Walking Dead T.22/23 – Kirkman & Adlard (Delcourt, 2015)

wd22

Les morts qui marchent continuent leur bonhomme de chemin. Kirkman et Adlard tiennent la longueur et arrivent encore à nous surprendre. La présence de nouveaux collaborateurs (Gaudiano et Rathburn) y est sûrement pour beaucoup. Si certains épisodes ronronnaient et dégageaient une impression de déjà-vu (Negan pouvant être vu comme un Gouverneur bis), le récit trouve un nouveau souffle à partir du numéro 22 (133 en version US), judicieusement intitulé « Une autre vie ».

Quelques années ont passé. La guerre avec Negan est terminée, Rick est devenu le sage patriarche d’Alexandria, respecté de tous. Maggie a pris les rennes de la Colline et Carl s’émancipe. La vie prospère et tout à l’air d’aller pour le mieux dans le pire des mondes. Sauf qu’une nouvelle menace extérieure apparaît, plus pernicieuse que les zombis eux-mêmes. A moins que le danger ne viennent, une fois encore, d’entre les vivants…

Comme toujours, le rythme est soutenu, comprenant son lots de rebondissements, d’épilogues (avec Negan) et d’ouverture vers de nouvelles intrigues (avec ceux qui murmurent). La narration conserve cet équilibre entre temps calmes (les protagonistes redécouvrent les joies des petits tracas familiaux) et morceaux de bravoures (et ses scènes gores).

Cette absence de manichéisme fait la richesse de Walking Dead. Les vivants sont potentiellement tous dangereux et prêts à tout pour survivre, à l’image de Rick Grimes lui-même. Le monde ne se divise pas bêtement entre les vivants et les morts. C’est plus subtil que ça. On distingue plusieurs catégories d’individus : les morts-morts (soit des vivants qui sont morts et non revenus ou des zombies mis hors d’état de nuire), les morts-vivants (postulat et seul élément fantastique de l’histoire), les vivants-morts (correspondant à la majorité des survivants, bon nombre d’entre eux sont psychologiquement morts, d’autres agissent en fonction de leurs pulsions de mort, d’autres encore se comportent comme les zombies…) et les vivants-vivants (ceux qui s’accrochent encore aux valeurs du vieux monde ne font pas long feu. Rick l’a bien compris et tente de préserver ce qui lui reste d’humanité).

Cette saga ne semble pas prête de s’arrêter, et c’est tant mieux. Tant que ses qualités narratives et esthétiques perdurent, on en redemande.

wd23

0 commentaire à “Walking Dead T.22/23 – Kirkman & Adlard (Delcourt, 2015)”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía