Archives pour août 2012

Chronique K.BD – Omni-visibilis

Chronique K.BD - Omni-visibilis dans Chroniques K.BD

Ce mois d’aout sur K.bd était placé sous le signe des phénomènes paranormaux. Nous avons vu que le paranormal peut revêtir différentes formes, entre l’obsession morbide de 73304-23-4153-6-96-8, l’onirisme gothique de Courtney Crumrin  et le fantaisisme trash de Homunculus. Terminons notre périple avec le burlesque paranoïaque de Omni-visibilis.

Une synthèse faite par mézigue.

logoov dans Chroniques K.BD

Lire l’article

Piero – Baudoin (Le Seuil, 1998)

Piero - Baudoin (Le Seuil, 1998) dans Chroniques BD 691175_8863835

Dans cet album, Baudoin nous raconte son enfance, sa complicité créative avec son petit frère, la genèse de sa vocation de dessinateur. Vivant heureux à la campagne, mais à l’écart de tout, les deux frangins se refugient dans le dessin, parfaite porte d’entrée au monde de l’imaginaire. Ils s’inventent des histoires, dans lesquelles ils croisent un extra-terrestre dont le vaisseau spatial ne fonctionne qu’avec des rêves pour carburant…

Cette émulation mutuelle les a amenés, sans s’en rendre compte, à devenir de bons dessinateurs. Seulement, ils ne pourront suivre tous les deux des études dans ce domaine et aussi surprenant que cela puisse être, c’est Piero et non Edmond qui ira aux Beaux Arts de Paris. Cependant, Piero lui transmettra tout son savoir. Mais la réalité aura raison des idéaux de Piero, qui rangera ses dessins dans ses cartons, définitivement (c’est tout de même lui qui a dessiné la couverture !).

« Si Piero arrêtait, qui allait continuer le rêve ? […] Moi, j’ai quitté la comptabilité pour dessiner… pour aller dans le rêve… pour continuer l’enfance… peut-être juste pour faire ce livre… » (Edmond Baudoin)

piero-0 dans Chroniques BD

Baudoin explique dans un bref passage sa découverte fondamentale du pixel. En scrutant une photo de journal à la loupe, il comprit que l’image n’est en fait qu’une succession de points noirs. Cette manière de représenter le réel – non plus par des traits et des lignes qui expliquent, mais uniquement par des taches – l’obsédera toute sa vie. « Depuis notre balcon, Piero continuait à voir le dessin des voitures. Je ne voyais plus que des taches et des reflets. » (Edmond Baudoin)

Qu’il produise des histoires aux formats courts ou longs, de l’intime ou de la fiction, du noir et blanc ou de la couleur, Baudoin ne triche jamais. C’est un sincère, un authentique, qui crée d’abord pour lui (par nécessité ?) plutôt que pour faire plaisir à ses lecteurs. Et c’est ce qui me plait chez lui.

Petit par son format, mais grand par sa sensibilité et sa générosité, Piero est une petite perle, que seul un artiste du calibre de Baudoin peut nous offrir.

572949pierobaudoinp115png

Edmond Baudoin

Omni-visibilis – Bonhomme & Trondheim (Dupuis, 2010)

Omni-visibilis - Bonhomme & Trondheim (Dupuis, 2010) dans Chroniques BD omni-visibilis-couverture

Trondheim nous démontre une nouvelle fois qu’il est un formidable créateur d’histoire. D’un postulat des plus absurdes, il sait en tirer un scénario qui monte crescendo dans la dinguerie, mais qui demeure cohérent de bout en bout. Il sait comme personne aller au bout d’une idée simple, la triturer dans tous les sens, la mettre dans ses retranchement, lui apportant un rythme soutenu, sans jamais pour autant tomber dans le n’importe quoi et de fait, lasser le lecteur.

On est entrainé du début à la fin dans cette folle aventure d’Hervé, un loser (misogyne et obsédé par la propreté) qui se rend compte un beau jour que : « Tout le monde voit ce que je vois. Tout le monde entend ce que j’entends. Tout le monde sent ce que je sens. Sale journée… ». S’en suis alors une course poursuite effrénée dont il est le gibier. Tous voulant s’accaparer et profiter du phénomène (ses potes, ses voisins, son ex et même les services secrets des grandes puissances)…

958278omni dans Chroniques BD

De ce qui n’aurait pu être qu’une succession de scènes décousues, dans un registre loufoque et fantastique, Trondheim nous offre une réelle critique sociale, dénonçant le voyeurisme ambiant et la vénalité de ses contemporains.

Le graphisme de Bonhomme convient assez bien à l’histoire. Contraste réussit entre une ligne-claire vive et expressive, des mises en pages dynamiques et une bichromie aseptisée, faite de bleu pale et de blanc.

Parabole sur notre monde actuel – fait de blogueurs, face-bookeurs et autre twitteurs, ou la télé réalité prend le pas sur la fiction, ou le banal devient grandiloquent, ou les petites préoccupations de l’intime se transforment en spectacle – Omni-Visibilis est un album à l’humour grinçant, un miroir qui nous renvoi à nos propres travers d’ « homo-visibilis » !

ov-1

Premières nouvelles de l’Apocalypse…

Premières nouvelles de l'Apocalypse... lapocalypse_logo

Un lettrage qui ressemble beaucoup à l’autre…

Jean Christophe Menu est un homme qui ose. Un gars qui possède de telles ressources que ça force le respect… Il l’avait annoncé, il l’a fait ! L’Apocalypse (sa nouvelle structure éditoriale) fera ses premières armes en septembre, avec une première fournée de trois ouvrages, qui ne seront pas que bandes dessinées. Fidèle à sa ligne de conduite, qui est d’explorer l’art de l’édition livresque, tout en bousculant les frontières entre les disciplines, on trouvera dans cette première livraison : une bande dessinée relativement classique, une œuvre de narration picturale et un recueil de textes sans images.

9782367310039_0-218x300

Sortie prévue pour le 14 septembre…

Il n’est pas étonnant de voir Menu accrocher Topor à son catalogue, car qui d’autre que Roland incarne cette idée d’ouverture, qui a aussi sublimement triturer les frontières, plus encore, qui ne faisait aucune catégorisation, libre dans tous les domaines, choisissant son médium en fonction de ses humeurs, de ses envies, de ses désirs…

En tant que « presque-toporologue-amateur », mais surement amateur de l’œuvre de Roland, voir Menu rééditer ce recueil d’aphorismes de Topor (sorti en 1992, épuisé et jamais réédité) me fait bien plaisir. On n’éditera jamais assez de Topor !

Extraits : « Le temps est aussi pollué que l’espace. Je viens de passer un sale quart d’heure qui m’a convaincu.« 

« Lève-toi et rampe. »

metamune-206x300

Nouvel album de Menu prévu pour novembre…

Dans son communiqué de presse, Menu explique que le nom d’Apocalyspe avait été la première idée de nom à la revue Labo. Menu est toujours ancré dans son passé. C’est ce que j’apprécie aussi chez lui : cette quasi-obsession à inscrire tout ce qu’il fait dans une généalogie. En particulier avec le Futuropolis originel, qui aura fortement contribué à l’essor de cette génération d’auteurs-éditeurs créateurs de l’Association. Très logiquement, L’Apocalypse est parrainé par Etienne Robial.

apo

BLDD


Visiteurs

Il y a 4 visiteurs en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía