• Accueil
  • > Recherche : concert tour 2010

Résultats de la recherche pour ' concert tour 2010 '

Apocalypse Nerd – Peter Bagge (Rackham, 2010)

Apocalypse Nerd - Peter Bagge (Rackham, 2010) dans Chroniques BD 240719315

Apocalypse Nerd, c’est Joe Matt chez Mad Max ! Une comédie post-nuke jouant sur le décalage vécu par deux geeks, Perry et Gordo, plus habitués au monde virtuel, confrontés à une situation de survie suite à la destruction de leur ville, Seattle. Une histoire qui sombre rapidement dans le dramatique, voire le sordide, lorsque les deux protagonistes en arrivent à devoir tuer pour survivre. Une histoire sans concessions – avec un souci de réalisme quant aux situations et aux réactions des personnages – dont le point de départ s’appuie sur des événements réels : - « Début 2003, quand les gouvernants des États Unis faisaient l’impossible pour partir en guerre contre l’Iraq, j’ai entendu un diplomate nord-coréen déclarer à la radio que son pays pouvait détruire Seattle avec une frappe nucléaire. Cette déclaration n’a eu que peu de place dans les médias américains, sans parler d’une réponse officielle du gouvernement, peut-être parce qu’elle allait détourner l’attention des gens du fait que nous allions bientôt avoir Saddam Hussein. Néanmoins, j’ai trouvé cette petite info tout à fait déconcertante, peut-être parce que j’habite Seattle. Tout naturellement, j’ai commencé à spéculer… Et si… » (Extrait de la préface de Peter Bagge)

an001 dans Chroniques BD

C’est la force de ce livre. Bagge nous raconte une histoire sombre et glauque, traitée cependant de manière humoristique plutôt hystérique. Artiste underground depuis plus de vingt ans, son graphisme est emprunts de cette dinguerie et cette souplesse propre au genre. On imaginerait plutôt ce type d’histoire dans un style réaliste et sombre, mais Peter Bagge ne peut s’empêcher de déconner et c’est tant mieux !

apocalypsenerdimage1

« Si le récit se fait plus linéaire et fluide, loin des retournements explosifs de la saga de Buddy Bradley, Peter Bagge reste pourtant incapable de dessiner sans nous pousser au fou rire, même dans les passages les plus dramatiques de son livre. Proche des dernières expériences de Bagge, qui s’est récemment consacré au journalisme politique en bande dessinée dans les pages de Reason ou sur suck.com, Apocalypse Nerd témoigne de l’extraordinaire vitalité créative de cet incontournable auteur, toujours aussi caustique qu’il y a vingt ans. » (source)

696206aposlide1

Ce thème de la survie post-nucléaire sert de bon prétexte à Bagge pour laisser libre cours à son « immoralité ». Il développe une vision critique de la société américaine, dans laquelle les marginaux s’adaptent mieux que la famille américaine moyenne. Une situation chaotique qui laisse les instincts les plus sauvages prendre le dessus sur le sens civique de chacun. La civilisation est fragile (le communautarisme en prend ici pour son grade) et il en faut peu pour que le règne du « chacun pour sa gueule » ne reprenne ses droits. Et à ce jeu, le geek semble le mieux préparé, dans la mesure où il n’a plus rien à perdre.

apocalypsenerdimage2

Peter Bagge

Editions Rackham

TINDERSTICKS – Théâtre des Arts (11 novembre 2010, Rouen)

1290164065

Stuart A. Staples

 Premier concert de l’année, enfin. Et pas des moindre. Tindersticks ! Un groupe que je connais depuis leur superbe album Curtains (1997) et qui ne cesse de me plaire. Avec l’ami David, on est sorti de ce concert sur un petit nuage, illuminés. Le seul mot qui me vient pour qualifier leur prestation est : la classe ! La grande classe, dans tous les sens du terme. Classieux, tant dans leurs attitudes (ils sont tous tirés à 4 épingles) que par l’interprétation impeccable de leur chansons. Classique, dans la mesure où la présence d’un groupe rock dans le superbe Théâtre des Arts ne faisait pas tache du tout et nous démontre que le rock peut être aussi de la grande musique. L’univers musical des Tindersticks (avec ces arrangements de cordes et de cuivres) a tout à fait sa place dans un opéra. L’acoustique y est parfaite. J’ai ressenti beaucoup de frissons le long de l’échine…

La Classe, car Tindersticks nous a, en plus de nous émouvoir, donné une grande leçon de maitrise. Maitrise des instruments (ils sont tous multi-instrumentistes, jonglant entre guitares, basse, batterie, claviers, xylophone, violoncelle, saxos, tambourins, triangle…) ainsi que des voix (les chœurs – portés par les nouveaux musiciens – étaient parfaits et se complétaient admirablement avec le timbre grave de Stuart Staples). Maitrise aussi des variations d’intensités. La puissance du groupe vient de là, bien plus que du son en lui-même. Ils usent subtilement de l’art du fondu.

 TINDERSTICKS - Théâtre des Arts (11 novembre 2010, Rouen) dans Plein de Live tindersticksneil04

Neil Fraser

Malgré ce que l’on pourrait croire à l’écoute de leurs albums, Tindersticks n’est pas un groupe triste ou déprimant. Ils dégagent beaucoup d’émotions, de chaleur. On les sent touchés par nos sollicitations. Grand monsieur que Stuart Staples, humble, authentique, impliqué (et quel pas de danse !). Il chante moins basse que je ne l’aurai imaginé. Sur les quelques morceaux que je connaissais, il les a interprété un ton au dessus. Une orchestration aux petits oignons, entre harmonie et distorsion. Un mur du son sur certains morceaux (3 guitares, basse et violoncelle) mais toujours constructif, soutenant la mélodie. Pas de bruit pour rien. Au contraire, tout est à sa place, impeccable…

tindersticksdavid01 dans Plein de Live

Dave Boulter

Un set représentatif de leur univers, dans lequel ils nous ont interprété de nombreuses chansons de leur dernier album, que j’ai découvert ici. Magnifiques.

1- Falling Down A Mountain

2- Keep You Beautiful 

3- Marbles

4- Sometimes It Hurts 

5- She Rode Me Down 

6- Raindrops 

7- Bathtime 

8- Marseilles Sunshine (de circonstance en ce 11 novembre)

9- The Other Side of the World 

10- Tyed 

11- Black Smoke 

12- Factory Girls 

13- A Night In (1er rappel) 

14- Harmony Around My Table (2ème rappel)

tindersticksstuart01nei

(les photos ne viennent pas de ce concert)

 « Entouré de ses fidèles acolytes que sont Dave Boulter et Neil Fraser (clavier et guitare), Stuart A. Staples nous offre du nouveau dans l’univers Tindersticks. Falling Down the Moutain, leur dernier album (4 clefs Télérama), est un disque de folk-blues accessible à tous et surtout à ceux qui avaient lâché le groupe dans sa période trop sombre. Autour de sa voix de crooner toujours aussi envoûtante, Stuart A. Staples et son groupe nous offrent aujourd’hui un horizon élargi, magnifique et sans maniérisme où les chansons, d’une éminente classe, s’habillent d’arrangements raffinés et où la mélancolie prend la forme du bonheur. 

Stuart Staples – chant, guitare // David Boulter – orgue, piano // Neil Fraser – guitare // Dan McKinna – basse, chœurs // Earl Harvin – batterie, chœurs // David Kitt – guitare, chœurs // Andy Nice – violoncelle, saxophone » (source)

http://www.tindersticks.co.uk/

2010, année de la loose…

23850867791.jpg

Ce n’est à priori pas cette année que j’aurai le plaisir d’assister à (et donc commenter) un concert ou une journée de festival. Les aléas de la vie, les obligations professionnelles, l’aspect financier, la distance géographique… Bref, pour toutes ces raisons, je n’ai pas encore vécu d’évènement Live en 2010, pourtant, les projets ne manquaient pas. Cela dit l’année n’est pas finie…

Voici donc un petit bilan des concerts et festivals auxquels je n’ai pas assisté cette année :

Depeche Mode à Bercy (les 20 et 21 janvier). Et c’est un événement pour moi car depuis 1990, je n’ ai loupé aucune de leurs nouvelles tournées (World Violation, Devotional Tour, Singles 86-98, Exciter Tour et Touring the Angel). Mais cette année, je n’ai simplement pas voulu y aller, déçu par leur Bercy de 2006 et toujours pas convaincu par leur dernier album. C’est un désaveux vis à vis d’un groupe qui a longtemps été pour moi le meilleur, aussi bien en concert que sur disques. Mais ma passion s’est atténuée depuis leur album « Playing the Angel » et le dernier n’y fera rien. Pas voulu voir DM cette année, et pas trop de regrets…

Les Terrasses du jeudi à Rouen. Je ne vais plus à la Fête de la Musique depuis quelques années. Trop de monde, de bruit… Je sais, je vieilli. Ce qui est bien dans ma ville, ce sont ces concerts gratuits organisés sur les terrasses des cafés et autres pubs, tous les jeudis du mois de juillet. On trouve en moyenne 4-5 groupes installés un peu partout dans la ville. Ce qui nous donne l’occasion de se balader d’une place à l’autre… Cette année, était organisé une scène du Kalif, avec tous les bons groupes rock rouennais gravitant autour de l’association du Kalif (un lieu dédié à la musique avec salle de concert, locaux de répétitions et même un studio d’enregistrement). Un mini-festival avec La Maison Tellier, Radiosofa, The Elektrocution, Tupelo Soul… Entre chaque groupe, un DJ set animé par l’ami Ahmede (qui est connu et reconnu comme le guitariste des Tahiti 80 !). Bref, une super programmation pour un évènement auquel je n’ai pu assister, pour raisons professionnelles (merci encore aux amis qui m’ont appelé pour les y rejoindre !!!). Je n’ai pu me faire qu’un seul jeudi, où je n’ai rien vu car il pleuvait fort et du coup, on s’est réfugié à l’abri, autour d’un verre… Résultat : vu aucun concert sur les 5 jeudis de juillet !

L’ami Ali m’avait proposé d’aller voir Mr Marcus Miller qui passait dans la région. Mais pour des raisons d’emploi du temps, je n’ai pu l’accompagner, dommage…
On avait aussi évoqué avec des amis la possibilité d’aller au festival Hellfest pour y voir en particulier Deftones. Ca aurait pu être sympa car même si je n’y allais que pour ces derniers, il y avait de sacrées pointures du Metal (Motorhead, Sepultura, Slayer…). Bien que le genre Metal me fatigue vite, il devait y avoir une ambiance dingue…

Enfin, ma plus grande déception est de ne pas avoir été à Rock en Seine. Depuis 2006, j’ai pris l’habitude de conclure la période estivale à St Cloud par une journée de wock-miousik-festival ! Mais malheureusement pas cet été. De toute façon, on s’y serait pris comme d’habitude à la dernière minute et cette année, la journée du samedi était sold-out au moins 15 jours avant la date ! Je n’ai donc pas vu Massive Attack (ça je m’en remettrai) mais surtout les Queen of a Stone Age et ça, ça fait ièche ! Josh Homme est sur ma liste depuis quelque temps et je n’ai pas encore réussi à le mettre à mon tableau de chasse ! Autre déception, Beirut, qui lui, passait le dimanche…

Je regrette autant de ne pas avoir assisté à la prestation des artistes que de n’avoir pu profiter de l’ambiance particulière d’un concert ou d’une journée de festival entre amis. Mais bon, une année ne fait pas l’autre, je me rattraperai en 2011 !


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía