Celebrated Summer – Charles Forsman (Cambourakis, 2014)

celebrated summer

Charles Forsman nous démontre qu’il n’est pas nécessaire d’inventer un scénario original et « jamais vu » pour rendre un album passionnant. L’histoire de Celebrated Summer n’a à priori rien de stimulant et repose sur un postulat mainte fois exploité : alors qu’il glande dans sa vie et durant ses vacances, un jeune homme obèse et légèrement associable du nom de Wolf, qui vit seul avec sa grand mère, part pour le bord de mer avec son pote Mike. Un road movie à base de trips d’acide et d’arrêts pipi, qui ne les mènera nulle part, si ce n’est à leur point de départ. La journée insignifiante de personnes insignifiantes en somme.

Qu’est-ce qui rend ce récit passionnant alors ? Et bien, c’est l’ambiance générale qui s’en dégage. Cet entre-deux permanent propre à cette ingrate période de l’adolescence, fait d’envies de fuites et de besoins de repères, où tout est possible mais rien n’est faisable, tant les casseroles à porter et cet impitoyable principe de réalité bloquent tout. Ces deux compères (des « potes de galères » pourrait-on dire) ne fuient pas autre chose que leur propre existence.

celebrated summer 2

Une mise en page subtile qui accentue cette impression de flottement, de temps suspendu dans lequel évoluent les protagonistes, autant à cause de leur statut d’adolescent que des stupéfiants qu’ils ingurgitent. Forsman décrit sans chercher à expliquer ni justifier les motivations de ses personnages. Il se contente de nous raconter sur un mode descriptif (et parfois de manière explicite les effets hallucinogènes des drogues) la dérive, tant comportementale que psychologique, de ces deux jeunes garçons mal dans leur peau.

Son graphisme épuré va à l’essentiel et ne s’encombre pas de détails qui pourrait parasiter la fluidité du récit. Wolf, sorte de Charlie Brown punk et obèse, est un être sensible (trop sûrement), nostalgique d’une enfance déjà révolue, incapable d’avancer dans sa vie. « Je donnerais tout pour ne plus avoir peur », dit-il en dernière case. Un état qui n’est étranger à personne.

Un bel album des éditions Cambourakis qui nous offrent en supplément un fac-similé de la première (non-)aventure de Wolf. Un petit fascicule dans lequel on découvre certains éléments à l’origine de son mal être. Ce qui le rend d’autant plus attachant.

celebrated summer 1

2 commentaires à “Celebrated Summer – Charles Forsman (Cambourakis, 2014)”


  1. 0 nantua 5 août 2014 à 11:57

    Cher monsieur, merci encore pour cet article qui donne envie de lire l’ouvrage. Comme d’habitude il est fort bien dit. J’ai vu que vous aviez mis dans vos achats ( ou découvertes )récent(e)s  » Franky et nicole  » dont j’ai envisagé l’achat. s’agit-il d’une revue ? s’agit il d’une reprise de bd déjà publié dans le défunt ferraille illustré ? Dans l’attente de votre réponse , monsieur Mitchul, veuillez agréer mes sentiments les plus amicaux. Votre dévoué nantua.

    Dernière publication sur carnet à dessins : Des hommes, des femmes

    Répondre

  2. 1 mitchul 5 août 2014 à 13:34

    Merci mon cher Nantua, ce Celebrated summer est un très bon ouvrage, que je t’incite à découvrir.
    Pour le Frankie & Nicole, c’est en effet la nouvelle revue des requins marteaux, dont le prochain numéro sortira chez Cornelius. Une collaboration originale. Pour le contenu, c’est que du nouveau, rien de réchauffé. Par contre, à la différence de Ferraille, il n’y a pas de rédactionnel, que des bandes dessinées. Mais pour le prix, c’est une bonne affaire !!

    Répondre

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía