Page d'archive 102

BROKEN SOCIAL SCENE – Arts & Craft

ac027.jpg

Découvert suite à la lecture d’un article paru dans télérama, je suis immédiatement devenu fan de cette formation à géométrie variable (comprenant en gros une quinzaine de membres), initialement fondée par Kevin Drew et Brendan Canning. Groupe indépendant, ses influences vont de la new wave (plutôt New Order) à la Pop, en passant par la Folk, le Rock indie ou expérimental (genre Tortoise). A ranger entre Pavement et Sigur Ros.

Ils viennent de sortir un nouvel album, qui fait suite à celui de l’année dernière. Ces deux disque sont présentés comme les projets solo des deux têtes pensantes du groupe : Kevin Drew et Brendan Canning. Et ce sont bien là deux albums du Broken (et non deux « demi-albums »), grâce auxquelles on se rend compte de ce que chacun apporte à l’univers musical du groupe : Kevin est plutôt dans un format pop-folk, alternant les ambiances éthérées, acoustiques ou noisy. Brendan est quant à lui plus référencé rock, new wave ou funky.

Ces deux albums forment un double, j’y retrouve le son « Broken » (noisy-post-rock) que j’aime… J’ai une préférence pour Spirit if… Je vous conseille leurs 6 albums, ils sont tous bons. Mais écouter leurs 2 premiers : « feel good lost » et « you forgot it in people », reste la meilleure façon de découvrir ce groupe génial !

9c817435adb0495576a4967a3ffa6.jpg

site officiel : Arts & Craft

Festival Le Rock dans tous ses Etats 2006

20060625rdtse.jpg

Nous sommes arrivé alors que le festival avait déjà commencé. On a donc loupé un ¼ d’heure du concert de Marcel et son orchestre. Mais c’est pas grave, on aura quand même pris du bon temps.

On s’est bien éclaté ! Marcel, c’est un spectacle complet, autant visuel que sonore. Ils se mettent en scène en créant des personnage avec des look pas possible. Musicalement c’est du ska-rock on ne peut plus festif ! Y avait une sacrée ambiance dans le public (et sur scène) ! Leurs textes sont subtilement écrits, du genre : « rené est con, comme un balai, comme un balai en moins poilu et plus épais !» La classe quoi !

f17a82253e32ce08c92f026cfa20.jpg

Mais ceux pour qui je suis venu, c’est dEUS ! Depuis le temps que je voulais les voir, enfin ! Bon, l’inconvénient, c’est qu’ils n’ont joué qu ‘une heure. Mais quelle heure ! On s’est placé au dixième rang, histoire de bien les voir. Et je n’en ai pas perdu une miette.

D’entré ils nous en balance plein les oreilles avec un « pocket révolution » à l’ambiance torride. Le son est surpuissant, la maîtrise des instruments impressionnante. Tom Barman est un bon, très bon. Je retrouve ce que j’apprécie sur leur disque : le contraste entre leurs chansons plutôt pop et leur son rock-noïsy. A la fois calme et violent. Superbe !

Un concert court mais intense (j’ai sauvé la vie de quelques slameurs fous !). Je me rappelle plus de la set-list précise, mais de mémoire, je dirai : pocket révolution / stop-start nature / instant street / bad timing / fell on the floor man / nightshopping / the real sugar / worst case scenario / turnpike / freaks / nothing realy ends (tom Barman : « une chanson d’amour ») / roses / what we talk about / suds and soda.

Ce fut un excellent concert et maintenant je peux dire que dEUS est un des plus grand groupe de rock qui existe à l’heure actuelle !

fada4ee10ef7712d189476ce5580.jpg

Après dEUS, c’était Cali la tête d’affiche. Mais avec les copains, ont a tenu 5 minutes. Ses musiciens étaient plutôt bons mais lui est insupportable. Il en fait des tonnes (« public chéri, je vous aime » ). M’enfin pendant ce temps, on a été s’en boire quelques unes avant d’aller s’éclater avec monsieur philippe Katerine.

La grande classe avec son boa rose et sa barrette dans les cheveux. De plus, il arrive sur scène en imitant Cali, les bras en croix en remerciant quinze fois le public ! Trop fort ! Je ne connais pas trop son dernier album mais ses textes sont surréalistes à souhait. Du quarantième degrès ! Ses zicos sont très bons ( j’ai appris recemment que ce sont en fait les Littles Rabbits ! ) et lui chante vraiment bien. Un bon moment mais on a pas vu la fin, il fallait rentrer (faut dire qu’il a commencé à 1h du mat’)

cd776edc35d530ef151bc3d59c65.jpg

Les photos ne viennent pas de ce festival. Compte rendu sympa avec photos, sur froggy’s delight

La Véritable Histoire de Futuropolis & Le Journal – Cestac & Clerc (2007/Dargaud – 2008/Denoël Graphic)

1c36de5a375a0459378c6c7d1adc2t.jpg  eb26680d4aafb33a69c42dbe981c7t.jpg

Florence Cestac et Serge Clerc sortent en même temps (à six mois d’intervalle) un album autobiographique. Ils nous racontent leurs souvenirs de ce qui demeure les deux plus grandes aventures éditoriales de la Bande Dessinée française des années 70 et 80 : Futuropolis (1972-1994) et Métal Hurlant (1975-1987).
Hasard des projets et des calendriers ? Il est amusant d’observer de nombreux points communs entre ces ouvrages…
Cestac et Clerc sont les acteurs principaux de leur récit. Ils ont contribué à la création de l’aventure qu’il nous raconte… Ce qui rend leur démarche originale et légitime…
Laissons la parole à Philippe Druillet : « La Véritable Histoire de Futuropolis est un livre chaleureux, lumineux, tendre, magnifique. Florence y parle d’une histoire dont elle a été partie prenante à 50/50 avec Etienne Robial. C’est comme si Hergé avait écrit sa propre histoire, ou que Moebius, Jean-Pierre Dionnet et moi-même avions rédigé notre histoire de Métal. C’est la grande nouveauté par rapport à tous ces ouvrages sur l’histoire de la bande dessinée qui sont paru jusqu’à présent. Quel que soit le talent des journalistes qui écrivent ces livres – et dans le cas des auteurs du livre sur l’histoire de Métal Hurlant, ce talent est grand – ils n’ont pas été les acteurs de l’histoire qu’ils racontent » (in Neuvième Art n°14).

Druillet ne le mentionne pas, mais Dionnet explique dans sa préface (pour Le Journal) que Serge Clerc est « légitimement le seul qui pouvait raconter le journal […] Serge Clerc en sait plus sur la naissance de Metal Hurlant que moi ». Clerc voulait faire cet ouvrage depuis longtemps mais Dionnet à certainement raison quand il émet l’idée que Le Journal est aussi sa réponse au livre Metal Hurlant –la machine à rêver… Dionnet toujours, à propos du Journal : « Ce livre aurait du s’appeller « La Véritable Histoire de Métal Hurlant » , si le titre n’avait pas été pris par l’Autre Éditeur Important des années 70 ».
Cestac, quant à elle, a sorti La Véritable Histoire pour également remettre quelques pendules à l’heure par rapport au nouveau Futuropolis, qui n’a aucun rapport avec SON Futuropolis. « Le Futuropolis d’aujourd’hui est autre chose, qui n’a rien à voir. Il faudrait que ça s’appelle autrement » (Cestac in Neuvième Art n°14).
D’une certaine manière, ils rétablissent la vérité, du moins leur vérité, à propos de l’histoire qu’ils ont vécu.

1bae547a0ea779e817a5ce1cb00c7.jpg

Cestac et Clerc partagent la même volonté, ne pas oublier…
Florence et Serge ne se bloquent pas à décrire la stricte réalité des faits, ils ne cachent pas les tours que leur joue leur mémoire, ils ne recherchent pas l’exactitude des faits… Ils retranscrivent avant tout leurs émotions du moment et leurs ressentis « à posteriori ». Tous deux privilégient leur mémoire affective… Ils font preuve d’une grande sincérité et d’une grande humilité. A aucun moment ils ne tirent la couverture pour eux. On ressent une grande sympathie pour leurs amis. Et des amis, il y en a eu ! Ozanne, Dugenou, Roquemartine, Druillet, Tardi, etc. pour Cestac ; Dionnet, Manœuvre, Chaland, Moebius, etc. pour Clerc… Un bon nombre, surtout Dionnet, Druillet et bien sur Robial, ont participé activement à ces deux aventures…
Aucunes critiques, aucuns règlements de comptes. Je suppose qu’ils ne parlent pas des gens qu’ils n’aiment pas… Pas de nostalgie non plus, un peu de tristesse uniquement, car ces aventures sont maintenant terminées… Mais elles ont été, et tous les livres magnifiques qu’elles ont publiés existent encore et toujours…

Outre ces nombreux points communs, Le Journal et La Véritable Histoire ont, bien entendu, leurs qualités propres. Chacun avec sa « patte » (les fameux « gros nez » de Cestac, la fameuse ligne claire de Clerc), son style (humoristique pour elle, limite cubiste pour lui), son vocabulaire picturale… Elle utilise du gris alors qu’il est dans le noir et blanc stricte…
Cestac est plus sentimentale (l’histoire de Futuropolis est aussi l’histoire du couple Robial-Cestac), décrivant les émulations de groupe, nous racontant des anecdotes à propos des amis…
Clerc lui, est plus introspectif, moins impliqué dans la vie de groupe. Il est dans la retranscription de ses impressions, ses stimulations, ses découvertes, ses rencontres décisives (avec Manœuvre ou Chaland)…
Au niveau de la maquette, ils ont chacun conservé l’esthétique propre à leur maison d’édition. C’est Robial qui a fait la conception graphique pour Cestac et celle de Clerc a été faite par les Associés réunis (inclus Jean-Luc Fromental, ancien rédacteur de Métal).

84b78408c6a06f2dfe5890963299f.jpg 

Ces deux aventures éditoriales, Futuropolis et Metal Hurlant, n’étaient que le fruit de gens passionnés, sans grande expérience, formés sur le terrain mais solidaires, animés par le même désir : réaliser leurs rêves… De véritables héros des temps modernes…
Passionnés, voilà le maître mot, le moteur qui a permis à Florence Cestac et Serge Clerc de réaliser ce qu’ils ont fait, et de nous proposer en 2008, avec cette passion toujours intacte, le récit de leur formidable aventure. Superbes !

PILOTE (magazine) – Editions Dargaud

revuepilotelejournalquisamusearevenir303052008154824.jpg

Couverture de Giraud (2008)

Pilote fut créé en 1959, par le chef du service de presse de Radio-Luxembourg. Ce dernier, voulant lancer sur le marché un « Paris-Match » pour jeunes, fait appel à de jeunes auteurs : Charlier, Uderzo et Goscinny, qui revient des USA où il a collaboré avec l’équipe du journal MAD !..  » Nous voulions faire un journal s’adressant à des adolescents et pas à de jeunes enfants. Pour cela nous avons fait appel à des journalistes de la « grande presse », dont beaucoup émanaient, bien sur, de Radio-Luxembourg (Jean Carlier, Lucien Barnier…), et non pas à des spécialistes de la presse des « petits ». Et il fallait créer des nouvelles séries : Charlier et Uderzo ont fait « Michel Tanguy », Uderzo et moi devions faire quelque chose… Nous avons cherché et nous avons trouvé « Astérix »… » (Goscinny in Pilote spécial 30 ans)

366.jpg

Couverture de Gotlib

En 1961, Georges Dargaud rachète le journal et nomme Goscinny et Charlier comme co-rédacteur en chef en 1963. Cette année là et dans les années qui suivent, Blueberry, Achille Talon, le Grand Duduche, Fred, Gotlib, Reiser, Gébé, Mandryka, Christin, Mézières, Lob, Gigi, Pichard, Forest, Goetzinger, accompagnés de beaucoup d’autres, rejoignent l’équipe. En 1966, en deux semaines, on vend 600 000 exemplaires de l’album Asterix chez les bretons (le premier de la série avait été tiré à 6000 exemplaires). On n’ avait jamais vu un tel engouement pour la Bande Dessinée (Asterix fait même la couverture de l’Express, une première pour un héros de BD). Pilote est plus que jamais « le journal d’Asterix et Obelix » !

b4700127126b08f39390032c0cc47.jpg

L’équipe de Pilote croquée par Alexis

En mai 1968, alors que le succès est là, Pilote est secoué lui aussi par la révolte qui agite le pays. Quelques dessinateurs impétueux (menés pas Giraud) décident de traduire Goscinny et Charlier devant un pseudo-tribunal de la plume et du pinceau. Leur seul tord en fait, est d’être de l’ancienne génération. Car avec le recul, il parrait un peu stupide de reprocher à Goscinny d’être un réac, quand on voit les risques qu’il à oser prendre en éditant tous ces auteurs anti-conformistes. Ça s’arrangera, mais Goscinny en fut durablement blessé. Cette épreuve passé, le journal (« qui s’amuse à réfléchir ») devient de plus en plus riche. A la rédaction, tout le monde est amoureux de Clair Bretécher. Les albums se succèdent. Morris arrive. William Vance illustre Bob Morane. Druillet fait exploser les pages. Tardi passe. F’Murrr entre. Clavé, Solé, Alexis, Petillon, Patrice Leconte sont là. Godard et Ribera aussi. Bilal, 19 ans, gagne un concours organisé par Pilote et commence à collaborer aux pages d’actualités.

En 1974, Pilote devient mensuel. René Goscinny disparaît en 1977… Charlier s’est éloigné. Suivront cependant des années qui verront s’ajouter sur le livre d’or des éditions Dargaud les signatures de Loisel, Cothias, Blanc-Dumont, Lauzier, Régis Franc, Caza, Rodolphe, Baru, Cabanes, Boucq, Martin Veyron, Jean-Claude Denis, Hugot Pratt, Rivière, Floc’h, d’Autheman et de bien d’autres, y compris celle de Pierre Desproges.

2053.jpg

En septembre 1978, le numéro 53 de Pilote défraie la chronique par une couverture épurée, presque vidée, au titre provocateur : « Pilote n’est plus un journal ». La commission paritaire des publications et des agences de presse a en effet radié Pilote, sans aucun avertissement préalable, au motif d’un manque de respect permanent à l’égard des gouvernants. Une censure, donc, ou, comme l’explique Guy Vidal dans son éditorial, « un assassinat par le fric ». Devant la levée de bouclier de la presse, la commission paritaire fait finalement machine arrière. En février 1979, la commission paritaire admet la bande dessinée comme un moyen d’expression à part entière. Aux milieu des années 80, Charlie Mensuel rejoint Pilote. En 1986, les deux titres fusionnent. En novembre 1989, Pilote cesse de paraître. En juillet 1990, Georges Dargaud meurt. Une époque se termine… (historique tiré en parti du Catalogue Dargaud 2007)

4f796bc5c0c17deb5bed41976bb8f.jpg

Mezieres

Formidable auteur, scenariste, dialoguiste et créateur d’univers, Goscinny fut surtout un rédacteur en chef génial. Il a donné sa chance à de nombreux jeunes dessinateurs qui deviendront des géants de la Bande Dessinée française : Jean Giraud-Moebius, Cabu, Gotlib, Druillet, Bretecher, Mandryka, Fred, Alexis, et tant d’autres… Même s’il n’aimait pas le style d’un dessinateur, Goscinny le diffusait, car il sentait que les lecteurs pouvaient accrocher. Il laissait le temps à une série pour trouver son public. Il savait prendre des risques afin de proposer des choses nouvelles à ses lecteurs…Par exemple, quand il lance Philemon de Fred en 1966, la série fait un bide total. La rédaction croule littéralement sous les lettres de lecteurs mécontents et indignés de voir une série « mal déssinée » et « sans queue ni tête » dans leur journal préféré (chaque année Pilote organisait un référendum auprès de ses lecteurs pour établir le palmarès des meilleures séries, Philémon à du finir bon dernier…). Quand on constate maintenant le succès justifié de cette série et le génie reconnu de Fred, on ne peut qu’applaudir Goscinny pour son talent de découvreur et sa tenacité ! Les exemples de ce type (avec Gotlib, Druillet, Reiser…) ne manquent pas.
Ce qui fait de Goscinny l’homme le plus important de la bande dessinée française. Et Pilote, LA revue de Bande Dessinée !

886c2adc0be0c5680a70cd5ce379ctt.jpg

Sempé, Goscinny, Uderzo et Charlier

Tout Pilote sur http://www.bdoubliees.com/journalpilote/annees/index.html

TO BRING YOU MY LOVE – Polly Jane Harvey (1995 Island Records)

tobringyoumylove.jpg

Aaah PJ Harvey ! quelle classe !

J’ai vraiment accroché à partir de cet album qui depuis, est devenu un Classique des années 90. On y trouve surtout des morceaux de blues minimaliste (« to bring you my love », « working for the man », « teclo » ou « I think I’m a mother ») mais aussi de rock indus (« meet ze monsta », « long snake moan »), une sorte de rock-flamenco (« send his love to me ») et surtout de magnifiques chansons pop vénéneuses (« C’mon billy », « down by the water » et « the dancer »). Un album riche (malgrès le minimalisme ambiant), fort (malgrès la fragilité de la voix) et beau !
Voici un extrait du Poulpe (« la petite écuyère a cafté ») de J.B Pouy, qui nous en dit beaucoup sur PJ :  » En sortant du Balto, il fit un détour par le juke-box, d’où sortait une voix incroyable, immature et apprivoisée en même temps, une musique magnifique, lourde, simple, un trauma plus qu’une émotion. Un type était accoudé près de l’appareil. — C’est Green Day ? demanda sûr de lui Gabriel. Le jeune homme le regarda comme si on venait de lui dire que Balladur reformait Nirvana. — Non. vous vous foutez de moi ? C’est PJ Harvey. The Dancer. Le plus beau morceau de l’année. — Ah ! « 

pjbeacon.jpg

1...100101102103104...109

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía