Léon la came – De Crecy & Chomet (Casterman, 1995)

 

Léon la came - De Crecy & Chomet (Casterman, 1995) dans Chroniques BD leonlacame01-222x300

Après une absence de trente ans, Léonce, un pépé bientôt centenaire, revient auprès des siens. Et ce ne sera pas sans conséquences, car Léon le rouge (communiste de la première heure) bouscule le train-train bien rodé de la famille Houx-Wardiougue (pour le plus grand plaisir de son petit-fils Géraldo-Georges) et risque d’en compromettre l’avenir. Au grand dam de son fils Aymard, le nouveau patriarche de l’entreprise familiale de cosmétique, qui fera tout pour le mettre au placard, après avoir essayé de l’utiliser pour amadouer de potentiels actionnaires nippons. Mais en vain, il ne pourra rien contre cet électron libre (plutôt vicelard), qui tirera sa révérence par un dernier pieds de nez des plus remarquable, sonnant ainsi le glas des affaires familiales.

Entre satire politique et chronique familiale, Léon la came est une farce burlesque qui traite des thèmes de la filiation (ses mythes, ses secrets, ses membres), une critique acide de la haute bourgeoisie industrielle, du monde des affaires, de la lutte des classes. C’est surtout une ode à la vieillesse, qui n’est pas automatiquement synonyme de décrépitude et d’inadaptation. Qui ne souhaiterait pas vieillir comme Léon, conserver cet esprit indépendant, rebelle, fantaisiste ?..

leon-213x300 dans Chroniques BD

La narration parcellaire de Chomet met en exergue la dimension satirique du récit, et bouscule les habitudes. Dans sa dernière partie, les personnages interpellent directement le lecteur, afin de commenter les événements de leurs points de vue, bien différents les uns des autres. L’histoire nous est contée par Gégé, le petit fils de Léon (leur relation permettra au premier de s’émanciper du joug paternaliste), jusqu’à ce que son frère ne lui coupe la parole pour raconter à sa façon la suite des événements… Une manière non-conventionnelle de raconter une histoire. A l’image du personnage principal.

Entre caricature et réalisme excessif, De Crecy est un physionomiste hors pair. En quelques traits vifs, fauves, percutants, il dit beaucoup sur la personnalité complexe de ses protagonistes. Regards perçants, faciès improbables, attitudes flirtant avec le Slapstick et la pantomime… De la bonhomie de Gégé au visage sillonné de Léon, chaque portrait raconte le personnage. On lit en eux comme dans un livre ouvert.

leon2-218x300

Rien n’est lisse, rien n’est droit. Un dessin à la limite de l’approximatif, une succession de trait qui laisse libre court à chacun de cerner les formes comme il l’entend (les voit, plutôt). Ce qui fait de De Crecy l’un des rares à se situer dans cet entre-deux de l’exagération et du quasi hyperréalisme (n’oublions pas Blutch).

Le traitement de la couleur est pour le moins expressionniste, en ce sens où celle-ci accompagne ou accentue l’état d’esprit des personnages, l’humeur des situations. Dans Léon la came, le rouge orangé peut être glauque et le vert pâle chaleureux. Une esthétique proche d’un Ensor, en particulier lors de la séquence de délire de Léon…

Bien qu’étant d’un esprit de contradiction, ayant toujours un doute lorsqu’une œuvre ou un artiste ne fasse l’unanimité, je ne peux qu’être totalement d’accord en ce qui concerne De Crecy. Je le considère comme le meilleur dessinateur de bande dessinée contemporaine.

leon3

500 DESSINS

8 commentaires à “Léon la came – De Crecy & Chomet (Casterman, 1995)”


  1. 0 Lunch 9 avr 2013 à 7:54

    Le style graphique est très variable entre les deux planches que tu montres dans ta chronique.
    Je me suis beaucoup plus retrouvé dans la seconde que dans la première, à laquelle j’ai eu plus de difficultés à adhérer ou plutôt qui ne m’a pas aidé à pénétrer l’univers.
    L’accroche a été compliquée mais j’ai au final beaucoup aimé cet album et toutes ces bonnes choses qu’il véhicule.

    Répondre

  2. 1 mitchul 9 avr 2013 à 9:41

    J’ai choisi ces deux planches pour illustrer les deux pôles de l’esthétisme de DeCrecy, tant au niveau du graphisme qu’au niveau des couleurs. Pour ma part, l’un ne va pas sans l’autre et contribue à la richesse de cette oeuvre…
    L’accroche n’est pas simple en effet, et j’aime ça être bouculé !

    Répondre

  3. 2 Chwille 9 avr 2013 à 10:45

    J’avais déjà ce bouquin dans ma To Read List mais là, après t’avoir lu, il remonte en flèche dans le classement ;)

    Répondre

  4. 3 mitchul 9 avr 2013 à 22:34

    C’est une oeuvre qui doit trôner dans toute bibliothèque qui se respecte ! ;)

    Répondre

  5. 4 Bruce 10 avr 2013 à 10:54

    C’est un chef-d’oeuvre et ton article lui fait honneur. Bises.

    Répondre

  6. 5 nantua 14 avr 2013 à 16:57

    Chef d’oeuvre en effet, loin devant les deux épisodes qui ont suivi. je l’ai relu récemment également et la fin est bluffante.

    Dernière publication sur carnet à dessins : L'Odyssée d'Orlando Ruiz

    Répondre

  7. 6 chwille 2 mai 2013 à 9:43

    Ben voilà, par ta faute je viens de dépenser des sous sur Ebay !!! Tu devrais avoir honte va !! ;)

    Répondre

  8. 7 mitchul 2 mai 2013 à 9:51

    Bonne lecture alors ! ;)

    Répondre

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía