• Accueil
  • > Recherche : couverture fluide glacial

Résultats de la recherche pour ' couverture fluide glacial '



L’encyclopédie du mauvais goût – Hervé Depoil, François Quenouille et Gilles Verlant (Editions Hors Collection, 2007)

ledmg

Pour commencer cette nouvelle année 2012, quoi de mieux que l’encyclopédie du mauvais goût. Mais attention, le bon mauvais goût ! L’indispensable et nécessaire mauvais goût qui bouscule les canons officiels du beau et du bon. Les auteurs (aux noms parfaits) n’ont pas l’ambition d’établir la liste exhaustive du mauvais goût en matière d’art, de mode et de phénomènes de société. Seulement présenter les perles du genre, issues des cinq continents, réparties en une quarantaine de thèmes (d’Architecture à Zombies, en passant par Bondieuseries, Cuisine, Hard-Rock, Mode, Presse, Records, etc. C’est pourquoi des artistes tels que Duchamp, Dali ou Orlan y côtoient les Yvette Horner, Michou et autres nains de jardin…

On l’aura compris, cette encyclopédie est un ouvrage de divertissement, qu’il ne faut surtout pas prendre au premier degré. Le thème abordé ne le permet pas !

L'encyclopédie du mauvais goût - Hervé Depoil, François Quenouille et Gilles Verlant (Editions Hors Collection, 2007) lescrados

Cette lecture confirme ce que je savais déjà : j’aime le mauvais goût ! Mais seulement le mauvais goût volontaire, assumé. Je retrouve dans cet ouvrage des références incontournables que j’ai déjà eu le loisir d’aborder dans les pages de ce blog : Duchamp et son urinoir, Jan Bucquoy et ses parodies salaces de Tintin (ainsi que la fameuse couverture de Goossens pour Fluide Glacial), Charb, Willem ou Vuillemin, Choron et Hara Kiri, John Waters et Divine avec leur Pink Flamingos, Groland, le Braindead de Peter jackson ou les Zombies de Romero… Bref, que du lourd !

Un ouvrage parfaitement illustré, avec une maquette claire et dynamique (aux couleurs de pur mauvais goût !) et des chroniques concises et complètes. Le tout chapoté par le sieur Gilles Verlant, c’est dire si l’on évite la faute de goût !

charbmauriceetpataponra

Gilles Verlant

Presse en revues…

Presse en revues... dans Presse et Revues 4236003

Couverture double de Solé

J’apprends en lisant le dernier Fluide Glacial que Christophe Goffette est le nouveau rédacteur en chef de la revue, suite au départ de Thierry Tinlot, partit pour de folles soirées belges… Je suis d’abord agréablement surpris, Goffette est un bon, indépendant et sans concessions, et le savoir à la tête de Fluide n’annonce que du bon pour les mois à venir (en gros, ce n’est pas demain la veille qu’on trouvera de la publicité dans le journal !)

Puis, un doute m’assaille, cette nouvelle fonction aurait-elle un lien avec l’absence dans les kiosques de la revue Brazil2 depuis juin ? Je prospecte un peu sur le net et apprend par Wikipédia l’arrêt de diffusion des revues Crossroad et Brazil, éditées par Bandits Company, la société indépendante fondée par Goffette en 2000. « Du fait d’une chute aussi imprévisible qu’irrémédiable des rentrées publicitaires, les magazines cessent leur parution en juin 2011, après environ 250 numéros publiés en toute indépendance. » Merde !

Bon, la bonne nouvelle, c’est le retour de Siné dans les kiosques, avec un mensuel qui « fait mal et ça fait du bien ». On y retrouve de nombreux chroniqueurs et dessinateurs de l’hebdo, réunis dans un 32 pages à la maquette bien foutu, claire et colorée. A 4euros 80, toujours sans publicité, c’est le prix de l’indépendance…

De son côté, Charlie Hebdo a fêté son 1000ème numéro le 17 aout dernier. 1000 numéros depuis sa reprise en 1991 ! C’est tout de même un exploit pour un hebdo satirique. Vu les nombreux chamboulements survenus dans la rédaction ces dernières années, ce n’était pas gagné. Tant mieux pour nous !

sinemensuelkiosquehome dans Presse et Revues

Mézières et Christin… (Dargaud, 1983)

Mézières et Christin... (Dargaud, 1983) valerianhs00

Cet album, édité en 1983, rend un hommage plus que mérité à ce formidable créateur d’univers qu’est JC Mézières. Bien que Christin soit crédité au générique, la plupart des histoires présentent dans ce recueil ne sont dues qu’à Mézières lui-même. Préfacé par son complice de toujours, ainsi que par Gérard Klein, cet album comprend un épisode inédit de Valérian, Les Mauvais Rêves, dans lequel il rencontre pour la première fois Laureline.

Des récits complets de SF ou de Western parus dans Pilote, Tintin, Metal Hurlant, Fluide Glacial ou (A Suivre), en particulier Mon Amérique à moi, une bd de dix pages dans laquelle Mézières nous raconte sa passion pour le Grand Ouest, son départ seul pour les USA et son expérience de garçon vacher (les « vrais » cowboys).

On découvre également que Mézières et Christin avaient travaillé dès le début des années 80 à une adaptation vidéo de Valérian, qu’ils définissent comme « …une recherche susceptible de déboucher sur une nouvelle forme de narration à la fois graphique et audio-visuelle. L’avenir dira si c’est possible ». Et l’avenir leur donnera raison, même si l’actuelle série d’animation est assez éloignée de ce projet initial…

On trouve également diverses illustrations pour des couvertures de revue, de fanzine, que Christin présente en préface : « …c’est sans doute au fil de courts récits solitaires, au détour de quelque dessin pleine page isolé qu’on comprendra mieux ce qui irrigue l’ensemble de l’œuvre, qu’elle soit menée avec un scénario ou pas. En effet, Jean-Claude, avec autant d’humilité que d’opiniâtreté, revient toujours sur ce à quoi il croit profondément, et il importe peu que ce soit de façon explicite ou implicite. Le mythe fondateur de son système de représentation, c’est celui de l’Ouest américain, bien évidemment, comme on pourra en juger à la lecture de nombreuses pages qui suivent. »

couvertureplgppur

Illustration pour le fanzine PLGPPUR…

Mézières est un immense graphiste. Il jongle avec une facilité déconcertante entre réalisme et style humoristique. Il a rapidement trouvé sa voie, unique et indémodable, entre un classicisme à la Gillon et un burlesque à la Moebius. Il est capable de traiter de manière très réaliste les formes pour le moins humoristiques de ses personnages. Ses décors sont remarquables. Que ce soit pour représenter des extra terrestres, des planètes, des vaisseaux, des architectures, des faunes ou des flores, Mézières fait preuve d’une constante inventivité qui apporte toute sa richesse à sa série phare, dans laquelle on ne ressent aucune impression de répétition – ce qui est une gageure pour une « saga SF » de plus de vingt albums…

« Le dessinateur Jean-Claude Mézières occupe un rôle central dans la bande dessinée française. Je dis bien central. Ni plus, ni moins. Car on peut soutenir par exemple que son style se situe plutôt à l’arrière-garde de cette avant-garde qui a révolutionné le genre dans les années 1960-1970 : des innovations nombreuses chez Jean-Claude, certes, mais dans le strict respect de la tradition. Et, de ce point de vue, on peut dire aussi qu’il est franco-belge ou plus exactement frontalier, comme ces ouvriers qui chaque jour du côté de Tournai ou de Rocroi passent d’un pays à l’autre en fonction de la nature du travail proposé. Attention : rien  à voir avec ce qu’on appellera plus tard la « ligne claire », qui sera mise en œuvre par de faux Belges investissant en clandestins un système narratif qu’ils noyauteront rapidement à leur avantage. En 1966, lorsqu’il débute à Pilote, Jean-Claude est avant tout un Français à la recherche d’un discours graphique original mais qui paye son écot aux grands maîtres de l’époque précédente, tout comme les peintres français du quotidien au XIXème siècle ont reconnu leur dette à l’égard d’une école flamande bien antérieure. » (Pierre Christin)

planchevalerian01158312

Première rencontre entre Valérian et Laureline…

Kramix – Revue (Le Lombard, 2010)

Kramix - Revue (Le Lombard, 2010) dans Presse et Revues kramix5

Numéro 5, couverture de Nix

Après Le Strip, les éditions du Lombard (qui ont surement compris l’intérêt de prolonger leur expérience éditoriale) ont sorti en janvier de cette année (lors d’Angoulême) cette nouvelle revue, également vendue en librairie spécialisé. On retrouve certains mêmes dessinateurs (Coyote, Nix, Mo/cdm, Clarke…) ainsi qu’Antoine Morel et sa chronique « la vodka du diable ». Mais autant Le Strip (qui ne parait plus) ne contenait que des auteurs connus et reconnus, Kramix nous présente des dessinateurs(trices) possédant moins de visibilité médiatique, mais non moins de talents (Ptoma, Soulcié, B-gnet, Camille, Maud Millecamps, Lucile Gomez, Jürg…). Ce qui est plus intelligent et répond plus justement à une politique de diffusion d’auteurs moins évidents (moins confirmés à la vente) pour ainsi assurer la relève.

C’est donc dans ses intentions, mais également au niveau du format et d’une partie du contenu que des changements s’opèrent (sans oublier le prix, même si 2 euros, ça reste compétitif). On y trouve plus de rédactionnel, d’articles, et même une nouvelle illustrée. Au final, cette nouvelle revue reste un outil de promotion pour les éditions du Lombard (mais bien moins que ne l’était Le Strip) qui y diffusent toujours en grande partie, des auteurs maisons. Perso, je trouve Kramix plus intéressant, plus abouti, et bien plus adulte que Le Strip (la nouvelle de Nicolas Ancion n’est vraiment pas politiquement correcte !). Le nom Kramix sonne comme un croisement entre « crade » et « comix ». Pas étonnant alors que ce « kramix » aborde le thème des Punks dans ce dernier numéro (5) de septembre. Malgré les apparences, Kramix est d’un esprit plus proche de Fluide Glacial (voire du Psikopat) que de Spirou. A suivre donc…

kramix2 dans Presse et Revues

Numéro 2, couverture de Clarke

Night Taxi – Matthias Schultheiss (Delcourt, 1990)

couverturebd2906187445.jpg

Il y a d’abord Wilhelm Busch, le créateur de Max und Moritz, qui fut l’un des précurseur de l’art invisible. Plus récemment Ralf König, que l’on croise régulièrement dans les page de Fluide Glacial ou encore, Jens Harder, qui a raflé de nombreux prix (mérités) avec son superbe Alpha. Bref, même s’ils ne disposent pas d’une forte notoriété internationale, nombre d’auteurs s’exportent et jouissent d’une reconnaissance dépassant les frontières de nos cousins germains. Schultheiss est de ceux-là.

Night Taxi est sorti en 1990, chez la toute jeune maison d’édition Delcourt. L’histoire de Léo, cette conductrice de taxi ne croisant que des clients louches, qui se retrouve envoutée par une amulette mystérieusement oubliée dans sa voiture, n’est pas la principale réussite de cet album. Ce sont les indéniables qualités graphiques et picturales de Schultheiss (ainsi que l’ambiance étrange qui se dégage de ces pages) qui nous incitent à aller au bout de cette aventure urbaine, sous influence vaudou…

« La ville n’a qu’une réalité : celle que tu lui donnes. Et peu importe que ce que tu vois existe aussi, ou non, pour les autres. Tu sens les événements à fleur de peau, comme le flux, comme des morsures dans ton coeur. Tout est véridique : Léo, Franky, les désaxés, le Diable. Ils sont en moi, comme je suis en eux. Je les aime. J’aime ces nuits à la frontière du rêve. J’aime Hambourg. » (Matthias Schultheiss)

Pour ce Night Taxi, Schultheiss n’utilise plus le style noir et blanc hachuré de ses débuts (il a commencé très fort avec son adaptation des Contes de la folie ordinaire de Charles Bukowski), influencé par Moebius ou Bilal. Son travail de modelage de la matière par la couleur, ses formes soutenues par un trait de contour, ses contrastes clair-obscurs puissants ou l’expressivité de ses visages font plutôt référence à son voisin transalpin Liberatore. Mais en plus stylisé, cubiste… Schultheiss est un auteur singulier, à l’esthétique riche et intense. Il vient de sortir un nouvel album, après presque 20 ans d’absence, qui s’annonce bien bon : Le voyage avec Bill.

Night Taxi - Matthias Schultheiss (Delcourt, 1990) dans Chroniques BD nighttaxi01pl

Schultheiss sur Bedetheque

 

1234

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía