Page d'archive 105

80 Grands succes du Cinema Fantastique (1988 chez Casterman)

sanstitre411.png

Qu’est ce que le cinéma fantastique ? Vaste question qui amène de nombreuses réponses. C’est un genre qui englobe tellement de sous-genres qu’il est difficile d’en donner une définition précise. Cet ouvrage de Pierre Tchernia, co-écrit avec Jean-Claude Romer, tente de faire le tour de la question et nous présente les 80 films considèrés comme les références du genre. Les propos des auteurs me semblent être assez justes et précis, et bien que cet ouvrage date de 1988, les définitions valent encore (j’ai seulement actualisé les exemples).

Voici donc le petit glossaire du Fantastique, par Monsieur Cinéma…

« Le « Fantastique » au cinéma, ça n’existe plus ! Aujourd’hui, c’est bel et bien le Cinéma lui-même, dans sa totalité, qui est en train de devenir « Fantastique »…
En effet, selon l’hebdomadaire Variety en 1970, Epouvante et Science-Fiction ne représentaient encore que 5 % du chiffre d’affaires global de l’industrie cinématographique américaine. On en est venu à 40 % dans les années 70 pour en arriver à plus de 50 % dans les années 80… Qu’en sera-t-il pour les années 90 ! C’est un véritable raz-de-marée auquel nous sommes en train d’assister. Le Fantastique fait de plus en plus recette (et quelles recettes !), le Fantastique plait aux jeunes, le Fantastique a les honneurs de la critique, le Fantastique possède ses revues et ses festivals, bref, le Fantastique a désormais droit de cité.
Mais qu’est donc que le Fantastique ? Comment le reconnaître ? Comment le définir ? Nous allons tenter d’apporter ici des réponses à ces difficiles questions. Il semble, tout d’abord, que cette étiquette – commode, mais plutôt floue – de Fantastique recouvre, en fait, six grandes catégories :

twinsshining.jpg

Le Fantastique proprement dit : de tradition souvent folklorique et littéraire, il met en scène des créatures de légende (Dracula, le Loup-Garou…) ; des morts-vivants (The night of the living dead, Land of the dead…) ; des fantômes (Le 6ème sens, L’échine du diable…) ; des sorcières (The Blair witch project, Les sorcières d’Eastwick…) ; des démons (Evildead, Hellboy…) ; le Diable (Rosemary baby’s, L’associé du Diable…) ; les maisons hantées (Shining, Amityville…) ; les miracles (Les dix commandements, Le tombeau…), etc.
DEFINITION : on peut parler de Fantastique lorsque, dans le monde du réel, on se trouve en présence de phénomènes incompatibles avec les lois dites « naturelles ».
EXEMPLE : lorsqu’une pomme se détachant de la branche du pommier, au lieu de tomber vers le sol, se met à s’élever vers le ciel, on peut dire que l’on se trouve devant un fait en contradiction avec ce que l’on sait de la loi de la gravitation universelle.

hzlmpt9l.jpg

La Science-Fiction ou « fiction scientifique », cela va de Metropolis à La guerre des étoiles, de Frankenstein à Robocop, de 2001, l’odyssée de l’espace à Alien, de L’armée des 12 singes à La guerre des mondes…
DEFINITION : on peut parler de Science-Fiction lorsque, dans le monde du réel, il y a intervention d’une intelligence dans le processus de phénomènes incompatibles avec les lois dites « naturelles ». [je rajouterai aussi : quand l'histoire se déroule dans l'espace ou dans laquelle interviennent des extra-terrestres].
EXEMPLE : Un chercheur a découvert un procédé qui inverse localement le gravitation, ce qui permet ainsi à une pomme qui se détache de son arbre, non pas de tomber, mais de s’élever dans les air.

darrollerball.jpg

L’Anticipation, c’est Alphaville ou Rollerball, Mad Max ou Fahrenheit 451, Les fils de l’homme ou Minority report, Bienvenu à gattaca, Soleil vert ou New York 1997 …
DEFINITION : on peut parler d’Anticipation lorsque, dans le monde futur du réel, on se trouve en présence de phénomènes compatibles avec les loi dites « naturelles ».
EXEMPLE : En l’an 2050, une pomme se détache de la branche d’un pommier et tombe vers le sol.
[Les auteurs parlent aussi de la rétrocipation, comme contraire de l'anticipation ("on peut parler de rétrocipation lorsque, dans le monde passé du réel, on se trouve en présence de phénomènes compatibles avec les loi dites naturelles"). Cela pourrait être une définition du film historique. Il n'existe en fait qu'un film entrant dans cette catégorie désuète : La guerre du feu.]

notelephantman431x300.jpg

L’Insolite, on peut y ranger Freaks ou La nuit du chasseur, Elephant man ou From hell, Un chien andalou, Eraserhead ou Ed Wood…
DEFINITION : on peut parler d’Insolite lorsque, dans le monde du réel, on se trouve en présence de phénomènes inhabituels mais compatibles avec les lois dites « naturelles ».
EXEMPLE : Lorsqu’ une pomme, se détachant de la branche du pommier, au lieu de tomber vers le sol, se met à s’élever vers le ciel, on peut dire que l’on se trouve devant un fait apparemment en contradiction avec ce que l’on sait de la loi de la gravitation universelle. Mais si, à l’examen, cette « pomme » s’ avérait n’être qu’un petit ballon gonflé à l’hélium et peint à l’image de ce fruit, il va de soit que le fait que celui-ci s’élève dans les airs serait alors tout à fait compatible avec la loi de la gravitation universelle.

braindead2.jpeg

Le cinéma d’Epouvante, d’Horreur ou Gore, c’est Psychose ou Braindead, Massacre à la tronçonneuse ou Hostel, La maison près du cimetière ou Saw, Cannibal holocaust ou La colline a des yeux …
DEFINITION : On peut parler d’épouvante lorsque, dans le monde du réel ou de l’imaginaire, on se trouve en présence de phénomènes qui tendent à susciter chez le spectateur certaines réactions psychiques ou viscérales dans le registre de la peur. De tous les termes usités, épouvante Semble être le vocable sous lequel, sans trop commettre d’erreurs, on puisse ranger commodément le plus grand nombre d’œuvres répondant à la définition que nous en avons donnée.
EXEMPLE : Une pomme qui se détache de son arbre, s’écrase en recouvrant le sol de sang.

18864031.jpg

Le Merveilleux, c’est celui des contes (La belle et la bête, Sleepy Hollow, Harry Potter…), de la mythologie (Le choc des titans, Jason et les argonautes…), de l’onirisme (Alice au pays des merveilles…), du dessin animé (l’univers de Hayao Miyazaki ou Walt Disney) ou de l’héroic fantasy (Le seigneurs des anneaux, Legend…).
DEFINITION : On peut parler de Merveilleux lorsque, dans le monde de l’imaginaire, on se trouve en présence de phénomènes incompatibles avec les lois dites « naturelles ».
EXEMPLE : Le jardin enchanté des Hespérides, planté de pommiers dont les branches sont chargés de pommes d’or qui procurent l’immortalité.

Pour conclure, précisons qu’il est rare qu’un film ne relève exclusivement que du Fantastique, de la Science-Fiction, de l’Anticipation, de l’Insolite, du Merveilleux ou de l’Epouvante. La plupart des films participent, le plus souvent, de plusieurs de ces catégories. Si bien qu’il est devenu habituel de prendre en compte l’élément dominant pour en qualifier l’œuvre dans sa totalité. »

EMPREINTES – Will Eisner (2005 Chez Soleil – Culture Comics)

4d58055aa807d9e24af12839bd2d6.png

Cet ouvrage d’environ 200 pages est une somme de croquis préparatoires des plus importants comics de Will Eisner : The Spirit, Un Pacte avec Dieu, Le Bronx, Voyage au Cœur de la Tempête, Droopsie Avenue, Le Dernier Héros, Une Affaire de Famille, La Princesse et le Crapaud, Last Day In Vietnam et Petits Miracles. Will Eisner est un immense artiste. Et comme tout les génies, c’est avant tout un monstre de travail. Ce recueil nous permet d’en prendre toute la mesure.

4b7ebb3d28f1a858dbf082aee1791.jpg

A chaque chapitre, un texte dans lequel Eisner nous explique le contexte de la création de ses graphics novels. Suivi d’esquisses de travail sur les personnages, les mises en page, les découpages, les couvertures, la calligraphie…
On découvre ici la virtuosité de son trait, la rigueur de sa mise en scène, son sens de l’action, du détail… Quel dynamisme ! Quelle modernité ! Impressionnant !

a901cdfe0bb146fe75cab9261e052.jpg

Tous ces crayonnés sont superbement reproduits sur un papier épais, grand format (34cm / 24cm). Une fois n’est pas coutume, je dis bravo aux éditions Soleil !
Un livre magnifique, à picorer et à dévorer…

 

FLUIDE GLACIAL (magazine) – Audie Editions

 news163fluideglacial367.jpg

Fleuron de l’Umour (et Bandessinées) hexagonal, Fluide Glacial est le temple de l’humour intelligent, absurde, débile, nonsensique, satirique (la présence régulière de Charb, Tignous ou Luz en témoigne) ou « cul » (Le journal a été taxé de pornographique par les « biens-pensant »). Et quand Hara-Kiri se définit comme un journal « bête et méchant », l’équipe de Fluide revendique un humour « glacé et sophistiqué ».
Crée par Jacques Diament et Marcel Gotlib, après son départ de Pilote pour « conflit de génération » avec René Goscinny (et après avoir fondé l’Echo des Savanes avec Brétécher et Mandryka), Fouloude glôzial (dixit Edika) est un peu le MAD français (influence première de Maître Gotlib).
Le numéro 1 sort en 1975, le premier avril. Tout est dit ! ( il fut réédité en 2000 pour les 25 ans du journal).

fluideglacial001.jpg 

Numero 1

Extrait de l’incontournable rubrique T’ar ta lacrèm’ à la récrèm’ de Yves Fremion, tirée du numéro spécial 30 ans de Fluide, consacrée à Gotlib :
Alors, Gotlib crée son journal. Le nôtre, 30 ans de rigolades et de succès. Il appelle ses copains, Alexis, Solé, Loup et autres, puis lance des jeunes qu’il a repérés : Binet, Goossens, Edika, Cabanes, embauche des écrivains inconnus : Frémion, Léandri, Igual, Phil Casoar. En 30 ans, pas un grand de l’ humour français (voire étranger avec Foester, Gimenez, Franquin, Hausman, etc.) qui n’y soit passé. Cabanes, Boucq, Dupuy & Berberian n’y sont pas restés mais y ont trouvé un public. Aujourd’hui, des plus évidents de ses héritiers : Edika, Goossens, Maëster, Coyote, Gaudelette, Tronchet, Hugot, Ferri, Larcenet, Relom, Julien & Mo CDM, aux moins évidents : Raynal & Bouilhac, Blutch, Pourquié, tous doivent à Gotlib une forme d’humour qui n’existait pas et qui les a inspirés, à des degrés divers. Dans les périodes de doute, c’est toujours à la référence Gotlib que l’équipe revient. Quand cette référence ne sera plus compréhensible par ceux qui font le journal, il n’y aura plus de journal.

fluideglacialbeatles.jpg 

Les têtes de Turc :
Certaines personnalités ont eu l’infortune, de par leur vie ou leur œuvre, d’ailleurs souvent très respectables, de provoquer l’hilarité automatique de la rédaction sans qu’on puisse toujours en expliquer les raisons. Mais se retrouver tête de Turc à Fluide Glacial est un honneur que bien des stars des arts et des lettres envient secrètement. Voici sur vingt ans le liste des malheureux élus :
Jacques Diament / Paul-Loup Sulitzer / Marguerite Duras / Lagaf / Françoise Verny / Folon (au début) / B.-H. L. / Guillaume Durand / Yves Frémion (député au parlement européen) / Jean-Edern Hallier / Isabelle Adjani.

Les idoles intouchables :
Oui, à Fluide, la dérision règne en maîtresse, on peut rire de tout, sauf des personnes dont la liste suit. Aucune critique, même la plus anodine, ne saurait être prononcée contre ces gens-là, nul n’a le droit d’émettre à leur égard la moindre remarque désobligeante. Pour avoir ignoré cette règle d’or de jeunes crétins se sont retrouvés roués de coups dans le caniveau, et grillés à tout jamais dans la profession. Donc à Fluide, il ne faut jamais dire du mal de :
Harvey Kurtzman (créateur de MAD) / Les Monthy Python / Tex Avery / Georges Brassens / Woody Allen / Françoise Verny / Frank Zappa / Charles-Henri Flammarion / Bob Dylan / Goscinny / Les Beatles / Cavanna
(Par Léandri et Gotlib, tiré du numéro spécial 20 ans.)

fluideglacail366.jpg

 

site officiel
la mémoire de Fluide

 

POLYDISTORSION – Gus Gus (1997 chez 4AD)

0000043320350.jpg

Collectif islandais composé de 9 artistes d’horizons divers, chanteurs, musiciens, stylistes, vidéastes… On raconte que ce serai lors de la réalisation de la musique de leur film qu’il auraient décidé de produire cet album. A la fois dansant et planant, Polydistorsion est un mélange réussi entre pop, éléctro-funk, musique d’ambiance et sonorité techno. Mais attention, ce n’est pas du sous-Björk !

Gus Gus possède une vraie identité, une vraie originalité, un univers bien à eux. Ce ne sont pas des « faiseurs ». Comme l’explique Stephen, un des membres : « Au début d’un morceau de Gus Gus, il y a toujours une mélodie, le son, le choix des boucles n’intervient qu’après ». ( Magic! #12, mars/avril 1997)

BLACK HOLE – Charles Burns (2006 chez Delcourt)

36efc854437bcdc6600d5598e52e2.jpg

Black Hole, où l’art de raconter le malaise de l’adolescence en évitant tout les écueils et clichés habituellement rattachés à ce thème.
L’histoire ne s’attache pas à décrire l’existence d’un seul personnage auquel on pourrait s’identifier facilement, mais à tout un groupe de jeunes (dont les deux principaux narrateurs : Chris et Keith). Ce qui nous évite d’entrer en empathie et permet d’installer une distance nécessaire pour supporter ces ambiances malsaines… Mais le fait que Burns nous décrive la vie de plusieurs ado permet malgré tout l’identification aux personnages car en fonction de nos sensibilités et de nos vécus, on se reconnait au moins dans l’un (ou plusieurs) des protagonistes.

7cf883aa877a332261de73c501450.jpg

Ce malaise ambiant, qui transparait tout au long de la lecture de Black Hole, tient à plusieurs choses…
Tout d’abord, cette histoire de mutation – parabole sur la transformation du corps et la découverte de la sexualité…
Cette « crève » qui se transmet sexuellement nous fait bien évidemment songer au virus du Sida. Sauf que les symptômes sont différents pour chacun des individus (du petit signe inaperçu aux malformations les plus visibles). Tous développent un rapport unique à sa mutation (certains l’acceptent plus ou moins bien, d’autres pas du tout). Même s’ils subissent tous plus ou moins la même chose, ils ne le vivent pas de la même façon. Le pire est qu’ils sont dans l’incapacité d’échanger, de partager leurs souffrances. Pour certain, cette solitude est insoutenable…

Sondeur des tourments les plus noirs, Burns sait parfaitement retranscrire nos angoisses et nos pulsions les plus refoulés. Comme dans cette scène associant pulsions sexuelles et angoisse de morcellement, qui symbolise la peur de l’abandon de soi…

33be258834fe3f7315706771714e7.jpg

Ou celle-ci qui décrit parfaitement l’angoisse de perte d’identité (devoir « changer de peau » pour devenir adulte)…

40e2c8d9e0ad4fc87412ae4b108df.jpg

Cette histoire de « peste ado » symbolise la perte de l’innocence, de l’enfance. Elle va à l’encontre de la bonne morale chrétienne qui prône la pureté et la virginité. Devenir adulte, c’est aussi se confronter à ça…
Le contraste entre l’aspect exceptionnel, irrationnel de ces mutations et la banalité du milieu étudiant américain des années 70 créé un décalage qui persiste tout au long de l’histoire. Et on ne sait pas, dans le fond, ce qui est le plus effrayant…

0d0f8cf8df0ad1c07d210dea214c2.jpg

Le graphisme tout en rondeur, presque de style humoristique détonne face à ce noir et blanc dur, tranchant, expressionniste… Les mises en pages sont d’une grande maitrise. Elles illustrent parfaitement les effets des drogues, les malaises mentaux que ressentent les protagonistes… (La scène d’ouverture quand Keith s’évanoui est remarquable…)
Oui, il se dégage quelque chose d’insidieusement malsain dans le graphisme de Burns.

02df5865828afed603d382f633468tt.jpg

Enfin, la narration… Burns joue ici avec le temps. Il le raccourci ou l’étire en usant des ellipses entre deux scènes ou en nous décrivant la même scène de différents point de vue. Il utilise régulièrement les « flash-back » …
Cette altération dans la chronologie des faits illustre assez bien le rapport ambigu au temps, que vivent généralement tous les jeunes : sentiment d’être immortel, vivre au jour le jour, confusion face aux événements passés, projections dans l’avenir difficiles…

Black Hole est une œuvre unique, remarquable, subtile, qui ne peut nous laisser indifférent. Car nous avons tous été ado au moins une fois dans notre vie.

1...103104105106107...109

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía