• Accueil
  • > Recherche : bd humour noir

Résultats de la recherche pour ' bd humour noir '



Snack « avec surgelés de qualité » – Besseron (Même Pas Mal éditions, 2011)

snack-quot-avec-surgeles-de-qualite-quot

Nouvelle livraison de Besseron, qui nous proposent dans ce paquet de Snack, des histoires fraichement décongelées du Psikopat ou de Jukebox. Je savoure avec délice cet humour absurde et débile plutôt épicé, ce graphisme copieux et généreux.

Au menu, un boucher jaloux, un super héros loser, un mauvais perdant, de jeunes skateurs, une course poursuite sans suite, des chasseurs de lapins… Besseron n’épargne pas ses contemporains et dresse des portraits peu flatteurs mais pourtant si vrai de ceux que l’on nomme communément « les beaufs ».

Ce plateau d’amuse-gueule d’une à deux pages, servi par Même Pas Mal, se picore ou se dévore, c’est selon votre appétit. Toujours est-il que ce Snack se digère facilement car le gras de l’humour (qui donne du goût !) se marie parfaitement avec ce style tranché jusqu’à l’os.

snack-besseron500

Besseron a du talent. Frémion ne s’y est pas trompé en l’interviewant dans sa chronique « Que vous êtes joli, que vous semblez beau ! » du dernier Fluide Glacial (n°422) :

- Tu publies chez Ferraille et dans le Psikopat, ici chez Mêmepasmal : tu évites les grands éditeurs délibérément ?

Besseron : Bien évidemment non, mais quand un éditeur indépendant me propose de publier mon travail bien présenté sur un joli papier, je vois pas pourquoi je refuserais. Les indépendants et moi c’est une grande histoire d’amour depuis pas mal d’années déjà. Cependant je vais bientôt refaire équipe avec mon camarade Frédéric Felder avec qui j’ai fait l’album « Meli Bielo ».

- La forme courte, de quelques pages au plus, devient rare. Tu sembles exceller dans ce genre lui aussi moins commercial. C’est un choix ?

Besseron : Il est vrai que les histoires courtes sur quelques pages ne me causent plus trop de problèmes, ça c’est le résultat de plusieurs années de publications dans des magazines et autres collectifs en tout genre. Ca a été un choix, mais c’est devenu un handicap pour les longs récits. Réaliser une histoire de soixante pages est maintenant pour moi un vrai défi.

- L’humour noir a peu de supports en France, troisième choix non commercial de ta part. Tu veux vraiment mourir de faim ?    

Besseron : l’humour noir c’est ce que j’aime et les histoires les plus courtes sont les meilleures dans ce domaine, je suis pas sûr de mourir de faim.

- [...] Tes mains, elles n’ont que quatre doigts : c’est un hommage à ce flemmard de Disney ?   

Besseron : Non, c’est juste qu’une main à cinq doigts m’amène à faire des doigts trop fins et cela ne colle pas avec mes personnages. Tandis qu’une main à quatre doigts en forme de knacki est beaucoup plus adaptée. J’ai toujours dessiné des mains à quatre doigts, sans même m’en rendre compte, jusqu’au jour où quelqu’un m’a dit « Tiens tu fais des mains à quatre doigts », je me suis souvenu qu’enfant j’étais un grand fan de « Super Matou » et « Horace » de Poirier dans Pif magazine, qui ont fait partie de mes premières lectures, ça vient aussi peut-être de là.

- Globalement, ton inspiration vient d’où ? De la vie quotidienne ? Tu devrais déménager un de ces jours, non ?

Besseron : Mes parents ont tenu un bar pendant vingt-cinq ans dans un village du Poitou et j’ai vécu une grande partie de mon enfance et adolescence derrière un comptoir d’un mètre dix où j’ai pu m’imbiber et m’inspirer d’une clientèle (pieds de vigne) qui étaient déjà pour moi des personnages de BD.

http://besseronolivier.free.fr/

Harv & Bob – Harvey Pekar / Robert Crumb (Cornelius, 2010)

Harv & Bob - Harvey Pekar / Robert Crumb (Cornelius, 2010) dans Chroniques BD blogharvbobc1

Forte actualité pour les éditions Cornelius en cette fin d’année. Leur rentrée américaine se termine avec la publication de l’unanimement génial ToXic de Burns (un auteur dont on ne lit plus beaucoup de critiques négatives). Les festivités avaient débuté par la sortie de ce Harv & Bob de Crumb et Pekar. Harvey Pekar est un auteur underground qui nous était encore totalement inconnu il y a peu. La réédition par les éditions ça et là de son œuvre phare American Splendor compte pour beaucoup dans cette reconnaissance. Ainsi que cet album, qui complète le travail anthologique de l’oeuvre de Crumb, magistralement orchestré par Cornelius.

 6a00d8341c924153ef0133f dans Chroniques BD

Pekar est un artiste loser comme seuls les Etats-Unis savent en produire (et s’en seraient certainement bien passé, tout comme Bukowski ou Fante). Issu de la classe populaire, habitant dans une ville fantôme, vivant dans un quartier pauvre, Pekar n’a trouvé comme seule alternative à la tristesse de sa vie que de la raconter. Et, ô magie de la littérature (et de la Bd), ce qui n’est qu’une suite d’événements du quotidien, tristes et banals devient (quand le talent est là bien sûr) des récits passionnants, remplis d’un humour tendre, jamais cinique. L’anecdotique devient universel. Pekar est un simple employé de bureau, collectionneur compulsif de vieux disques de Jazz (passion commune avec Crumb, faisant surement d’eux les premiers spécimens connus de geeks) qui décide de se lancer dans l’autoédition. Grand amateur de bande dessinée, il a surtout l’idée géniale de demander à de nombreux dessinateurs de mettre en image ses récits (le plus célèbre étant Crumb bien sûr). D’ailleurs, Pekar nous raconte leur rencontre dans « The Young Crumb Story », à l’époque ou ce dernier n’était pas encore devenu la figure de proue du mouvement underground. Cette histoire est une petite perle, nous permettant de constater que Crumb sait mettre son art au service des autres. Car il reste fidèle au point de vue de Pekar, sans tirer la couverture pour lui. A aucun moment ce récit ne devient autobiographique (alors que Crumb dessine Crumb). Il soutient pleinement la subjectivité de Pekar sur lui-même. Crumb n’est ici qu’un personnage secondaire…

 americansplendor436

Crumb est excellent, comme toujours. Ca devient même fatiguant de chercher à décrire le style particulier d’un monstre du dessin, d’un artiste de cette trempe qui transforme tout ce qu’il dessine en œuvre d’art. Ces planches ont été réalisées entre 1976 et 1983. On distingue à peine une évolution dans son style tant Crumb a rapidement abouti à son vocabulaire pictural, composé de ces volumes hachurés, charnels, de ce noir et blanc contrasté, proche de la gravure, de ce style semi-réaliste (enfin, des personnages caricaturaux dans des décors très réalistes)… Pekar le dit lui-même : Crumb « dessine mieux que n’importe qui sur cette planète ».

pekar

Harvey Pekar, 1939 – 2010

http://www.crumbproducts.com/

15ème Festival de la Bande Dessinée (Darnetal, 2010)

15ème Festival de la Bande Dessinée (Darnetal, 2010) dans Evenements culturels 2012201009visuelnormand

Quinze ans déjà que le festival Normandiebulle fait la joie des petits et des grands amateurs de bande dessinée de l’agglo rouennaise. L’invité d’honneur de cette année est Olivier Boiscommun, qui signe l’affiche du festival. Comme d’habitude, on se ballade entre les stands de vendeur de bd d’occasions (un bon moyen pour compléter ses collections…), les expos d’auteurs (Boiscommun bien sur, mais aussi des auteurs de la collection Sorcières des éditions Dupuis ou les pin-up de Jean-Baptiste Andréae) et les tables de dédicaces. Pas de dédicace pour moi cette année, car à vrai dire, un seul auteur m’intéressait, mais il ne venait que le dernier jour. Je n’ai donc pas pu rencontrer Olivier Besseron, dommage. Mais je ne suis pas rancunier, j’ai quand même acheté un de ses albums :  De véritables contes de fées,  tome II. J’ai déjà eu l’occasion de dire tout le bien que je pensai de ce dessinateur (voir Haute Couture).  Je laisse la parole à l’éditeur (the Marvellous Requins Marteaux) pour nous présenter cet album :

« Après Haute Couture, De Véritables Contes de Fées, Toulouse septembre noir et Claude et Jérémie, Besseron frappe à nouveau chez les Requins Marteaux dans la collection Plombage avec le tome 2 de ses « véritables contes de fées ». Dans ce recueil, il rassemble avec justesse des histoires courtes pour la plupart pré-publiées dans Psikopat, My Way et Sushi Bondage… Le quotidien y est saisi avec précision. D’un trait maîtrisé et avec le souci du détail, l’auteur nous ballade de cafés, en parcs, en passant par un cour de tennis. Mais dans tous ces lieux anodins, voilà que les protagonistes semblent laisser échapper comme un soupçon de folie ordinaire. De la série tv au blogeur à la prostituée qui se rêve en star, du chanteur-lover violement rembarré à l’homme aux cheveux gras, tous les personnages sont confrontés à un quotidien tourné en dérision, et où la désillusion fait rage. Ce sont des histoires chargées d’humanité que nous présente Besseron, des histoires qui sont autant de gags corrosifs, caustiques, et finalement toujours réjouissants : de véritables contes de fées qu’on ne peut oublier. »

plombageveritableconted dans Evenements culturels

Ne pas manquer dans le cadre du festival, plusieurs expositions organisées dans l’agglo avec en particulier deux tables rondes. Une première sur « l’humour décalé et la censure dans la presse des 1960s à nos jours », avec projection du film Choron dernière et présence du co-réalisateur Eric Martin ainsi que monsieur Delfeil de Ton (samedi 2 octobre à 17h // Bibliothèque Saint Sever à Rouen // renseignements 02 32 81 50 30). Une autre autour de « Flaubert, illustré et adapté en bande dessinée » avec la présence de monsieur Philippe Druillet. S’il vous plait ! Et aussi Luc Duthil, Daniel Bardet, Daniel Casanave et Yvan Leclerc. (du 4 au 8 décembre // Médiathèque F Mitterrand de Canteleu // 02 35 36 95 80)

Le fond de l’air est frais… – Fred (Dargaud 16/22, 1978-79)

Le fond de l'air est frais... - Fred (Dargaud 16/22, 1978-79) dans Chroniques BD 1284892129

J’imagine maitre Fred descendre de son arbre, en arracher une branche (morte bien sur, il ne ferai pas de mal à un arbre), la tailler et l’utiliser comme crayon. Cela expliquerai son style « à la hache », brut et chaleureux, comme le bois. Une âme d’enfant dans un corps de bucheron. Un enchanteur qui, pour arriver à nous émerveiller de la sorte, doit surement s’émerveiller lui même de ses trouvailles narratives et esthétiques. Une liberté créative qu’on ne trouve guère ailleurs que dans une salle de dessin de cours élémentaire.

1284892760 dans Chroniques BD

Un maitre de l’absurde. Mais un absurde ancré dans la tradition française, plus proche du surréalisme que du non-sens à l’anglo-saxonne. Ce sont les situations et les postulats qui sont décalés par rapport à la réalité, et non les attitudes et réactions des personnages. Les protagonistes réagissent et évoluent de façon normal dans un environnement qui ne l’est pas. Par exemple, dans l’histoire intitulée « Une demande en mariage », un homme se réveille avec une trompe d’éléphant à la place du nez (certainement à cause de la choucroute qu’il a mangé la veille). Il ne s’en étonne qu’à moitié et décide d’aller tout de même au rendez-vous prévu avec les parents de sa future femme. Ces derniers ne relèvent même pas la difformité de leur futur gendre et se comportent comme si de rien n’était. Ce décalage permet à Fred de pointer du doigt nos propres (dys)fonctionnements. En fait, cet environnement absurde met en exergue nos comportements conditionnés d’égoïstes urbains (voire l’histoire « Weekend », où les autorités annoncent par hauts parleurs aux classes laborieuses qu’ils doivent partir en weekend !). Il y a toujours une pointe de satire chez Fred, qui use parfois d’un humour cruel et noir. Il n’a pas co-fondé Hara-kiri par hasard. Fred dessine aussi pour dénoncer, pour nous renvoyer à ce que nous sommes : d’absurdes homo sapiens.

1284892578600x600

Sous sa forme classique (album « Dargaud » regroupant diverses historiettes) Le fond de l’air et frais est aussi un album expérimental. Fred joue, et se joue des codes narratifs du médium. Ces expérimentations sont maintenant devenues de grands classiques. En particulier lorsqu’il s’amuse avec ses lecteurs, nous faisant lire ses planches dans n’importe quel sens (de droite à gauche, de bas en haut, de façon circulaire…) voire carrément en nous enfermant dans une planche à la lecture sans fin. Mais ces effets -qui favorisent la complicité avec le lecteur- sont toujours au service de l’histoire et n’entravent en rien à sa compréhension. Il a même inventé une histoire qui se lit en recto-verso. Dès la première case, il faut tourner la page pour y lire l’envers. Une histoire de représentant sonnant à la porte d’un roi, dans laquelle Fred expérimente une sorte de champs contre-champs qui fait appel à la bonne volonté du lecteur pour que l’effet fonctionne (et qu’on ne triche pas !). Et ça marche ! On a vraiment l’impression de voir ce qui ce passe en coulisse, de connaitre enfin l’envers du décors. Le lien avec le monde du théâtre est ici plus qu’évident… Dès la première histoire (« Interférence »), Fred expérimente la rétroactivité de la lecture, nous obligeant à bousculer nos habitudes. Pour comprendre cette histoire, il faut à la fois lire chaque case dans la continuité de la précédente et de la suivante, tous en les lisant chacune de façon indépendante. Si nous ne faisons pas cette « gymnastique » de lecture, nous ne pouvons en saisir toute la subtilité. Fred utilise aussi le photo-montage (encore l’école Hara-kiri) pour nous raconter sa traversée de la Manche à bord de sa table à dessin ! Nous découvrons grâce à lui que de nombreux petits métiers bien utiles ont maintenant disparus : marchants de papa à barbe, lécheur de timbres de campagne, tailleur d’ombres, réparateur de miroir…

1284892683600x600

De nombreux adjectifs et autres superlatifs ont été employé pour décrire le génie de Fred : poétique, magique, merveilleux, enfantin, onirique, fantastique… La liste est sans fin…

Je vous invite fortement à lire le dossier complet « Retour sur Fred », du dernier numéro en date de la revue Neuvième Art (n°15, janvier 2009).

Fred sur bdparadisio

Fred sur bedetheque

Vive le foot ! – Collectif (Albin Michel, 1998)

vivelefoot.jpg

Une fois n’est pas coutume, c’est l’occasion de coller à l’actualité, coupe du monde oblige… Un album collectif ayant pour thème le football, ça s’annonce pas folichon. Je dirai même plus : sans intérêts ! Passons notre chemin… Sauf qu’ à bien y regarder, il est composé d’une « Dream Team » de la bande dessinée absolulent incroyable. Que des grandes pointures (pour jouer au foot, ça aide…) ! Un thème certes pas très original, mais assez fédérateur pour que s’y implique des auteurs tels que Druillet, Wolinski, Margerin, Rochette, Denis, Baru… Sorti à l’occasion de la coupe du monde de 1998 organisée cheu nous, cet album est édité par Albin Michel. Ce qui explique la présence de nombreux auteurs gravitant autour de l’Echo des Savanes (Vuillemin, Arnon, Stan & Vince…) . L’humour fluidien est également au rendez-vous (Edika, Maester, Tronchet, Kafka…).

Edika est égal à lui-même. Ses dix planches sont parfaitement irracontables ! Margerin cherche un moyen pour assister à la finale sans payer, mais gare à ne pas se faire plumer… Boucq nous démontre par un match la théorie du chaos et ses conséquences facheuses. Ferrandez et Tronchet évoque une pratique courrante chez les sportifs : aller voir un voyant avant un match important. Mais encore faut-il savoir interprêter ses dires… Jean-Claude Denis nous raconte que le foot peut être aussi l’occasion de rencontres amicales, avec sa voisine ! Maester nous dit clairement qu’il n’en a « rien à foot » de tout ça, et évoque la violence de ce sport. Luz aussi en a « ras le foot » et n’oubli pas de nous rappeler les dérives politiques et sociales de ce sport. Baru nous raconte des souvenirs de club de foot, à une époque où les crampons étaient en cuir, le foot en noir et blanc et les grands jouaient à l’arrière… Druillet nous propose une double planche avec laquelle il convoque l’Esprit de Foot » ! Bercovici nous donne des « leçons de pros », mais ce n’est pas simple d’être entraineur de club (toute ressemblance avec un certain Guy.R…). Rochette nous narre les destins croisés de deux jeunes footballeurs. La réussite de l’un annonce la tragédie de l’autre… Arnon part dans un délire « préhistoric » afin de remonter à l’origine du foot. Stan & Vince font ce calcul simple : Mundial = Arnaque ! Tronchet (seul cette fois) se dit que c’est beau le foot quand ça rapproche les classes sociales… Kafka (Monsieur Francis Kuntz !) nous entraine dans les mésaventures de Mic et Hoc qui, entre les huissiers, Spielberg et l’ANPE, n’arriverons pas à voir la finale de la coupe du monde. Tramber nous explique qu’entre le foot et les meufs, il faut choisir… Wolinski lui, tente de réconsillier les femmes avec le foot, à sa manière bien sur… Et pour finir, Vuillemin nous exprime toute la considération qu’il peut avoir pour les joueurs et les entraineurs…

Bon, cet album ne restera pas dans les annales de la bande dessinée, même s’il est de loin un des meilleurs du genre « bd à thème ». Il se lit avec plaisir et grand intérêt, pour les auteurs plus que pour le thème ! Certains n’hésitent pas d’ailleurs à critiquer ce sport international. Tant mieux !

Vive le foot ! - Collectif (Albin Michel, 1998) dans Chroniques BD planchevivefoot12732664791d409

123456...8

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía