• Accueil
  • > Recherche : bon temps orchestre

Résultats de la recherche pour ' bon temps orchestre '

Dérapages – Jean Solé (Dargaud, 1979)

solé1

Indispensable second couteau de la presse bédé, Solé a laissé sa marque dans toutes les grandes revues de l’époque : Pilote, l’Echo des savanes, Fluide Glacial (dès sa création), Métal Hurlant, (A Suivre) ou Pif Gadget. Bon nombre de ses couvertures sont devenues cultes. Fan absolu de Pop Music (les Beatles surtout), il  fut illustrateur à Rock and Folk et a pondu de nombreuses pochettes de disque, pour Marcel Dadi, Richard Gotainer, Guy Béart, Brassens ou Marcel et son Orchestre… mais aussi Hendrix ou Zappa. Des affiches de film aussi (le Père Noêl est une ordure, Et vive la Liberté des Charlots). Il apporte toujours sa contribution à Fluide, avec le retour de Superdupont.

Solé est à l’aise dans tous les genres, se trouvant dans son élément aussi bien du coté des « science-fictionneux » Moebius, Nicollet ou Caza, que des humoristes Gotlib, Mandryka ou Loup. Malgré une forte diversité de techniques et de styles, les dessins de Solé se reconnaissent immédiatement. Par ce trait souple et épais, servant des formes rondes, charnelles. Un graphisme riche et maitrisé dont les principales influences revendiquées sont Crumb, Franquin et Norman Rockwell.

Sorti en 1979, cet album de Solé compile des histoires et illustrations fantastico-loufoques parues à l’époque dans les pages de Pilote. A l’exception d’un gag scénarisé par son ami Gotlib, ce Dérapages ne comprend que ses propres histoires. Tel un Alexis, qui a essentiellement œuvré avec des scénaristes, Solé a collaboré avec du beau monde (Dionnet, Dister, Gotlib, Lob, Vidal…). Cependant, l’un et l’autre (Alexis avec son Avatars et Coquecigrues ou Solé avec ce Dérapages) nous démontrent leur capacité à créer leurs propres univers, partageant cet amour pour un humour absurde et surréaliste.

Un album qui reflète parfaitement l’esprit de son époque : entre réalisme sombre (les pâtes) et psychédélisme hérité des folles sixties (Deux pages (sans sens), comme ça, en passant), humour crétin (la cigarette), chronique sociale (Une vie comme ça…) ou récit autobiographique (L’angoisse de la feuille blanche). Certaines histoires son teintées d’un humour noir digne de Serre ou Franquin (Vol à la tire d’ailes, Drames de la route), quand d’autres allient délires autobiographiques et surnaturels, proches des Scènes de la vie de banlieue de Caza (La tache). Sans oublier son obsession pour les robinets qui goutent, véritable leitmotiv de cet album, à voir comme le symbole de ses nuits blanches… Ses références vont de la culture populaire made in US (Maidine youaissait) à Toulouse Lautrec (A la manière de Lautrec), en passant par Lewis Carroll (Une facétie au poil de Jano Kapluduntour).

« A la question : « Comment te définirais-tu ? », Jean Solé répond simplement : « Comme un fantaisiste ! ». Presque sans hésitation. « Je me rends compte que, depuis le temps, ajoute-t-il, le mot Fantaisiste est ce qui me caractérise le mieux, par son aspect ludique, parce que ça part dans tous les sens. Et que je n’ai jamais eu de plan de carrière vachement sérieux. » (Christian Marmonnier in 33tours/minute avec Jean Solé, My Way n°3, Janvier 2002)

solé2

Solé sur bedetheque

Crève-Coeur – Jean-Claude Götting (Collection X Futuropolis, 1985)

crevecoeurcouv

Jean Claude Götting, au même titre qu’un Jacques Loustal ou un Lorenzo Mattotti, est avant tout un plasticien, un artiste qui refuse de s’enfermer dans un médium particulier et investie, avec originalité et grande classe, plusieurs domaines. Illustration (voir ici), affiche, peinture, bande dessinée…

Un style contrasté, expressif, soutenu par un trait dynamique et des formes flirtant avec le cubisme (anguleuses ou rondes). Un superbe travail de noir et blanc, ainsi que de nombreux gris, certainement fait au fusain, ce qui créé cette impression charbonneuse, sale, qui colle parfaitement à cet univers de la nuit et des tripots de Jazz.

« A Crève-Cœur, c’est facile d’être un batteur dans la dèche. Alors le jour où un orchestre comme celui de Charlie Hawk débarque en ville, vaut mieux arriver à l’heure et connaître la mesure. Bien sûr ,c’est juste à ce moment-là que votre amie en profite pour faire ses valises… dommage ! ».

Bien que l’histoire soit plutôt anecdotique, cet album vaut surtout pour les qualités graphiques de Götting. Crève-Cœur est un premier album époustouflant de maitrise et de maturité, qui a obtenu très logiquement l’Alfred du Meilleur Premier Album à Angoulême en 1986.

Treizième volume de la géniale collection X de Futuropolis (premier du nom), des petits albums, format à l’italienne, comme on n’en fait plus depuis longtemps, tant pis (on en trouve encore facilement sur le marché de l’occasion).

creve3

http://www.gotting.fr/

Mes 10 bandes dessinées préférées…

mariannehsbd.jpg 

L’hebdo Marianne sort un hors série consacrée à la bande dessinée. Début d’année et festival d’Angoulême obligent, la rédaction nous propose un traditionnel (et déjà vu) recensement des œuvres incontournables de la bande dessinée. Mais la grande originalité de ce hors-série, c’est d’avoir demandé à une bonne vingtaine d’auteurs influents (entre Gotlib, Pétillon, Moebius, Bilal, Fred, Blutch, Dupuy & Berberian, etc.) d’établir la liste de leurs 10 albums préférés.

Une idée intéressante, qui m’a donné envie de faire de même, avec toute la subjectivité et les oublis que cela oblige… Exercice difficile que de devoir choisir mes dix bandes dessinées préférées parmi toutes celles que j’ai lu et apprécié. J’ai choisi ces dix en laissant parler mes émotions plutôt que mon intellect. Ne pas choisir une bd parce qu’elle est un chef d’œuvre, mais par rapport au plaisir que j’ai eu de la découvrir, de la lire et relire. C’est pourquoi par exemple, on y trouvera La grande fugue des frères Varenne plutôt que le Maus de Spiegelman… Bien sur, les deux peuvent parfois se côtoyer (tels que pour les Idées Noires du Maitre Franquin), mais j’ai dressé cette liste en fonction de mes coups de cœur.  

Un autre critère, qui m’a bien aidé pour établir cette liste, c’est d’évoquer des albums que je n’ai pas encore chroniqué sur ce blog. Partant du principe que je ne parle que de BDs que j’apprécie, cela aurait fait doublon pour certaine… Malgré cela, le choix reste difficile. Mais voilà, la liste est faite, sans ordre d’importance :

couverturebd2203332212.jpgSous le signe du capricorne (Hugo Pratt)

Le premier Corto Maltese que j’ai lu. J’y ai découvert la magie du noir et blanc pur, la beauté des contrastes forts. Un univers onirique et envoutant que je ne cesserai jamais d’aimer. Pratt est un génie de la narration, et un grand dessinateur (malgré ce que certains peuvent en dire…) Une œuvre qu’on adore ou qu’on déteste, mais qui ne laisse pas indifférent.

ideesnoirescou01.jpgIdées Noires (André Franquin)

Je me rappellerai toujours de mes impressions lorsque j’ai lu cet album pour la première fois. C’est poilant et flippant. Attirant et dégoutant. C’est surtout virtuose. Comment est-il possible que ce soit le même dessinateur que celui de notre gaffeur préféré. Depuis, je n’ai jamais pu lire Gaston de la même façon…

uneafairedefamillecouv.jpgUne affaire de famille (Will Eisner)

Eisner aime raconter des histoires simples. Des histoires qui touchent tout un chacun. Des histoires que l’on pourrait tous vivre. Loin de l’Aventure et des Super-héros, Une affaire de famille nous emmène dans l’intimité d’une famille, et touche à l’universalité des sentiments filiaux. Un chef d’œuvre… 

rubrique01.jpgRubrique à brac (Marcel Gotlib)

Il est pour moi évident que Gotlib figure dans mon panthéon. Un génie de l’humour ce type ! Mais que choisir de lui ?
La Rubrique à Brac bien sur ! Le chainon manquant entre les Dingodossiers d’avec Goscinny et ses œuvres fluidiennes. Un must de l’humour dessiné, que je relis toujours avec grand intérêt, tant j’en découvre encore à chaque fois…

ardeur03.jpgLa grande fugue (Alex et Daniel Varenne)

Ah ! Les frères Varenne ! J’avais acheté cet album par hasard, et j’avoue ne pas l’avoir apprécié à sa juste valeur. Mais avec le temps, j’ai adoré cette histoire post-apocalyptique. Graphiquement parlant, La grande fugue est mon préféré de la série des Ardeur. L’utilisation du noir et blanc et surtout ces gammes de gris, est remarquable. Peu de traits, la plupart des formes sont signifiées par les contrastes. Un choc esthétique.

letresorderackamlerouge.jpgLe trésor de Rackham le Rouge (Hergé)

Tintin, inévitablement. Mais quel album ? En y réfléchissant bien, le choix est ardu. Mais rapidement, l’histoire qui me vient à l’esprit, qui m’a le plus fait rêver, qui n’arrête pas de me surprendre au fil des pages, qui m’emmène à la fois au bout du monde et à proximité, qui m’a donné une définition claire de ce qu’est l’Aventure, c’est sans conteste Le trésor de Rakham le Rouge. 

grandduduchele29012005.jpgLe grand Duduche – il lui faudrait une bonne guerre (Cabu)

Tout est bon chez Cabu, et j’ai une tendresse particulière pour le Grand Duduche, cet album principalement. Alors que pour beaucoup, il demeure le dessinateur de notre enfance, son graphisme et les thèmes qu’il aborde ne sont pas accessible au premier adolescent venu. Il faut acquérir une certaine maturité pour apprécier son œuvre à sa juste valeur. Même si Duduche (et donc Cabu) est un éternel adolescent. C’est certainement pour ça que je les aime plus encore avec l’âge…

eda490e579aab148e97a800968d4014f224300.jpgJe montre tout (Georges Wolinski)

Wolinski fait-il de la bande dessinée ? Eternelle question qui dans le fond, n’a pas de sens. C’est un dessinateur, qui nous raconte des histoires en dessin. Voilà tout ! Et quand il nous raconte sa vie de dessinateur, ça donne ce superbe Je montre tout. Wolinski tiens ses promesses, il livre tout. La grande originalité, qui fait la richesse et la rareté de cet ouvrage, c’est que Wolinski rencontre Wolinski. Il n’y a pas un, mais six personnages principaux (un Wolinski par décennie). Cette mise en abime est d’une richesse narrative incroyable.

giljourdan03.jpgLa voiture immergée (Maurice Tillieux)

Tillieux, c’est la classe. Lecture de mon enfance, je retiendrai en particulier ce troisième album de Gil Jourdan. Une virtuosité dans le dessin (quelles couleurs !), au service d’une ambiance polar année 50. Des personnages hauts en couleur, une angoisse sourde, de multiples dangers… Bref, pas besoin d’aller au bout du monde (ou avoir de supers pouvoirs) pour vivre l’Aventure. Gil Jourdan, c’est l’antithèse de Tintin. La voiture immergée, une histoire qui tient la route ! Comme dirait Libellule…

pinocchio.jpgPinocchio (Winshluss)

Un des auteurs les plus originaux de sa génération, pour un album qui ne ressemble à rien de connu jusqu’alors. Winshluss est un dessinateur « underground », dont le style n’est vraiment pas accessible. D’où cette remarquable performance que d’avoir réuni succès critique et public (mérités) avec cette adaptation trash à ne pas mettre entre toute les mains. Du grand Art…

Voici dans le désordre, la liste de mes autres albums préférés, déjà chroniqués dans ces pages :

Time is money (Alexis et Fred)

Arzack (Moebius)

Livret de Phamille (JC Menu)

Contes d’edgar Poe (Breccia)

Insomnie (Adrian Tomine)

La jonque fantôme vue de l’orchestre (Forest)

La vie est belle malgré tout (Seth)

Scène de la vie de banlieue (Caza)

Little Nemo (Winsor Mc Cay) 

Persepolis (Marjane Satrapi)

Ici Même (Forest et Tardi)

Mister Nostalgia (Crumb)

L’incal (Moebius et Jodorowsky)

Black Hole (Charles Burns)

Festival Le Rock dans tous ses Etats 2006

20060625rdtse.jpg

Nous sommes arrivé alors que le festival avait déjà commencé. On a donc loupé un ¼ d’heure du concert de Marcel et son orchestre. Mais c’est pas grave, on aura quand même pris du bon temps.

On s’est bien éclaté ! Marcel, c’est un spectacle complet, autant visuel que sonore. Ils se mettent en scène en créant des personnage avec des look pas possible. Musicalement c’est du ska-rock on ne peut plus festif ! Y avait une sacrée ambiance dans le public (et sur scène) ! Leurs textes sont subtilement écrits, du genre : « rené est con, comme un balai, comme un balai en moins poilu et plus épais !» La classe quoi !

f17a82253e32ce08c92f026cfa20.jpg

Mais ceux pour qui je suis venu, c’est dEUS ! Depuis le temps que je voulais les voir, enfin ! Bon, l’inconvénient, c’est qu’ils n’ont joué qu ‘une heure. Mais quelle heure ! On s’est placé au dixième rang, histoire de bien les voir. Et je n’en ai pas perdu une miette.

D’entré ils nous en balance plein les oreilles avec un « pocket révolution » à l’ambiance torride. Le son est surpuissant, la maîtrise des instruments impressionnante. Tom Barman est un bon, très bon. Je retrouve ce que j’apprécie sur leur disque : le contraste entre leurs chansons plutôt pop et leur son rock-noïsy. A la fois calme et violent. Superbe !

Un concert court mais intense (j’ai sauvé la vie de quelques slameurs fous !). Je me rappelle plus de la set-list précise, mais de mémoire, je dirai : pocket révolution / stop-start nature / instant street / bad timing / fell on the floor man / nightshopping / the real sugar / worst case scenario / turnpike / freaks / nothing realy ends (tom Barman : « une chanson d’amour ») / roses / what we talk about / suds and soda.

Ce fut un excellent concert et maintenant je peux dire que dEUS est un des plus grand groupe de rock qui existe à l’heure actuelle !

fada4ee10ef7712d189476ce5580.jpg

Après dEUS, c’était Cali la tête d’affiche. Mais avec les copains, ont a tenu 5 minutes. Ses musiciens étaient plutôt bons mais lui est insupportable. Il en fait des tonnes (« public chéri, je vous aime » ). M’enfin pendant ce temps, on a été s’en boire quelques unes avant d’aller s’éclater avec monsieur philippe Katerine.

La grande classe avec son boa rose et sa barrette dans les cheveux. De plus, il arrive sur scène en imitant Cali, les bras en croix en remerciant quinze fois le public ! Trop fort ! Je ne connais pas trop son dernier album mais ses textes sont surréalistes à souhait. Du quarantième degrès ! Ses zicos sont très bons ( j’ai appris recemment que ce sont en fait les Littles Rabbits ! ) et lui chante vraiment bien. Un bon moment mais on a pas vu la fin, il fallait rentrer (faut dire qu’il a commencé à 1h du mat’)

cd776edc35d530ef151bc3d59c65.jpg

Les photos ne viennent pas de ce festival. Compte rendu sympa avec photos, sur froggy’s delight


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía