Brèves de chroniques #6

Wimbledon Green – Seth (Seuil, 2006)

Wimbledon-Green

Mais qui est ce mystérieux Wimbledon Green ? Le plus grand collectionneur de comics ou un simple usurpateur ? Un vrai passionné ou un spéculateur ? C’est l’intrigue principale de cet album qui fleure bon l’enquête policière à l’ancienne (façon Agatha Christie) avec ces fausses pistes et faux semblants. Le récit repose sur de nombreux témoignages (de personnes l’ayant connu ou colportant les rumeurs le concernant) et des souvenirs de l’intéressé qui nous apportent, au fil de la lecture, des éléments de réponse.

Seth est un perfectionniste et on ne peut qu’apprécier les qualités formelles de ce petit ouvrage : couverture cartonnée toilée avec lettrage doré, belle couleur verte et coins arrondis. Un auteur qui maîtrise toute les composantes de son médium (structure en gaufrier qui apporte un rythme soutenu, formes stylisées parfaitement lisibles, couleurs sépia aux effets rétro, importance du détail…). Il ne faut pas se fier à cette apparente simplicité, Wimbledon Green est un album dense, une subtile mise en abîme sur le monde des collectionneurs de comics.

La Régression – François Olislaeger & William Henne (La Cinquième Couche, 2005)

la régression

Un gérant de magasin de sport qui vit chez sa mère veuve, un groupe de jeunes délinquants, des policiers et un juge dans l’exercice de leurs fonctions, La Régression nous raconte l’histoire de plusieurs destins qui se croisent, sans jamais se rencontrer. Alors qu’il vient porter plainte pour le vol d’une paire de baskets qu’il avait lui même tenté de voler (un comble!), un jeune de banlieue se retrouve en garde à vue qui amènera, suite à l’enquète, à l’arrestation de certains de ses complices pour recèle de téléphones portables.

Une tranche de vie de quartier comme on en lit souvent dans les journaux. Sauf qu’ici, c’est plus l’incommunicabilité entre les êtres que ce simple fait divers qui intéresse William Henne. Entre narration séquentielle et texte illustré, les auteurs ont trouvé la forme idéale pour ce récit choral, dans lequel les personnages secondaires ont toute leur importance. Olislaeger nous démontre ici qu’il a plusieurs cordes à son arc, abandonnant son graphisme stylisé pour un trait brut plus réaliste, qui convient parfaitement à cette chronique urbaine.

Grotesk, retour à l’anormal – Olivier Texier (Même Pas Mal, 2013)

Grotesk-Olivier-Texier

Olivier Texier est un cas à part. Découvert dans les pages du Psikopat, je n’ai pas de suite adhéré à son univers déviant qui semble relever du cas clinique. Sondeur de nos angoisses les plus profondes et nos obsessions les plus inavouables, lire du Texier n’est pas sans conséquences. Toutefois, c’est en cela que les artistes de cette trempe sont indispensables : il nous mettent dans nos retranchements, nous obligent à sortir de notre zone de confort. Et c’est tout ce qu’on mérite.

Son humour noir et sans tabous ne flirte pas avec le mauvais goût, il y plonge carrément, jusqu’à l’absurde. Avec son réalisme tremblotant et son noir et blanc tranchant, Texier dresse un improbable bestiaire qui évolue dans des décors minimalistes. Un monde étrange qui dans le fond, n’est pas si éloigné du nôtre… En un gag de quatre cases par page, Grotesk, sous titré « retour à l’anormal », est un concentré de son art déjanté. A consommer avec modération.

0 commentaire à “Brèves de chroniques #6”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía