Archives pour la catégorie Chroniques BD

Tu sais ce qu’on raconte… – Gilles Rochier & Daniel Casanave (Warum, 2017)

Tu_sais_ce_qu_on_raconte

Gilles Rochier continue son travail d’anthropologue, décrivant dans ses récits une réalité sociale et émotionnelle qui nous est proche. Cette fois ci, il assure le scénario et collabore avec Daniel Casanave, dont le graphisme vif et direct colle parfaitement à l’urgence du récit. Pour avoir vu les planches originales lors d’une rencontre avec les auteurs (expo à la Maison Pour Tous de Sotteville-les-Rouen, organisé par Fred Au Grand Nulle Part), le noir et blanc de Casanave est d’une classe folle (trait précis, finesse dans les contrastes) et aurai mérité d’être édité tel quel. Rochier raconta que cette histoire – tout comme les précédentes – s’appuie sur ce qu’il a vécu. Ce qu’on a tous vécu : revenir dans son ancien quartier et se faire envahir par les ragots concernant un ancien voisin ou un membre de sa famille oublié. Ces rumeurs (rarement positives) qui circulent et nous arrivent à l’oreille à notre insu…

Tu sais ce qu’on raconte… nous renvoit à ce que nous sommes tous à un moment donné. A savoir des commères du village ou du quartier, prenant pour argent comptant et véhiculant une rumeur dont personne ne cherche à vérifier l’authenticité (d’ailleurs, une rumeur peut elle être authentique?). Dans un village quelconque, quelqu’un croit avoir vu une persona-non-grata, et c’est l’effet boule de neige immédiat, chacun crachant son venin et réglant ses comptes par procuration. Bien sur, comme face à toute rumeur, certains s’en moquent et ne portent pas de jugement. Mais c’est une minorité et dans l’ensemble, les cons se lâchent… Et qu’elle soit vraie ou fausse n’a dans le fond, aucune importance. Par contre, les conséquences dramatiques sont elles, biens réelles. C’est ce qui est pernicieux dans la rumeur (ou la délation), elle révèle la part de cruauté de tout un chacun.

Ce choix d’une narration « chorale » est tout à fait judicieux pour illustrer le phénomène « téléphone arabe ». Déformation, réinterprétation, ingérence, tout y est. Les personnages (panel représentatif de toutes les Catégories Sociales et Professionnelles de la population française, du pilier de bar au médecin) se répondent, se contredisent, mais ne se rencontrent pas. C’est nous, lecteurs, qui suivons cet enchaînement de propos et devons mettre en lien tous ces éléments. On découvre alors les tenants et aboutissants d’un fait divers des plus banal et anecdotique, qui semble concerner tout le monde alors qu’il n’implique que peu de personnes.

Il ne faut pas chercher de morale à cette histoire, même si la conclusion pourrait nous laisser penser une évidence : la connerie, c’est mortel.

rochiercasanave

R.I.P. Marcel Gotlib

Marcel-Gotlib-Annees-1970-Photo-Christine-Poutout

Bon, ça commence à bien faire ! Après Siné, c’est au tour de Gotlib de nous faire faux bond. 2016 est une sale année pour les maitres de l’humour dessiné. Nous voilà à nouveau orphelin. Alors oui, Gotlib est immortel et son oeuvre rayonnera pendant très longtemps. Et même si je ne l’ai jamais rencontré, et qu’il avait pris sa retraite depuis fort longtemps, ça fait drôle de savoir qu’on entendra plus sa gouaille légendaire et qu’on ne verra plus sa trogne d’éternel bambin dans les roman-photos des hors-série de Fluide. Merci pour tout m’sieur !

« Je pense à la mort, c’est toujours là, toujours présent, avec cette révolte de ne pas savoir ce qu’on est venu foutre là, pourquoi on doit se barrer sans rien savoir… C’est ce que dit tout le temps Woody Allen : le grand drame de l’homme, c’est qu’il a conscience de cette absurdité« . (Gotlib in Ma vie-en-vrac)

Idées Noires – Franquin (Audie, 1981-84)

idees-noires-tome-1---2-2523232

Je me rappellerai toujours de mes impressions lorsque j’ai lu cet album pour la première fois. C’est poilant et flippant, attirant et dégoûtant. C’est surtout virtuose. Comment est-il possible que ce soit le même dessinateur que celui de notre gaffeur préféré. Depuis, je n’ai jamais pu lire Gaston de la même façon…

Pourtant, les thématiques abordées sont les mêmes. Franquin dénonce l’absurdité de nos sociétés modernes qui foncent droit dans le mur de la technologie et de la performance.  Ecologiste reconnu, c’est un défenseur acharné des animaux et un humaniste convaincu. C’est juste la manière qui change. A l’instar de son amis Gotlib (qui édita ces Idées Noires), Franquin marque un virage trash-gore-scato qui lui sert, on le sait, de catharsis dans une période de grande dépression.

Franquin est une référence absolue pour plusieurs générations d’auteurs. Il est marrant de constater que son parcours professionnel est à l’exacte inverse de la plupart des auteurs actuels qu’il influence. Faire la majeure partie de sa carrière dans les plus grand journaux d’après guerre (Spirou, Tintin…) pour aboutir en 1977 dans un fanzine parasite (Le Trombone Illustré dans Spirou) ou une jeune revue qui fleure bon l’underground (Fluide Glacial), est quelque peu… iconoclaste.

Sans aller jusqu’à dire que Franquin est un punk, ses idées noires reflètent parfaitement l’esprit pessimiste et nihiliste de son époque. 1977 marque la naissance du mouvement No Future, où s’affirme cette nouvelle génération désabusée qui crache littéralement à la gueule des valeurs paternalistes. Et c’est ce que fait Franquin lorsqu’il déglingue les vieilles traditions (la chasse, la pêche, la corrida…) et toutes ces institutions aliénantes et destructrices (militaires, scientifiques ou religieuses).

Alors que la mort est omniprésente dans ces pages, son graphisme atteint ici un degré de vivacité jamais égalé. Ces ombres noires amplifient à l’excès les mouvements de ses personnages qui dansent, sautent, volent, s’écrabouillent, perdent la tête ou explosent avec une grâce folle… Franquin nous confirme ici qu’il est le maître incontesté de l’onomatopée (MOP, BOP, SLOP, PNOP!).

Même quand il broie du noir, il nous fait rire. Ce rire ravageur, salutaire, parfait exutoire à nos angoisses les plus refoulées, nos peurs les plus primales. Plus proche du « Bête et Méchant » que des petits mickeys de chez Dupuis, ses bandes anthracites auraient pleinement trouvé leur place chez Charlie ou Hara-Kiri. Mais c’est grâce à Fluide Glacial que l’on peut se délecter, ad nauseam, de ces douceurs macabres.

logofranquin

Susceptible – Geneviève Castrée (L’Apocalypse, 2012)

GENEVIEVE-COVER-susceptible-couv

J’ai récemment fait l’acquisition du Susceptible de Geneviève Castrée et je m’apprêtais à en parler sur mon blog, peu de temps avant d’apprendre sa disparition ce 9 juillet dernier. Elle laisse derrière elle une œuvre multiple (elle est aussi musicienne, illustratrice, créatrice de fanzine, poète…), habitée, emprunte d’une sensibilité juste. Geneviève Castrée fait parti de ces auteurs confidentiels, dont la notoriété est proportionnellement inverse à ses indéniables qualités.

Susceptible est une histoire autobiographique tout en dualité. Entre attachement filial et émancipation, l’inné et l’acquis, Geneviève nous raconte son enfance, de sa naissance à sa majorité. Les relations conflictuelles (faites d’amour et de rejet) avec une mère immature, troubles avec un beau-père pour le moins ambiguë, distantes et quasi inexistantes avec un père qui ne parle pas la même langue. Tous ces coups encaissés, ces frustrations, ces joies et ces peines ont conditionné sa personnalité marginale et forgé sa sensibilité artistique. Le dessin et la musique sont rapidement devenu vitaux pour elle.

Son graphisme est à l’avenant de son récit, fin, subtil et contrasté. Ses gris sont intenses, variés et ses noirs profonds. Son trait est rond, souple, presqu’enfantin avec ces phylactères longilignes qui ressemble à des ballons de baudruches. Et pourtant, au delà de cette première impression, on sent une réelle maîtrise du dessin, très précis dans ses intentions (attitudes, expressions des visages…). Maîtrise aussi de la mise en page et des cadrages, qui contribuent à la fluidité et la subtilité de sa narration.

Premier ouvrage inscrit au catalogue de l’Apocalypse, sorti en 2012, il n’est pas surprenant de voir JC Menu éditer Susceptible, pour la première fois en France, tant ce récit aigre-doux s’inscrit dans une filiation directe avec le Livret de Phamille.

Lapo.fr

 

L’homme de mes rêves – Nadja (Cornelius, 2010)

l'hommedemesreves

L’homme de mes rêves est un ouvrage tout en contraste. Un album aux prétentions esthétiques assumées, qui n’en oublie pas de raconter une histoire, à la narration des plus classique. La douceur des tons gris cendre et des formes charnelles font face à la dureté du récit. Nadja fait de beaux dessins qui n’atténuent en rien la laideur des personnages et des thèmes abordés. Une ligne claire expressionniste avec traits de contours épais et couleurs en aplat. On ressent ses coups de pinceaux vifs et nerveux.

Nadja nous parle d’une jeune femme qui subit l’emprise d’un pervers narcissique, sans jamais le nommer ainsi. Elle nous propose de suivre les errances de son héroïne sur un ton neutre et distancié, enchaînant les scènes de soumission et d’humiliation sur un mode purement opératoire, sans pathos ni moraline, entretenant un flou permanent entre rêve et réalité, résignation et désir de fuite.

Autobiographie ou autofiction, on ne le sait et on s’en moque. Elle ne condamne ni n’excuse et évite les écueils de l’analyse psychologique ou du jugement de valeur. Nadja est avant tout une romancière, qui dépasse son sujet pour centrer son récit sur cet indicible sentiment : l’impuissance.

L'homme de mes r_ves

12345...45

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía