• Accueil
  • > Recherche : 1979 droit femmes

Résultats de la recherche pour ' 1979 droit femmes '

Sous le signe du Capricorne – Hugo Pratt (Casterman, 1979)

Sous le signe du Capricorne - Hugo Pratt (Casterman, 1979) dans Chroniques BD cortomaltesenbbroche03-223x300

Sous le signe du Capricorne est le premier Corto que j’ai lu. J’y ai découvert la magie du noir et blanc pur, la beauté des contrastes forts. Un univers onirique et envoûtant que je ne cesserai jamais d’aimer.

Pratt est un incontournable, un des rares – en particulier à partir de la création de Corto – à s’être pleinement affranchi des codes traditionnels de la narration figurative (et de l’influence d’un Milton Caniff), parvenant ainsi à développer une manière très personnelle de raconter une histoire en images et en mots. Un nouveau vocabulaire en somme, qui va au-delà du simple agencement de textes et de dessins. «Pour moi, aujourd’hui, le graphisme part de la nécessité d’un trait pour aller à l’impératif de la parole». Avec lui, narration et figuration établissent un nouvel ordre, le dessin se faisant signe quant les mots deviennent vecteurs d’images.

Pratt est un explorateur de la narration et un extraordinaire dessinateur (n’en déplaise à certains…). Son trait est brut, excessif, approximatif dans ses représentations, et pourtant terriblement précis dans ses intentions. A l’image des mouvements raides et maladroits de ses personnages lors des scènes de bagarres qui, pour peu «réalistes» soient-elles, possèdent une forte puissance d’évocation. Pratt ne se préoccupe pas de faire «vrai», puisse qu’il nous raconte sa vérité.

 

 cortot3nb_illu_1-300x160 dans Chroniques BD

« Comme toute grande œuvre, l’œuvre de Pratt est éminemment philosophique. Elle propose une vision du monde et de l’homme qui a quelque chose de nietzschéen. La complexité du réel, la multiplicité des hommes et des valeurs, place d’emblée le lecteur par-delà le bien le mal. Le jugement moral s’efface : l’étonnement prime. De cette confusion des sentiments se dégage un immense OUI. Oui à la vie, oui à sa beauté, oui à sa violence, oui à sa douceur, oui à sa cruauté, oui à ses illusions et à ses rêves. L’œuvre est toute entière placée sous le signe du désir. » (Grégoire S. PRAT in En Verve Hugo Pratt – Horay, 2004)

Intuitif et dilettante (pour un marin, il passe beaucoup de temps à terre), Corto semble être l’archétype même de l’anti-héros, se laissant balader par les événements, donnant l’impression de ne rien maîtriser. Mais ce n’est qu’une apparence. Corto est un homme d’action («Ce sont les faits qui comptent et non les paroles» dit-il à Tir Fixe), qui s’en sort toujours avec une chance et une nonchalance insolentes. Il est né sous une bonne étoile, sans forcement y croire d’ailleurs. Ce mysticisme refoulé fait la force du personnage qui, souvent par contradiction, conserve un esprit rationnel lorsqu’il est confronté à des événements oniriques et surnaturels.

corto-maltese-samba-avec-tir-fixe-a-panel-a-day-300x168

Corto est un séducteur craintif, qui se méfie bien plus des femmes qu’il croise que de ses pires ennemis («les femmes seraient merveilleuses si tu pouvais tomber dans leurs bras sans tomber entre leurs mains»). Son dialogue avec Bouche dorée est à ce titre éloquent : «-Ici tu aurais trouvé tout ce que tu cherches… Mais tu es aveugle comme une taupe… -C’est bien possible, Bouche Dorée… mais c’est à moi de m’en apercevoir

Raconter ne sert à rien, il faut le lire, se laisser guider par le maître d’aventure… Sous le signe du Capricorne est le véritable premier acte des aventures de Corto. Tous les personnages centraux de la saga y sont présents (professeur Steiner, Bouche Dorée, Raspoutine…). Une mise en place qui ouvre sur des récits fascinants…

 01_corto_maltese_publicness1-300x211

Histoires Ordinaires – Binet (Fluide Glacial, 1979)

Histoires Ordinaires - Binet (Fluide Glacial, 1979) dans Chroniques BD bidochon0047830

Il est des œuvres qui marquent à vie. Se faire offrir cet album de Binet quand on est à un âge où son univers bédéphilique se limite à Tintin, Gaston et Pif gadget, ça laisse des traces… L’ami qui m’a fait ce présent m’annonçait à cette occasion que j’allais découvrir autre chose que ce que j’avais pu lire jusqu’alors… La découverte du monde adulte se fait par plusieurs étapes successives. Il est clair que je venais d’en franchir une…

Comment ne pas être interpellé, intrigué par ces histoires d’inceste, de sexualité, de libération de la femme, de problème de couple, d’homosexualité, de conflit de voisinage… Bref des préoccupations d’adultes, aux antipodes de celles qui étaient les miennes alors (j’avais douze ans à peine)… Histoires Ordinaires est paru à une époque où les institutions sociales étaient bousculés : le travail, la famille, la justice, les bonnes mœurs… Tous ce que cette jeunesse de Mai à voulu (et contribué parfois) à changer : les droits des femmes et des enfants, la parité homme-femme, le droit de vivre autrement…

bin2 dans Chroniques BD

Dans ce troisième album (après Kador et Poupon la Peste), recueil d’histoires pré-publiées dans Fluide Glacial, Binet possède déjà toute sa maitrise graphique, s’appuyant sur ces formes arrondies mais très expressives, qui rendent parfaitement la laideur, voire la monstruosité, de ses personnages. Une laideur physique et intérieure qui n’en demeure pas moins humaine. Car Binet est un observateur imparable des comportements de ses contemporains, dans ce qu’ils ont de moins flatteurs.

Cette absence de décors (dont il s’amuse dans le premier album des Bidochons) permet à notre œil de ne pas se distraire et d’aller à l’essentiel : les personnages et les dialogues. Une sorte de théâtre en bd où le lieu est à chaque fois unique et les plans souvent fixes (tout se joue au niveau du dynamisme des attitudes et des mouvements). La séquence est temporelle plutôt que spatiale.

bin3

L’histoire de « Bertrand (ou les absents ont toujours tort) » nous rappelle que l’égalité de la justice est une belle utopie. « Adèle ou : on m’a pas bien expliqué » démontre que la libération de la femme n’est pas encore gagnée.  « Marthe et Richard ou : jamais seuls avec HLM » est en fait la première mouture des Bidochons. La « beaufitude » et les problèmes relationnels sont déjà bien présents. Un coté salace en plus… L’histoire de Carole apporte une réponse à la question : « qu’est-ce qu’on peut faire quand on est une petite fille et qu’on s’emmerde le mercredi » ? « GetM », jolie jeu de lettres pour signifier les initiales des deux personnages (Georges ? et Michel) et ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre… « Vieux fou vieux con » est un petit bijou. Les protagonistes de cette histoire de voisinage ne sont pas les personnes, mais leur maison, qui dialoguent entre elles.  Le jeu des ombres est remarquable. « Jojo » raconte une rencontre organisée par petite annonce, où les rapports hommes-femmes sont inversés.  La dernière histoire : « Guignol et Kirsch » nous rappelle qu’il n’est pas simple d’éduquer nos chères têtes blondes, sans parfois pêter un plomb… Ces histoires furent écrites dans les années 70 mais, (mal)heureusement pour nous, elles demeurent d’une modernité folle.

bin1

Lire les albums de Binet n’est pas sans conséquence pour notre amour-propre car on en prend à chaque fois pour notre grade. Il bouscule les parties basses de nos instincts. Surtout avec ces « Histoires Ordinaires », qu’il aurait aussi bien pu intituler « Contes Cruels ». Mais avec le temps (du Kador à Poupon la peste, en passant par M le Ministre, sans oublier les Bidochons), Binet semble faire preuve de plus de compassion avec l’espèce humaine, de moins de cruauté. Alors qu’on ne le mérite pas !

bin5

Binet sur bedetheque


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía