noir et blanc contrasté apportent une légèreté qui convient à merveille pour « dédramatiser » le récit.

pilu1

Raconter la maladie n’est jamais évident, surtout par le biais d’un médium qui n’a que rarement permit d’aborder ce genre de thématique. Pilules bleues est un album sensible, qui aborde un thème grave (le sida), sans jamais sombrer dans le pathos. La mort est à peine évoquée, seule la peur de la contamination préoccupe le couple. Un récit émouvant qui prône l’espoir, la victoire de la vie sur la maladie. Peeters a fait le choix de nous raconter son histoire par le petit bout de la lorgnette, privilégiant la subjectivité de son point de vue. Il croit en son récit, et nous aussi pour le coup (j’avoue avoir eu quelques aprioris sur cette Bd qui se sont vite dissipés… Un bien bel album.

pil3

http://frederik.peeters.free.fr/

Réminiscences – Ptoma (éditions Emmanuel Proust, 1999)

Réminiscences - Ptoma (éditions Emmanuel Proust, 1999) dans Chroniques BD ptoma

Réminiscences est un drame en cinq actes, racontant le parcours de Phoenix, boxeur et grosse frappe, vivant dans le Chicago de 1930 à 1949. Du ring à la fusillade… Un prologue muet, montrant la « bête » Phoénix dans toute son horreur. La deuxième partie s’ouvre sur une scène de cauchemar. Phoénix est hanté par de nombreux démons. C’est à ce moment qu’il commettra l’irréparable. S’ensuit alors sa quête de rédemption. Mais pourra-t-il se racheter ? Difficile quand on ne respecte pas le contrat et qu’on bute les hommes de main du boss… Chaque chapitre commence par une citation (de Michel Bataille, Gall, James Ellroy (qu’il a adapté à plusieurs reprises), Batavia et Barjavel) qui annonce la couleur : « Le « monstre » est une anomalie effroyable mais il est aussi peut-être, celui qui doit exister » (Michel Bataille in « Gilles de Rais »)

« Chicago, années 30. Un tueur sans morale qui idéalise la violence prendra conscience trop tard de sa pitoyable destinée. Quelles indéchiffrables motivations le poussent sur la voie du crime ? Et que signifie ce rêve étrange, qui ne lui laisse aucun répit, mettant en scène un épouvantail et un petit garçon bien seul pour l’affronter ? »

« Ptoma : sous ce pseudonyme se cache un auteur belge de 27 ans adepte de la « ligne sombre ». En trois bandes – six cases par planche -, sa narration va à l’essentiel, donnant du rythme et du suspense à cette hallucinante descente aux enfers. » (Quatrième de couverture)

Au première abord, on a comme une impression de déjà vu, entre les graphismes de Jack Davis (contes de la crypte), Burns, Mezzo, mais surtout Miller… Phoenix ressemble physiquement (et moralement) à Marv… Mais si Miller dessine à la machette (aux traits tranchants), Ptoma use plutôt de la faucille, générant des formes plus rondes. Cependant, ils partagent le même traitement du noir et blanc sans concessions, aux ombres incisives, aux contrastes puissants. Une maitrise digne de gravures expressionnistes du début du 20ème siècle.

Ptoma possède un style à la limite du réalisme, dont les proportions et attitudes des personnages sont excessives. Ces formes vous percutent. Les scènes de baston sont d’une efficacité redoutable, on ressent la violence des coups portés.

Une mise en scène vive, aux effets maitrisés, bien que chaque page contienne chacune six cases de tailles identiques. Cette structure en gaufrier est une véritable cage, retenant une bête qui ne demande qu’à se jeter sur vous ! Une fois encore, une contrainte peut devenir un atout. Pas de mise en page de dingue donc, pas de planche déchainées, déstructurées façon Kirby ou Mc Farlane. Il se dégage un certain classicisme dans l’enchainement des séquences, qui évoque le rythme des vieux films policiers…

Réminiscences est un bon premier album, aux influences marquées mais assumées, qui annonce un auteur prometteur (content de voir dans la revue Kramix qu’il évolue plutôt bien, et en couleur…), à l’univers singulier, qui le rapproche de nombreux auteurs de Comics et Graphic Novel. Ce n’est donc pas un hasard s’il est édité dans la collection Petits Meutres des éditions Emmanuel Proust qui, par exemple, diffuse actuellement la série The Last Days of American Crime.

reminiscencespl dans Chroniques BD

Ptoma sur Bedetheque

Collection – Une revue autour du dessin contemporain (éditions En Marge, 2010)

collection-1

Je crois bien que c’est Phil Casoar qui en a parlé dans sa rubrique mensuelle de Fluide, ou peut-être Willem dans Charlie, je ne sais plus… Toujours est-il que dès avoir appris l’existence de cette revue spécialisé dans le dessin sous toutes ses formes, je l’ai rapidement commandé chez mon libraire (mais récupéré tardivement). Celle-ci possède les mêmes exigences éditoriales qu’une revue d’art, en particulier au niveau de la qualité de reproduction des oeuvres. Son petit format n’entrave en rien le plaisir de contempler les oeuvres présentés, de les observer, de les scruter dans leurs moindres détails…

Collection dresse un panorama assez complet du dessin contemporain. Toutes les techniques y trouvent leur place, du traditionnel crayon (noir et blanc ou couleurs) au photomontage (classique ou numérique) ainsi qu’une présentation d’oeuvres bousculant les frontières entre texte et dessin… Point de critiques ou d’analyses d’oeuvre. Collection est une revue bilingue (français-anglais), collectif de dessinateurs nous présentant d’autres dessinateurs par le biais d’entretiens passionnants et passionnés, ainsi que par la diffusion de certaines de leurs oeuvres. Ils organisent également des expositions… « Envisager le dessin par de multiples entrées, explorer les possibilités du médium, de l’art contemporain au graphisme en passant par la bande dessinée, telle est la volonté de la revue Collection. Tous dessinateurs, nous recherchons le dialogue avec des artistes pour comprendre les enjeux de leurs travaux. [...] Sous d’apparents grands écarts, des liens se tissent entre les articles. [...] Nos affinités artistiques, nos goûts en commun et notre curiosité ont guidé nos choix pour ce premier numéro qui privilégie l’idée d’une promenade. » (morceaux choisis de l’éditorial).

Au sommaire de ce premier numéro, on trouve des dessinateurs connus tels que Charles Burns, Ruppert & Mulot ou Fanny Michaëlis (déjà croisé sur le site Grand Papier) et d’autres moins. J’y ai d’ailleurs découvert des artistes absoluments géniaux, pour la plupart adeptes de l’auto-édition, que dorénavant je ne manquerai pas de suivre. En particulier les dessinateurs Ludovic Boulard Le Fur, Ricardo Lanzarini ou Christian Aubrun.

Collection est une revue annuelle. Dommage, on en voudrait bien plus. D’un autre coté, sa rareté la rend d’autant plus précieuse… Vivement le numéro 2 en janvier prochain !

Collectionrevue.com

1...67891011

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Expo

Expo

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía