Piero – Baudoin (Le Seuil, 1998)

Piero - Baudoin (Le Seuil, 1998) dans Chroniques BD 691175_8863835

Dans cet album, Baudoin nous raconte son enfance, sa complicité créative avec son petit frère, la genèse de sa vocation de dessinateur. Vivant heureux à la campagne, mais à l’écart de tout, les deux frangins se refugient dans le dessin, parfaite porte d’entrée au monde de l’imaginaire. Ils s’inventent des histoires, dans lesquelles ils croisent un extra-terrestre dont le vaisseau spatial ne fonctionne qu’avec des rêves pour carburant…

Cette émulation mutuelle les a amenés, sans s’en rendre compte, à devenir de bons dessinateurs. Seulement, ils ne pourront suivre tous les deux des études dans ce domaine et aussi surprenant que cela puisse être, c’est Piero et non Edmond qui ira aux Beaux Arts de Paris. Cependant, Piero lui transmettra tout son savoir. Mais la réalité aura raison des idéaux de Piero, qui rangera ses dessins dans ses cartons, définitivement (c’est tout de même lui qui a dessiné la couverture !).

« Si Piero arrêtait, qui allait continuer le rêve ? […] Moi, j’ai quitté la comptabilité pour dessiner… pour aller dans le rêve… pour continuer l’enfance… peut-être juste pour faire ce livre… » (Edmond Baudoin)

piero-0 dans Chroniques BD

Baudoin explique dans un bref passage sa découverte fondamentale du pixel. En scrutant une photo de journal à la loupe, il comprit que l’image n’est en fait qu’une succession de points noirs. Cette manière de représenter le réel – non plus par des traits et des lignes qui expliquent, mais uniquement par des taches – l’obsédera toute sa vie. « Depuis notre balcon, Piero continuait à voir le dessin des voitures. Je ne voyais plus que des taches et des reflets. » (Edmond Baudoin)

Qu’il produise des histoires aux formats courts ou longs, de l’intime ou de la fiction, du noir et blanc ou de la couleur, Baudoin ne triche jamais. C’est un sincère, un authentique, qui crée d’abord pour lui (par nécessité ?) plutôt que pour faire plaisir à ses lecteurs. Et c’est ce qui me plait chez lui.

Petit par son format, mais grand par sa sensibilité et sa générosité, Piero est une petite perle, que seul un artiste du calibre de Baudoin peut nous offrir.

572949pierobaudoinp115png

Edmond Baudoin

0 commentaire à “Piero – Baudoin (Le Seuil, 1998)”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía