Archives pour la catégorie Chroniques BD

Anthologie Imagex (The Hoochie Coochie, 2023)

images Antho

Maël Rannou l’avait annoncé il y a quelques années et ça y est, l’Anthologie d’Imagex est enfin sortie. Pas loin de dix années auront été nécessaires, entre l’intention initiale et le produit fini. Un vrai travail de fourmi pour retrouver les planches originales et remettre en valeur celles disparues. Car au fil de temps, et aux vues de sa production disparate, Imagex n’a pu tout conserver. D’où la gageure de pouvoir tenir entre nos main cette Anthologie.

Je ne vais pas bouder mon plaisir et cacher ma fierté d’avoir contribué au retour d’Imagex. Grâce à cet article de Mauvais Rêve, publié en 2008 - auquel Daniel Hochard lui-même avait réagi et de fait, donné de ses nouvelles. Je reste impressionné par les divers retours de tous ces passionnés, qui comme moi ont été marqués au fer rouge par les bandes d’Imagex.

Le travail des éditions The Hoochie Coochie est remarquable. Un grand format idéal et une qualité d’impression qui permet de savourer les moindres détails. Une immersion totale. De son propre aveu, Mael a estimé ne pas avoir les moyens de proposer l’écrin susceptible de mettre en valeur l’œuvre d’imagex. Ce qui, aux regards de ses indéniables qualités graphiques, aurait été dommage.

Si je connais par cœur son Mauvais rêves, j’avoue découvrir enfin son Colonie de vacanse, que je n’ai pas encore eu le plaisir de chiner en format X de Futuropolis. Il est des chefs d’œuvres que l’on connait de référence depuis toujours… Je prends enfin ma revanche, et ma grosse claque. Quelle histoire de dingue, et pour autant parfaitement cohérente.  Et quelle esthétique de malade, avec ces volumes gris qui sculptent cette matière charnelle. Ce traitement des formes qui flirte avec l’expressionnisme, contrastant parfaitement avec ces figures enfantines.

Ce qui contribue à la puissance de l’œuvre d’Imagex, c’est cette faculté à aborder des thèmes graves et insupportables (enfance et violence) avec une aisance et une légèreté déconcertante. Son humour ne sert pas à désamorcer le malaise des situations décrites, il en est le catalyseur, voire même le détonateur.

Outre ces deux albums, cette anthologie concentre absolument tout ce qu’a pu produire Imagex durant sa fulgurante carrière : des récits cours et des illustrations pour les revues Viper, Actuel ou (A Suivre)… 40 ans plus tard, l’œuvre d’Imagex est toujours aussi pertinente et percutante. Car les souffrances infligées aux enfants restent, malheureusement, encore à dénoncer… sans complaisance. C’est toute la force d’Imagex.

images imagex

Alien triste – Pedro Mancini (Insula, 2015)

alien triste

Découvert dans les pages du Gorgonzola de Maël Rannou, dont il est un régulier depuis le numéro 19, Pedro Mancini est un illustrateur et dessinateur argentin, féru de science-fiction, qui œuvre dans un registre autobiographique. Un grand écart qu’il maitrise parfaitement. Il a sorti trois albums depuis 2016, mais c’est cet Alien Triste qui m’a fait découvrir son univers particulier, perturbé jusqu’à l’absurde.

Pedro, alias Luis dans ses strips, s’incarne sous les traits d’un extraterrestre au visage longiligne recouvert d’yeux globuleux, dont l’expression figée vacille sous le coup de l’émotion. Comme pour retranscrire ce constant sentiment d’être étranger à lui-même et aux autres. Solitaire sentimental, loser alcoolique, fan des Grizzly Bear et de Moebius, en thérapie, ça fait beaucoup…

Maitrisant parfaitement les règles du récit en strips (constitués d’une à quatre cases), Mancini use de nombreuses ellipses et itérations qui apportent un rythme soutenu à l’ensemble. Il enchaine les séquences sans chercher la chute à chaque fois. Car il est en chute libre depuis des lustres le coco. Déboires sentimentaux, beuveries mettant à mal son pancréas, angoisse de la page blanche, carrière professionnelle quasi-inexistante, batteur raté… L’alien triste a toute les raisons de l’être. Pourtant, au-delà de cette succession de malaises et de frustrations quasi quotidiennes, il se dégage quelque chose à la lecture de ces strips. Le coté déprimant laisse place à une réelle compassion. On développe une sincère sympathie envers cet auteur qui retranscrit sans filtres son rapport décalé aux mondes (du travail, des relations sociales, des femmes…) qui l’entourent.

alien triste 2

Brèves de chroniques #10

J’aime pas la musique – David Snug (Les Enfants Rouges, 2011)

J-AIME-PAS-LA-MUSIQUE-sans-CD

Davis snug est un authentique punk qui ne s’ignore pas. Plutôt monomaniaque dans son genre, il reste fidèle à ses premiers émois musicaux qui sont les bérus, les bérus et les bérus. Comme tous collégiens, il n’aime pas la musique. Car on le sait tous, les profs de musique sont des sadiques. Jouer de la flute devant toute la classe reste un traumatisme pour plusieurs générations. David Snug lui, ce qui lui plait, c’est le dessin. A tel point qu’il décide d’en vivre. Ou du moins, d’aller en Arts Appliqués, ce qui lui permet  de quitter sa cambrousse (Bayeux) pour s’installer dans une grande ville (Caen). Mais il déchante rapidement. Ses profs et ses camarades de lycée sont aussi nuls que ceux du collège. Il rencontre tout de même un bon pote qui partage son goût pour la musique bizarre (Stooges, Velvet, Suicide…). Il décide même de lancer un groupe de punk, avec guitare sèche et carton pour la batterie…M’enfin, c’est le geste qui compte.

Le graphisme de Snug est comme la musique qu’il écoute (et joue surement) : hyper saturé, limite dégueulasse, fortement contrasté mais terriblement efficace. Une ode à l’indépendance.

L’âge dur – Max de Radiguès (L’employé du Moi, 2010)

lage dur

L’âge dur nous raconte l’histoire d’un groupe de collégiens dont le quotidien n’est fait que de doutes, de désirs, de frustrations. Encore un énième récit sur l’adolescence. Mais à l’instar d’un Charles Forsman (édité dans la même collection chez l’employé du moi) Max de Rodriguès reste à distance de ses sujets. Il ne cherche pas à expliquer ou s’étaler sur les états d’âme de ses personnages. Il n’y a pas besoin, car nous savons intuitivement ce qui se joue chez ces ados qui vivent leurs premiers émois, leurs premières expériences, leurs premiers râteaux. Le minimalisme du trait (aucuns décors, les personnages évoluent dans des cases vides) et la mise en page sommaire conviennent parfaitement pour décrire ce sentiment de flottement et cette absence de cadre (pas un adulte à l’horizon), typiques de cet âge ingrat.

Schnock n°42 (La Tengo Editions, 2022)

Schnock-42

Schnock commence à se faire vieux mais est toujours présent dans les kiosques, et c’est tant mieux. La revue des vieux de 27 à 87 arrive à nous surprendre à chaque numéro en dénichant des dossiers et des interviews toujours aussi passionnants. Le dernier en date est sorti il y a peu (n°45 avec Defunès en couverture), mais je m’arrête sur ce numéro 42 et son superbe dossier sur Patrick Dewaere. Comme à chaque fois, on croit tout connaitre sur ces personnages publics (Coluche, Desproges, Marielle…) et on en découvre beaucoup. Grâce à cette capacité (que dis-je, cet Art !) de dénicher des témoignages auprès d’interlocuteurs qui les ont bien connus, mais à qui on ne fait jamais tribune.

On y retrouve des interviews (la chouette Brigitte Fontaine) et ces dossiers qui font notre joie, comme ce top 15 des publicités en bandes dessinées qui nous renvoie à nos jeunes années et fait émerger cette honteuse idée du « c’était mieux avant » ! Mais non, ce n’était pas mieux avant. Car avant, on n’avait pas Schnock.

La Grimace – Vincent Vanoli (l’Association, 2021)

Grimace_couv

La grimace de Vincent Vanoli porte bien son nom. Tous ses personnages font la gueule. Et on comprend pourquoi, tant cette région de la Meurthe-et-Moselle est sinistrée depuis des lustres. La poussière de charbon des aciéries est partout présente, alors que l’activité industrielle n’est plus qu’un douloureux souvenir. Les rues, les murs, les gens, tout est gris. Même ces scènes d’extérieur sentent le renfermé, les espaces verts sont glauques. Ce noir et blanc charbonneux avec ces gris sales apportent une dimension mélancolique à son univers pictural, qui m’évoque surtout le Merveilleux des contes de fée, avec ces intérieurs labyrinthiques et ces extérieurs expressionnistes. On ne sait ce qu’on va découvrir la page d’après.

Vanoli explique très bien en postface pourquoi il se représente en adulte alors qu’il nous raconte sa jeunesse. C’est simplement pour ne pas tricher. Se mettre en scène sous les traits de l’enfant qu’il était n’est qu’un ressort narratif bidon. Car son enfance, il nous la raconte de son point de vue de quinquagénaire bien entamé (rien de péjoratif dans mon propos, on y passe tous !). Son regard sur ce qu’il a vécu et ressentit n’est plus le même qu’à l’époque.  Une enfance à part, repliée sur elle-même, réfugiée dans l’imaginaire, rythmée par les saisons, les colos de vacances et les compétitions de handball. Vanoli tente de conserver la vision magique de l’enfant, même si l’on sent dernière la désillusion et une certaine forme de nostalgie.

Vanoli ne triche pas non plus avec les divagations de la mémoire. Son récit est structuré de manière vaguement chronologique, reposant sur un rythme décousu, enchainant les scènes et les souvenirs comme on passe du coq à l’âne. A tels points que lire ces planches dans le désordre serait sans conséquence sur la compréhension du récit. Les titres à chaque page nous aident à faire sens. Son graphisme est à l’avenant : rien n’est linéaire, aucunes lignes droites, tout est alambiqué. Les meubles et les architectures sont toutes de guingois. Les personnages aussi. Une collection de gueules dignes de la cour des miracles.

Une histoire en morceaux, comme Vanoli lui-même à la fin de l’album, qui tente de recomposer comme il peut les diverses parties de son corps. Ce morcellement illustre son état d’esprit quand il revient de ses errances mentales et découvre une ville qu’il ne reconnait plus. Il croise son moi d’enfant qu’il essaye tant bien que mal de suivre. Mais comme chantait l’autre : « Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus« …

La-Grimace-©-Vincent-Vanoli-LAssociation.

Rouen par cent chemins différents – Emmanuel Lemaire (Warum, 2018)

lemaire1

Celles et ceux qui connaissent Rouen savent que l’on peut la traverser en long, en large et en travers sans jamais prendre deux fois le même chemin. La cité aux cent clochers est aussi la ville aux mille rues, faite de chemins de traverses et de faux culs de sacs.

Malgré son titre, Emmanuel Lemaire ne nous parle pas que de sa ville. On apprend rapidement que cette histoire devait être autobiographique et concernait sa vie de couple. Mais suite au départ de sa compagne, elle s’est fatalement transformée en un récit sur l’errance et la reconstruction. Emmanuel Lemaire raconte de manière subtile, tout en impressions, les conséquences de sa rupture et les moyens (parfois obsessionnels) qu’il invente pour supporter cette situation difficile, retrouver le goût des autres et des petites choses, la légèreté et le rire. En particulier ce drôle de rituel consistant à ne jamais emprunter quotidiennement le même trajet de chez lui à son travail.

J’ai eu l’occasion de découvrir le travail d’Emmanuel Lemaire lors de l’exposition « Architectures dessinées » à la Maison de l’Architecture de Normandie en 2017. J’aime bien son trait fin et dynamique, son travail sur les verticales et horizontales qui structurent ses compositions sans les saturer. Son style sied à merveille pour dessiner la Ville (Rotterdam, Rouen, Paris…), multipliant les focales, allant des plans d’ensemble aux détails d’un monument. Il sait aussi croquer des portraits attachants de ses contemporains, dressant un panorama assez juste des personnages que l’on croise régulièrement dans les rues de Rouen : un ancien collègue « l’homme au teckel », son ami Olivier le libraire (au Grand Nulle Part, pour ceux qui connaissent), un groupe de marins laotiens en escale, un punk à chien sans chien…)

Qu’elles soient graphiques ou psychologiques, Lemaire cherche les lignes de fuite. Il est en quête et trouve dans ces déambulations et ses rencontres les petits remèdes à sa morosité grimpante, une nouvelle direction à son récit et, par extension, à son existence. Rouen peut-être une ville triste. Mais elle peut, si l’on trouve les bons angles d’approches, être d’un grand réconfort.

lemaire2

12345...47

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Expo

Expo

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía