• Accueil
  • > Recherche : festival rock

Résultats de la recherche pour ' festival rock '



MAIN SQUARE FESTIVAL 2008

mainsquare.jpg

Belle journée en perspective. Je n’ai pas réussi à voir Radiohead à Bercy mais, séance de rattrapage, ils passent au Main Square Festival !
C’est donc avec la fine équipe, chels et arnulf, qu’on déboule sur la belle grande place d’Arras, pour une bonne journée « wock miouzique ! »
Le festival se compose d’une seule grande scène (d’où son nom) ainsi qu’une petite sur le coté (pas loin du van de Ray Cokes), sur laquelle ont rejoué Vampire Weekend et the Wombats pendant les entractes.

Ca commence donc plutôt bien avec Vampire Weekend, jeune groupe new yorkais qui a sorti un bon premier album. Ils sortent facilement du lot des nouveautés rock quasi quotidiennes, en jouant une pop-rock à l’énergie punk, légèrement new wave, très influencé par les rythmes africains (certains morceaux m’évoquent Paul Simon). Leur musique festive et enjouée est parfaite pour la scène. Leur bonne humeur et leur humour également. Une heure bien sympathique !

Ensuite, The Wombats. On n’a pas trop suivi leur prestation, pour cause de soif et de pose pipi. Cela dit, on n’a pas eu l’impression de louper quelque chose. Leur rock new wave très premier degré manque d’humour et d’originalité (comparés à vampire weekend).
On a aussi cherché un coin pour se reposer les jambes mais la grande place devient de plus en plus petite… Ca se rempli à vue d’œil…
S’en suit The Do. J’aime pas trop leur disque et bien que leur prestation était plutôt bonne (belles vocalises de la chanteuse), j’avais hâte qu’ils en finissent. Dur de passer juste avant Sigur Ros et Radiohead…

Le Main Square Festival est beaucoup moins confortable que le Rock en Seine. Les pavés ne remplacent pas une bonne pelouse. A partir de The Do, on s’est enchaîner au moins 5 heures d’affilé sans pouvoir s’asseoir, et encore moins étendre nos jambes. Dur ! On a plus 20 ans… M’enfin, on s’en moquait, car même si on en avait plein les bottes, on s’en est pris plein les ouies et les mirettes !

dsc4256.jpg

Ah ! Sigur Ros ! Je les apprécie depuis leur premier album, qui a collé une claque à tous les amateurs de noisy-rock-planant. Un univers musical original, riche, contrasté.
Très classieux, ils arrivent sur scène avec des tenues plutôt « glam-chic-baroque ». Ils commencent avec le superbe « svefn-g-englar » le premier morceau du premier album. Le ton est donné !

Le chanteur guitariste joue avec un archer sur quasiment tous les morceaux. Et ce n’est pas un effet de scène, mais bien un instrument à part entière, qui créé ces grandes envolées graves, un son de réacteur sonic ! Et quelle voix ! Jón Þór Birgisson est un chanteur lyrique, maîtrisant à merveille ses vocalises de fausset. Il chante parfois le micro sur le front, ou à travers le micro de sa guitare… La session rythmique est impressionnante, un groove constant, marchant au ralenti mais percutant ! Le clavier-choriste (au look très IIIème république) contribue à cette dimension lyrique, harmonique.

Une prestation orchestrale, grâce à la présence d’un quatuor de violons et d’un brass-band. Ce qui transforme ce concert atmosphérique en une fanfare de type « Big Bazar ». Au moins 12 sur scène ! Assez déroutant par rapport à ce qu’on connaît de leurs premiers albums. Déroutant mais génial ! Cela apporte beaucoup de chaleur et de fantaisie. Leur set-list, 8 morceaux de 8-10 minutes en moyenne :
01 svefn-g-englar
02 sæglópur
03 við spilum endalaust
04 hoppípolla/með blóðnasir
05 inní mér syngur vitleysingur
06 hafsól
07 gobbledigook
08 popplagið

arras11sigurros.jpg

Un superbe concert. Et en attendant Radiohead, je me dis qu’ils vont devoir faire très fort, tant Sigur Ros a placé la barre très haut ! Ils ont du se dire la même chose…
Ils arrivent sur scène tranquillement, Thom Yorke semble décontracté, souriant. D’entrée, ils nous collent la claque avec 15 Steps. Une claque qui durera 2h10 (de 22h à 00h10) !

01. 15 steps
Un petit « Bonsoir »
02. Airbag
03. There there
04. All I need
05. Where I End And You Begin
06. A wolf at the door
07. Nude
08. Pyramid song
09. Weird fishes / Arpeggi
10. Climbing up the walls
11. The Gloaming
12. Faust Arp (Jonny et thom solo : 2 faux départs et explosent de rire)
13. No surprises
« Vous êtes prêts ? »
14. Jigsaw falling into place
15. Reckoner
16. Exit music
Quelqu’un a gueulé au début de la chanson. Thom lui a expliqué qu’il ne l’entendait pas puis il lui a demandé de la fermer « Please shut up now ! »
17. Bodysnatchers
1er rappel :
18. Cymbal rush
19. Videotape
Thom dédicace la chanson aux gens qui regardent des fenêtres.
« Désolé pour le bruit, on peut venir boire un verre ? J’ai besoin d’un verre ! »
20. Paranoïd android
21. Dollars and cents
22. Idioteque
2nd rappel :
23. House of cards
24. The national anthem
25. Street spirit

radioheadmainsquare33.jpg

Le son est nickel, pas un instrument sur ou sous mixé. Les voix d’ Ed et de Thom sont impeccables, magnifiques. Pas une fausse note ! Thom est en grande forme. Alors qu’il peut lui arriver parfois de chanter « pas très juste » (comme en 2006 à St Cloud où il devait être fatigué), il nous sert ici une prestation époustouflante. Il fait ce qu’il veut, quand il veut, avec sa voix.

Mais là où il nous a sidéré, c’est par la qualité de son jeu de guitare. Sur presque tous les morceaux (à part quelques uns au piano) il a fait preuve d’une efficacité redoutable. Du coup, Jonny Greenwood n’a que peu pris sa guitare. Il est la plupart du temps courbé sur ses claviers et ses consoles. Il semble un peu en retrait mais il est bien présent. Tout l’habillage sonore de Radiohead, c’est bien lui !
Ed O’Brian est égal à lui-même, concentré, virtuose des ambiances noïsy, formidable seconde voix. Complément indispensable de Thom. Phil Selway, la colonne vertébrale du groupe, est plus subtil, « jazzy », de moins en moins « boite à rythme ». Colin Greenwood est de plus en plus en avant, dansant, sautant. Ses lignes de basse sont d’un équilibre parfait entre rythmique et mélodie. Bref, ils sont tous excellents, on les sent tous bien, impliqués à 200%, heureux d’être là.

normalimg1811.jpg

Le choix des morceaux est formidable ! Outre l’intégrale de « In Rainbows », ils ont joué certains que je n’aurai même pas espérer entendre ce soir : « Where I end and you begin », « A wolf at the door », « Clinbing up the walls », un morceau de Thom Torke « Cymbal rush » ou « Street spirit » !
J’ai eu à plusieurs moments l’impression qu’ils ne jouaient que pour moi !
Le visuel est superbe également, avec ces rideaux de néons plastiques sur lesquels sont projetés des images et des jeux de lumières. Un effet moderne et cheap.

Ce fut un concert intense, subtil, puissant… C’est vraiment le groupe parfait sur scène, toujours sur le fil, fort et fragile !
Encore un bon festival, à l’ organisation et la programmation de qualité ! A suivre…

Merci Google pour les photos…

MY WAY ! (Fanzine)

01017e231416158e8d31c16ad257b.jpg

Couverture de Chester

Quand on dresse un état des lieux des périodiques de bandes dessinées disponibles en kiosque, on peut constater que leur nombre est assez restreint. L’age d’or de la presse BD pour adultes est bel et bien révolu. Petit bilan rapide : au début des années 80, ont trouvait encore une bonne dizaine de mensuels officiels de BD « adultes » (autres que les Pif gadget, Tintin ou Spirou…), tels que Métal Hurlant, A suivre, l’Echo des savanes, Fluide Glacial, Circus, Charlie, Pilote

En comptant le retour de l’Echo des Savanes (mais la disparition de Cargo Zone, y aurait-il un lien de cause à effet ?) il ne reste actuellement que Fluide Glacial, aidé de son petit frère le Psikopat. Ferraille illustré est absent des kiosque depuis janvier 2006 et aucune nouveauté n’est sortie depuis (à part la reprise de Jade ou le Strip, qui sont vendus en librairie). Bien entendu, on trouve encore des mensuels tels que Bodoï, [DBD], Case mate, etc, mais ce sont des magazines d’informations et de critiques ne publiant que des extraits en avant première…

Alors, que nous reste t-il à nous, grands amateurs de ces mensuels qui nous propose des Bandes dessinées de qualité, créatives ou voire carrément d’avant-garde ? Quelles joies de découvrir de jeunes talents, qui pour la plupart deviendront des grands ? Larcenet ou Blutch ont commencé à Fluide, Tronhdeim et Menu dans PsiKopat, Sfar ou Satrapi dans Lapin, la première revue de l’Association… Comment feront les auteurs de demain s’ils n’ont plus la possibilité de publier leurs planches, de se faire connaître ?

En fait, il existe depuis toujours une alternative aux mensuels BD : les fanzines BD.
Par définition, le fanzine est un magazine fait par des fans du genre, quel qu’il soit (BD, cinéma, musique… ). Il existe tant de mordus de BD et ce, aux quatre coins de l’hexagone, qu’il est impossible de chiffrer le nombre exact de fanzine publiés dans l’année (du grand-amateur au semi-pro). Vouloir les recenser s’avèrerait une démarche pharaonique. Mais pas impossible, c’est ce que nous démontre la Fanzinothèque de Poitiers, qui n’est autre que la plus grande bibliothèque de fanzines du monde.

MY WAY ! (Fanzine) dans Presse et Revues bdetritus1 bdetritus2 dans Presse et Revues bdetritus3

Le choix est donc subjectif car la découverte d’un fanzine se fait au grés des hasards, des lieux et des rencontres…
Durant ma jeunesse (vers 1989), un amis m’a montré un fanzine que son frère et des potes avaient créé quelques années avant : BDétritus. Comme il en avait plusieurs exemplaire en stock, il m’a donné les 3 premiers numéros. On y trouve des rubriques d’actualité, des critiques d’albums, des interviews de dessinateurs normands tels que Jusseaume, Vatine et Cailleteau, mais aussi tout un dossier sur Druillet (lors de sa venue à Rouen) et bien entendu, des BD. Aucuns des dessinateurs n’ont fait carrière mais bon nombre d’entre eux avaient des qualités certaines. Je garde précieusement ces numéros que je relis avec plaisir.

Un fanzine bd peut exister en tirage unique. Il peut n’être connu que d’une dizaine de personne, famille comprise. D’ autres par contre peuvent connaître un succès d’estime régional, ou national, au point même de devenir un journal BD « officiel » (tel que Jade, par exemple). Certains fanzines peuvent avoir un seul numéro et d’autres fêter leurs 20 ans comme PLGPPUR (Plein La Gueule Pour Pas Un Rond). Des auteurs ou dessinateurs peuvent être découverts par des journaux « officiels », comme par exemple Fremion qui, avant d’intégrer l’équipe de Fluide, avait été repéré grâce à son fanzine Le Petit-Miquet qui n’a pas peur des gros !

5acf23f3f2fd3083575c6b05b7bat.jpg c31c38649b9ff3ae4f847d7a2a6ft.jpg 0ed9fe64349a22971495424a870d0t.jpg

Pour la plupart d’entre eux, cette reconnaissance se fait surtout grâce au festivals de Bande Dessinées, qui offre une « vitrine » aux fanzineux de tout poils (dans quelles conditions ? Ceci est un autre sujet). On trouve aussi des fanzines dans de nombreuses librairies spécialisées, qui favorisent la diffusions de productions locales.

L’ année dernière, lors du festival BD de Darnetal (près de Rouen, 11ème édition) nous avons visité avec Vidocq, une exposition organisé par des indépendant et des fanzineux. On y trouvait des gars de Ferraille Illustré et d’autres moins connu (avec notament une superbe expo de dessin de Blexbolex). Au moment de repartir de l’expo, je vois vidocq acheter un fanzine, Playcat Magazine, fait par une bande de copains de Basse Normandie. Je le rejoint au stand, feuillette l’ouvrage et décide d’en acheter un également. Pour les mêmes raisons que lui d’ailleurs, car le fanzine est de qualité, bien fait, mais surtout, pour aider les auteurs à continuer. Il faut soutenir la création de ces auto-productions. Leur site : http://playcat.over-blog.com/

couv5.jpg

En lisant ces fanzines, on découvre une proximité particulière avec l’auteur. Ce coté rare et artisanal, authentique et indépendant. On sait et on ressent, en le lisant, qu’il a été fait avec sincérité et les tripes ! Certains d’ailleurs revendiquent leur amateurisme. C’est par convictions qu’ils décident de s’auto produire afin de rester seuls maître à bord, libre de tout choix éditoriaux. Indépendant en somme.

C’est le cas de Chester, créateur du fanzine My Way. Je l’ai rencontré lors d’un concert des Portes-Manteaux, groupe rock alternatif des années 80 qui faisait un revival aux début des années 2000. Leur guitariste est en fait le frère du pote qui m’a emmené à ce concert sur Paris (au Rackham). On se retrouve donc « Backstage » après le concert, à boire des bières, je discute musique et bd avec un gars sympa, Chester. C’est alors qu’il me montre ses dessins et m’offre un exemplaire (n°3) de son fanzine « rock’ n’ BD » My Way (en hommage à Sid Vicous et non Sinatra !). De très bonne qualité (quadrichromie, papier glacé) je constate la présence de dessinateurs de Fluide : Mo/cdm, Relom, Larcenet, Solé et aussi Mattt Konture de l’Association. Le thème de ce numéro est « rude, rock n’ reggae ». Malgré la présence de ces « pro » de la bd, My Way reste un fanzine dans sa conception et sa diffusion (du producteur au consommateur, sans intermédiaires).

Chester garde volontairement cette indépendance. Ces potes de Fluide lui donne régulièrement un petit coup de pouce en faisant la promo de chaque nouveau numéro. 8 sont déjà sorti mais l’aventure My Way est maintenant terminée. Chester lance un nouveau zine, Speedball un comix anarcho-punk. Pour se procurer ses productions, il faut les commander sur son site, directement par Mail : http://chester.b.free.fr/.

speedball2couv.jpg

Couverture (n°2) de Mattt Konture

Festival Le Rock dans tous ses Etats 2006

20060625rdtse.jpg

Nous sommes arrivé alors que le festival avait déjà commencé. On a donc loupé un ¼ d’heure du concert de Marcel et son orchestre. Mais c’est pas grave, on aura quand même pris du bon temps.

On s’est bien éclaté ! Marcel, c’est un spectacle complet, autant visuel que sonore. Ils se mettent en scène en créant des personnage avec des look pas possible. Musicalement c’est du ska-rock on ne peut plus festif ! Y avait une sacrée ambiance dans le public (et sur scène) ! Leurs textes sont subtilement écrits, du genre : « rené est con, comme un balai, comme un balai en moins poilu et plus épais !» La classe quoi !

f17a82253e32ce08c92f026cfa20.jpg

Mais ceux pour qui je suis venu, c’est dEUS ! Depuis le temps que je voulais les voir, enfin ! Bon, l’inconvénient, c’est qu’ils n’ont joué qu ‘une heure. Mais quelle heure ! On s’est placé au dixième rang, histoire de bien les voir. Et je n’en ai pas perdu une miette.

D’entré ils nous en balance plein les oreilles avec un « pocket révolution » à l’ambiance torride. Le son est surpuissant, la maîtrise des instruments impressionnante. Tom Barman est un bon, très bon. Je retrouve ce que j’apprécie sur leur disque : le contraste entre leurs chansons plutôt pop et leur son rock-noïsy. A la fois calme et violent. Superbe !

Un concert court mais intense (j’ai sauvé la vie de quelques slameurs fous !). Je me rappelle plus de la set-list précise, mais de mémoire, je dirai : pocket révolution / stop-start nature / instant street / bad timing / fell on the floor man / nightshopping / the real sugar / worst case scenario / turnpike / freaks / nothing realy ends (tom Barman : « une chanson d’amour ») / roses / what we talk about / suds and soda.

Ce fut un excellent concert et maintenant je peux dire que dEUS est un des plus grand groupe de rock qui existe à l’heure actuelle !

fada4ee10ef7712d189476ce5580.jpg

Après dEUS, c’était Cali la tête d’affiche. Mais avec les copains, ont a tenu 5 minutes. Ses musiciens étaient plutôt bons mais lui est insupportable. Il en fait des tonnes (« public chéri, je vous aime » ). M’enfin pendant ce temps, on a été s’en boire quelques unes avant d’aller s’éclater avec monsieur philippe Katerine.

La grande classe avec son boa rose et sa barrette dans les cheveux. De plus, il arrive sur scène en imitant Cali, les bras en croix en remerciant quinze fois le public ! Trop fort ! Je ne connais pas trop son dernier album mais ses textes sont surréalistes à souhait. Du quarantième degrès ! Ses zicos sont très bons ( j’ai appris recemment que ce sont en fait les Littles Rabbits ! ) et lui chante vraiment bien. Un bon moment mais on a pas vu la fin, il fallait rentrer (faut dire qu’il a commencé à 1h du mat’)

cd776edc35d530ef151bc3d59c65.jpg

Les photos ne viennent pas de ce festival. Compte rendu sympa avec photos, sur froggy’s delight

Festival Rock en Seine 2007

rockenseineafficheres07.jpg

Arrivé au parc de st Cloud le samedi vers 15h 30 avec Arnulf et Chels. L’organisation n’a pas changé : le parking est toujours aussi spacieux et facile d’accès, sans embouteillages. Puis, on traverse tranquillement le bois pour arriver sur le site composé de trois scènes, réparties aux quatre coins du lieu, avec de nombreux stands entre deux (!?)

En ouverture du festival, sur la scène de la cascade, les Puppet Mastaz !
Leur prestation est vraiment fun ! Des zicos-marionnettistes animent divers Muppets, qui chantent, rappent, dansent et jouent la comédie. Chaque morceau, du gros rap qui tache façon Beastie Boys, est entrecoupé de saynètes (dont on comprend pas grand chose). Prestation vraiment fun mais vite agaçant pour nous, qui ne sommes pas très fan du genre.

6ba0010fe35f216991935e415f399.jpg

Puppet Mastaz

On les quitte au bout d’un quart d’heure pour aller se boire une mousse (faut pas déconner non plus) et voir the Fratellis, sur la grande scène. Trio pop-rock-folk, je m’attendais à un énième « meilleur groupe du monde de la semaine », genre Kasers Chief ou Razorlight mais en fait, c’est plutôt pas mal. Le chanteur-guitariste est bon et ses chansons sont plus originales et intimistes que la plupart des groupes pré-cité. Pas poseurs ni branleurs, il se dégage chez eux une authenticité qui fait défaut à beaucoup de groupe actuellement.

La programmation est telle que les trois scènes sont occupés en même temps. Mais les horaires étant décalés, on peut voir tout les groupes si on veut (mais pas en entier).
On bouge donc vers la scène de l’Industrie sur laquelle joue I Love UFO, groupe de punk-hardcore parisien. Puissant et efficace, je dois dire que ça fait du bien de temps en temps, un bon punk trash et hyper saturé, qui marche à l’énergie uniquement (on se casse pas la tête avec la mélodie, les couplets ou les refrains). Durant un bon quart d’heure, ça m’a rappelé les groupes de copains au lycée qui ne juraient que par NoFx ou Dead Kennedy’s !

En retournant vers la grande scène, on entendait le groupe Hellogoodbye sur la scène de la cascade. Des petits jeunots (pas plus de 20 ans chacun) qui jouent une pop-rock-noïsy sans grand intérêt. Du coup, on est retourné au stand Heineken puis on est aller voir Cold War Kid sur la grande scène. Je les avais déjà vu à Rouen au mois de juin et je les ai revu avec plaisir, tant leur set est plutôt bon et l’ambiance très sympa. Ils jouent une sorte de « cabaret-rock » avec ambiance piano-bar, gospel et jazzy, le tout dans un format très pop-rock (plutôt du genre « Violent Femme »). Un chant lyrique sur une musique roots et branque à souhait, le tout au service de bonnes chansons. Tout comme j’aime !

569be7af6bdd45fd73d43e33ae5f4.jpg

Cold War Kids

Oh ! il faut quand même que je vous raconte notre mésaventure : on a failli passer le festival SANS bières ! Et oui, on avait chacun notre CB sauf qu’on a pas tiré de liquide avant et en arrivant sur le site, on voit un panneau nous indiquant que les vendeurs ne prennent pas de CB et qu’il n’y a pas de distributeur sur le site !?! En plus, toute sortie est définitive ! Les bouuules ! En faisant nos fonds de poches avec Arnulf et Chels, on arrive à un maximum de 18 euros, soit 2 bières à 3 euros par personne ! 2 petites bières pour 10 heures de festival, on tiendra jamais le coup ! D’autant qu’à peine 17 heures, on les avait déjà liquidé ! On se préparait donc à mourir de soif quand Chels s’aperçoit qu’il à son chéquier sur lui (chose rare selon ses dires). Ne reste plus alors qu’à demander au stand si on peut régler par chèque. On y croyait pas trop, vu qu’il ne prennent pas de CB mais, ô surprise, ils acceptent à partir d’un montant de 12 euros. Trois pintes à 5 euros ça fait 15, donc c’est bon ! Ouf, on est sauvé ! La heineken n’a jamais eu aussi bon goût!

ee720b9e0c77ff3e31ad4acb152cf.jpg

C’est donc notre pinte à la main qu’on retourne en direction de la scène de la cascade, pour y voir et entendre Erik Truffaz. Prestation que Chels ne voulait rater pour rien au monde. Et je comprend pourquoi ! Trompettiste reconnu, élève de Miles Davis, Truffaz à toujours chercher à confronter le Jazz, les structures « jazz » aux sonorités actuelles. Par exemple, il fut un des premiers à mélanger le Jazz et l’électro, et ce bien avant St Germain. Reconnu et adulé dans son milieu, il n’y a malgré tout pas besoin d’être un érudit en la matière pour adhérer à son univers. Entouré d’excellents musiciens : un bassiste, un batteur et un clavier « Fender-Rhodes », Truffaz a ici fusionné son jazz à la chanson pop-folk, en invitant Ed Harcourt sur plus de la moitié du set. Harcourt invité par Truffaz ou Truffaz par Harcourt ? On ne peut le dire tant la rencontre entre ces deux personnes, ces deux univers fut superbe de complémentarité ! Une heure de pure merveille ! Un très grand moment ! Vite Chels, il faut que tu m’enregistres tous les albums de Truffaz !

36d3e50f63a98c27c49f8eed2768d.jpg 2fb0b069dd2e2228ee7434f3eddb9.jpg

 Truffaz & Harcourt

Bon, après toutes ces émotions, on va aller casser la croûte quand même ! et avec une kéken s’il vous plait. Pendant qu’on mange affalés dans l’herbe, on entend Jarvis Cocker sur la grande scène. On n’a donc pas vu ce que ça donnait mais on l’entendait, ce qui nous suffisait. On a préféré se poser tranquillement avant d’aller voir The Jesus and Mary Chain et surtout Tool !Vers 19h30, on est retourné voir du côté de la scène de la cascade où se produisait CSS, un groupe de brésiliennes qui jouent du disco-punk (c’est ce que dit le programme). Pas mal, mais sans plus. Sur la scène de l’industrie, c’était Terry Poison, un groupe électro de Tel Aviv composé également de filles. Pas transcendant.Dans l’allée centrale du site, on pouvait profiter d’une expo « Rock folio » de dessins de Craig Robinson. Cet artiste s’est amusé à styliser, pixelliser des rockstars (White Stripes, Beatles, Red Hot, etc.) A nous de les reconnaître par leurs tenues et accessoires… Sympathique !

ae9ec22e411e07104ce32da6e1956.gif  8e2d5677ef50ab008c36b14d3ac83.gif

Zappa & The Libertines par Craig Robinson

Vers 20h20, direction la grande scène pour The Jesus and Mary Chain !
Bon d’accord, c’est un groupe culte, pilier de la New-wave british avec The Cure. Mais ça nous a rapidement saoulé. Le chanteur tirai une gueule de trois mètres de long et le guitariste, sosie d’Almodovar, semblai se faire chier royalement. Leur son noïsy (ils ont du beaucoup écouté le Velvet) était vraiment trop fort. Insupportable, dans la mesure où -j’espère ne pas froisser des fans- cela ne cachait pas la médiocrité des compositions. Je ne connaissais pas leurs chansons mais ça ne m’a pas donné envie d’écouter un de leurs albums. Je veux bien croire que c’est un groupe culte, pour l’ambiance et le son, mais niveau chansons, n’est pas The Cure ou Depeche Mode qui veut.Du coup, on est retourné à notre stand fétiche. Et plutôt que d’aller voir les Rita Mitsouko (qu’on a déjà vu à Rouen), on a préféré se détendre tranquillement dans l’herbe, avant d’affronter la Bête !

L’avantage (ou l’inconvénient) d’une journée de festival, c’est qu’il y a tellement de groupes (connus ou pas) qu’on ne se force pas à suivre un live en entier, si ça ne nous plait pas. On est moins indulgent vis à vis des artistes. On peut se permettre de zapper d’une scène à l’autre, pour découvrir des nouveaux ou voir des anciens. Et en l’occurrence, nous sommes venus pour Tool !

On s’est installé trois quart d’heure avant le live (vers 21h45), pour se mettre à une bonne distance (surtout pour nos oreilles), bien en face de la scène, juste devant le stand des ingés son. On a donc assisté à la balance du live. Instru par instru, on a eu droit à un avant goût des sons qu’on allait se prendre dans la face. Basse, batterie, guitare, clavier, micros. A chaque fois on se disais : « là, ça va ! ». Oui, un par un, ça va, sauf que pendant le concert, on se les prendra tous en même temps !

7c72fcc21bc189139e8756a6c4a99.jpg

Danny Carey

Et effectivement, dès les premières notes, on a été scotché ! Pour reprendre une expression de Philippe Manœuvre : « les 10 premiers rang ont été littéralement décapités sur place ! ». Le son est hallucinant, surpuissant mais tout à fait supportable (pas trop saturé, les instruments se mêlaient parfaitement). Ils ont su recréer en live la puissance du son de leurs disques, sans pour autant nous refaire les morceaux note pour note, ni nous détruire les tympans.

81295f3e475257605de616a396e70.jpg

Adam Jones

Tool est pour moi, depuis plus de 10 ans, le meilleur groupe Metal. Et en même temps, on ne peut les réduire qu’à ça. Ils ont su créer un style et un univers riche. Croisement entre rock progressif (albums concepts, ruptures de rythme, morceaux de 8-10 minutes avec 3 mn d’intro et 2 de conclu…), Trash-métal (grosse basse, riff bien lourd, double grosse caisse…) et envolés lyriques. Le chanteur a une voix magnifique, puissante et aérienne. Il n’hurle pas bêtement comme n’importe quel trasheur de base. Nan, lui, il chante. Et comment ! La grande classe ce Maynard James Keenan (je le classe depuis longtemps parmi les meilleurs chanteurs rock, au coté de Thom Yorke, Jeff Buckley ou Mick Patton) !

af10671645ca4526cfdc7a6c7b5ae.jpg

Maynard James Keenan

Un concert de Tool est un spectacle complet. Une grosse machinerie à l’américaine. On sent bien qu’il n’y a pas de place pour l’impro, que tout est calculé au millimètre près. Mais ce n’est pas gênant, au contraire, ça colle parfaitement à leur univers. Glacial et brûlant !
Pour ces gars, le visuel est tout aussi important que le son. C’est d’ailleurs le guitariste qui créé les pochettes, les clips et tout les visuels du live. Très mystiques, hypnotiques et souvent dérangeantes, les images font références au bouddhisme, au troisième œil, à la bio-mécanique (chère à Giger)… Le tout projeté sur quatre écrans (un derrière chaque membre) plus deux géants de chaque coté de la scène.

ffe8193ae12bb154f836eebc154ec.jpg

Les morceaux s’enchaîne de façon magistrale. On se remet à peine du précédent que le nouveau nous coupe le souffle. Ils nous ont joué un seul morceau de leur premier album, deux du deuxième, deux du troisième. Le reste est issu de leur dernier « 10 000 Days », que j’ai découvert ici. Excellent ! Seule déception, ils n’ont pas jouer « Sober », leur premier single.
Physiquement et émotionnellement intense, nous sommes repartis sonnés, estomaqués par leur prestation et par le simple fait de se dire : « on a vu Tool ! enfin ! »

cab5d9e9295fa0ebe36723e5c68ce.jpg

Fin de cette journée rock, on rentre sur Rouen comblés, repus de bons sons et d’images.
C’est la deuxième fois que je viens à ce « Rock en Seine », c’est un très bon festival à la programmation éclectique, de qualité. L’ ambiance générale est excellente, le site magnifique. J’y retournerai, c’est clair…

b93fccb2d35e383c139be81aa4fa9.png

La Grande Scène

Les photos ne viennent pas de cette journée, c’est juste pour donner une idée…

Petit résumé vidéo de cette édition 2007 :

http://www.musicspot.fr/video/reportages/rock-en-seine-2007-meilleurs-moments-10001102.htm

Festival Rock en Seine 2006

rockenseineposter.jpg 

Festival organisé sur deux jours, je n’y suis allé que le samedi. Arrivés sur le site de st Cloud vers 14h45, le festival démarrait à 15h avec le groupe Broken Social Scene. Composé d’une dixaine de membres, avec la présence de Feist, B.S.S. nous a offert un très bon set. Malgrès la pluie, j’ai adoré leur prestation. Ils ont joué une petite heure, alternant des chansons très pop avec d’autres beaucoup plus noïsy (5 guitaristes sur un morceaux !). Déja très bons sur disques, je peux dire maintenant qu’ils le sont aussi sur scène. Une très bonne mise en jambe pour les concerts à venir.

brokensocial03.jpg

Après Broken, on s’est posé tranquillement pour manger et boire un coup. Puis on est allé voir ce que donnait le groupe Phoenix. Je suis pas trop fan de ce groupe français et leur passage a confirmer mon avis : ce n’est pas terrible ! on est resté 1/4 d’heure maxi

En attendant Beck qui jouait à 19h45, on a jeté une oreille à Skin, la chanteuse black du groupe métal skunk anansie. J’aime pas vraiment ce genre de musique power-rock. En plus, elle est aussi bruyante en solo qu’avec son ancien groupe… 5mn, pas plus.

Ayant encore du temps avant les deux têtes d’affiches, on en a profité pour aller voir l’ expo photo de Jean-Baptiste Mondino « rockfolio ». Comme son nom l’indique, l’expo présente des clichés d’artistes rock ainsi que leurs guitares. Même si j’aime pas trop les clips de ce monsieur, ces photos sont dans l’ensemble très belles !

2bfe710ec01d6d072e57680bf4f0t.jpg   13ef7b5fc7844da95fbcc9c0a942t.jpg

L’heure approche avant Beck et Radiohead mais on a le temps de se boire une petite mousse ! On se rapproche de la scène principale, on se choisi un emplacement, on s’assoie et on attend tranquillement. L’ambiance commence à monter. Ils nous passent de la musique et quand retentissent les première note de 2+2=5, les cris et applaudissements de la foule ne se font pas attendre. Non, ce n’est pas Radiohead qui arrive, mais pendant quelques secondes on y a cru.

Et quand on entend le riff de « loser » (premier single de Beck), je me dis qu’ils nous refont le même coup, mais en voyant la tête blonde chapeauté du sieur Beck sortir de derrière la scène, plus de doute, ça commence enfin !

Voir Beck en concert, c’est l’éclate total. Ce type et ses musiciens sont des clowns, des boufons. Et bien sur d’excellent musiciens. Pour ceux qui ne connaissent pas l’univers de Beck, il faut imaginer un chanteur pop-folk (guitare sèche et voie cassé) jouant du rap dans un groupe de rock avec un dj, deux batteurs et un danseur fou. Le clou du spéctacle : 4 marionnettistes animant en direct des poupées à l’effigie de Beck et de son groupe ! Voir les puppets chanter, jouer et danser en rythme avec la musique, sur les 2 grands écrans, donnent l’impression qu’il n’y a qu’eux sur scène, que c’est eux qui jouent (impression renforcée par le fait que les musiciens nous parraissent minuscules avec la distance). Excellente idée ! Je n’ai pas la set-list mais il a joué des bons morceaux de ces albums « mellowgold » et « odelay » (loser, pay no mind, devils haircut, where it’s at, new pollution…) La classe !

beck01.jpg

Après Beck, on attend une petite demi-heure avant l’arrivé de la tête d’affiche de ce festival (et ceux pour qui je suis venu) : Radiohead !

Ils entrent sur scène sous nos acclamations et commence par un « Airbag » gonflé à bloc suivi d’un « 2+2=5″ déchainé. Ca y ‘est nous sommes rentré de plein pied dans ce qui va être un putain de concert. Ces mecs sont des Dieux sur scène. Leur maitrise du son est impressionante et Thom Yorke chante effectivement aussi bien (faux ?) en live que sur disque. Impressionant ! Les chefs d’oeuvres s’enchainent de tel façon qu’au bout d’une demi-heure, je ne sais plus combiens de chansons ils ont interprétés, ni dans quel ordre. Mais peu importe de toute façon, profitons de l’instant présent : « the national anthem » surpuissant, « my iron lung » explosif, « morning bell » hypnotisant, « fake plastic trees » beau à pleurer… Et voilà ce qu’on attendait tous, des morceaux de leur prochain album. « Et maintenant un nouveau chanson » comme nous l’annonce thom. Ils nous offrent en fait 4 superbes chansons qui s’inscrivent parfaitement dans leur set-list. Belle surprise de constater qu’il nous ont interprété 3 morceaux de « the bends » (album de 1995) comme quoi, ils ne renient pas leur passé ! Cela dit, ils n’en n’ont jouer aucun de leur premier (pablo honey, 1993). 4 de OK computer, 4 de kid A, 3 de Amnesiac, 3 de hail to the thief et 4 inédits. Un set de 21 chansons vraiment représentatif de leur discographie. De quoi combler le fan de base que je suis.

59773d8fd0ea3bcc98a1aa17889d.jpg

Vue de l’écran au moment de « you and whose army » où thom yorke se parodie et en rajoute à fond sur le côté chanteur écorché. Car loin d’être froid et « prise de tête », c’est un groupe chaleureux qui fait preuve de beaucoup d’humour et d’auto-dérision.

01 Airbag : gonflé à bloc
02 2+2=5 : survolté
03 The National Anthem : surpuissant
04 My Iron Lung : explosif
05 Morning Bell : hypnotisant
06 Fake Plastic Trees : beau à pleurer
07 Videotape [Thom: « Et maintenant un nouveau chanson« ] : très bon
08 Nude : magnifique
09 The Gloaming : surprenant
10 Paranoid Android : épique
11 All I Need : beau
12 Pyramid Song : impressionant
13 Lucky : émouvant
14 The Bends : renversant
15 I Might Be Wrong : bluesy
16 Idioteque : transcendant
17 Everything In Its Right Place : très attendue (à pleurer)

Rappel
18 You And Whose Army : lyrique et ironique
19 Bodysnatchers : surprenant
20 There There : d’anthologie
21 Karma Police : beau et triste (car c’est la fin)

Ce fut une superbe journée Rock qui s’est terminée en apothéose avec Radiohead. Ces deux heures de concert confirment ce que je pense d’eux : c’est bel et bien le meilleur groupe rock qui existe à l’heure actuelle. C’est la première fois que je les vois, ce ne sera pas la dernière !
Photos sur http://106productions.free.fr/phpwebgallery/index.php?/category/6

12

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía