Archives pour mai 2013

J’aime pas… (éditions Hoëbeke)

J'aime pas... (éditions Hoëbeke)  jaime-pas-luz-300x248

La sympathique collection J’aime pas des éditions Hoëbeke donne carte blanche aux auteurs pour se lacher sur un sujet qui les insupporte.

On le sait depuis son claudiquant sur le dance floor, Luz n’aime pas n’importe quelle musique. Il n’aime surtout pas la chanson française. Non pas ses grands classiques qui, de Gainsbarre à Brassens, jusqu’à Dominique A ou Arthur H, méritent notre estime. Non, plutôt cette « nouvelle nouvelle chanson française », incarnée par le plus insupportable de tous : Vincent Delerme, le chantre de l’insignifiant, qui nous assène à longueur d’albums sa litanie des petites préoccupations de l’intime. Les scènes de dialogues entre Delerme et son nombril Bibile sont, à ce titre, fort savoureuses. Benabar, Biolay, Cali, Obispo, Raphael, Aubert, Renaud, mais aussi Yvette Horner, tous en prennent pour leur grade. Que du bonheur…

jaime-pas-cestac-aime-pas-300x248

Florence Cestac n’aime pas les gens qui se la pêtent et se prennent pour ce qu’il ne sont pas. Le mari parfait, la psy de service, l’adolescente blessée, l’écolo modèle, le grand artiste, le détenteur du bon goût français… Avec son humour gentillement mordant (et son inimitable style « gros nez »), Cestac nous venge de tous ceux qui nous pourrissent la vie au quotidien. Ces insupportables qu’on aimerai remettre à leur place, mais nos bonnes manières (plus surement notre manque de courage) nous en empêche.

jaime-pas-aleveque-300x247

Alévêque et Large eux, n’aime pas la crise. Comme tout le monde me direz-vous. Cependant, les textes d’Alévêque nous confortent dans l’idée que ce n’est pas la crise pour tout le monde, que certains s’en goinfrent royalement, que les plus touchés sont encore et toujours les plus démunis.

S’il pensait nous faire rire, c’est plutôt raté. Non pas qu’Alévêque soit mauvais, au contraire, il est actuellement l’un des meilleurs humoristes politiques engagés (avec Didier Porte et Thierry Rocher), usant de cette prose redoutablement lucide et de ce sens aigu de la chute qui, pour nous faire sourir, nous renvoie à notre condition de pauvre (con). Ce sont les thèmes qu’il aborde qui ne prêtent pas à rire. Heureusement que Large apporte un peu de couleurs à cette grisaille.

Alévêque n’invente rien. Il fait des liens, met en corrélation des informations pour nous éclairer sur les réels enjeux de cette crise, pointant les aberrations de nos classes dirigeantes (politique, finance), dénonçant les dérives du système libéral. On peut ne pas être d’accord, dire qu’il fait des raccourcis. Perso, j’adhère pleinement à sa manière de présenter les choses. Alévêque est un véritable humoriste, espèce rare. Il ne nous brosse pas dans le sens du poil, il nous colle un bon coup de pied au cul !

jaime-pas-large-autoportraits-300x245

Le Loup des mers – Riff Reb’s (Noctambule Soleil, 2012)

 

Le Loup des mers - Riff Reb's (Noctambule Soleil, 2012) dans Chroniques BD leloupdesmers11-213x300

Je remercie les camarades de k.bd qui m’amènent parfois à lire des bandes dessinées que je n’aurais à priori aucunes raisons de cotoyer. Ce genre de bédé classique (à papa !) n’est pas trop ma tasse de thé – bon, ok, aussi parce que c’est édité chez Soleil, mais je ne peux que reconnaître, après le superbe Derniers des Mohicans de Cromwell, qu’ils font une fois encore du beau boulot -, j’avoue m’être laisser tenté par les incroyables pérégrinations des sieurs Humphrey Van Weyden et Loup Larsen.

Ce qui m’a surtout attiré dans cet ouvrage, c’est le graphisme vif et précis de Riff Reb’s, ce style expressionniste proche des gravures d’époques. Changer de couleurs à chaque chapitre est un choix odacieux qui fonctionne. Chaque dominante illustre et contribue à l’ambiance de la situation : couleurs chaudes pour les scènes en huis-clos, froides pour les extérieures de chasses ou de bastons, rouge pour la colère, vert pour la peur…

 leloupdesmers3-300x229 dans Chroniques BD

Riff Reb’s a trouvé le ton juste entre la puissante précision des illustrations d’antan et la modernité d’une narration bédé plutôt traditionnelle. Je me rend compte qu’il est un formidable raconteur d’histoire. Classique dans sa manière d’installer le récit, Riff Reb’s évite l’eccueil de l’adaptation littéraire pompeuse et prétentieuse et puise librement dans l’oeuvre de Jack London, sans pour autant la dénaturer ou l’utiliser pour combler des vides scénaristiques. Il enchaine les évenements à un rythme soutenu, tout en prenant le temps de développer les thèmes ‘Londoniens’ de la survie de l’homme face à la nature, de l’âme, de la loyauté, de la folie…

Deux destins se font face, se respectent et s’insupportent. Le premier commente et écrit l’Aventure, le second la vit. L’un croit en l’homme et à la grandeur de l’âme, l’autre ne croit qu’en la sélection naturelle, la loi du plus fort. Tous deux lisent… Ces deux pôles s’attirent et se repoussent, livrant un incroyable combat idéologique, ayant pour toile de fond une impitoyable chasse aux phoques sur une mer déchaînée. On est littéralement embarqué, pris au piège par cette lecture, tout comme l’est Humphrey par le loup des mers Larsen.

leloupdesmers21-205x300

Riff Reb’s sur Coconino World

L’horreur est humaine Vol.2, N°1 (Editions Humeurs, 2008)

L'horreur est humaine Vol.2, N°1 (Editions Humeurs, 2008) dans Presse et Revues hh22-201x300

Revue hors norme des éditions Humeurs, L’horreur est humaine est un ouvrage collectif de dingues, qui repousse les limites du bon/mauvais goût en images.

hh21extrait7 dans Presse et Revues

David Sandlin

Bandes dessinées décalées et loufoques (Charlie Schlingo, Basil Wolverton, Peter Bagge, Robert Crumb, Charles Burns) ; des illustrations (pages de garde de Blanquet, les Cauchemars d’Yves Chaland, les portraits hachurés de Matthias Lehmann) ; les photographies tendance voyeurisme de Romain Scolombe ; des tableaux (les portraits excessivement réalistes d’Alexis Lemoine ou l’érotisme morbide d’Ohta Keiichi) ; des expérimentations de narration séquentielle (Ruppert et Mulot, Morgane Navarro, Tobias Schalken, l’itération iconique d’Ethan Persoff)…

hh21extrait4

Marko Turunen

Une succession d’auteurs aux horizons divers et variés (en genres, époques, origines ou disciplines) qui partagent cette affolante faculté à bousculer les conventions et mettre l’art du beau dessin et de la belle image dans ses retranchements, d’en exploser les codes. Que ce soit les tableaux naïfs et illuminés de David Sandlin, le trait vif et outrancier d’un Carlos Nine, la fantasy expressionniste de Marko Turunen (qui met en scène un Thor en colère car son pote Intrus ne lui a pas rendu son cd de Kate Bush!), le surréalisme panique d’une Medi Holtrop, les bandes expérimentales et quasi abstraites d’Elles Sont De Sortie, l’onirisme dérangeant de Ludovic Debeurme, les cruelles illustrations de Gustave Doré, les nues aquarelles et planches abstraites de Pyon, les strips existentialistes de Pascal Girard ou ceux limites déviants d’Olivier Texier…

hh21extrait6

 Tobias Schalken

L’horreur est humaine  interpelle, bouscule, choque, uppercute ses lecteurs. Sûr que cela ne plaira pas à ceux qui n’aiment que les jolis dessins et les histoires bien racontées…

hh21extrait15

Yves Chaland

A voir


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía