Archives pour mai 2011

Philippe Katerine (2010)

 

Philippe Katerine (2010) dans Plein les ouies katerine031010

Katerine a depuis ses débuts développé un univers particulier, où l’absurdité de ses textes côtoie des arrangements « variété-rock » de très bonne facture. Sa musique fait un grand écart réussi entre alternatif et commercial. De Je Vous Emmerde à Parlez-Vous Anglais Mr Katerine ?, de Luxor J’Adore à Poulet n° 728120, ses chansons sont de véritables perles d’absurdité, dont on ne sait s’il faut les prendre au premier, deuxième ou trente-sixième degré.

Dans ce dernier album, il pousse l’absurdité au summum et frôle le conceptuel, tendance Dada et Art Naïf. Les mots ne sont plus essentiels pour dire des choses. Il signifie beaucoup par ces textes minimalistes : Bla Bla Bla est une ode à ceux qui parlent pour ne rien dire, Moustache aborde les thèmes du désir et de la frustration qui en découle, Musique D’Ordinateur nous rappelle que nous sommes envahis et conditionnés par les nouvelles technologies, etc.

Il s’amuse avec le rythme des phrases (La Banane), des mots (Philippe), des syllabes (Le Rêve), des lettres (Les Derniers Seront Toujours Les Premiers), du souffle (Moustache), des accords (La Musique)… Katerine fait même de la politique avec La Reine d’Angleterre, Liberté ou Juifs Arabes.

La forme est en parfaite adéquation avec le fond, à l’image de Bien Mal qui ne pouvait mieux convenir qu’avec cette musique tantôt rythmée, tantôt neurasthénique « à la Pink Floyd ». La qualité des arrangements et la richesse des mélodies ont de quoi rendre jaloux bon nombre de chanteurs et chanteuses de la scène française actuelle…

Mais j’arrête là, car l’erreur serait d’intellectualiser un album d’une grande sensibilité – qui n’a pas besoin d’explication de texte pour être apprécié à sa juste valeur – ou de chercher les motivations d’un artiste qui a simplement beaucoup d’humour et de talent. Salutaire !

Image de prévisualisation YouTube

Katerine Website

Sale temps pour les indépendants

Sale temps pour les indépendants dans Chroniques BD 1306582735

L’année 2011 est une année sombre pour les éditeurs de bande dessinée indépendante.

La crise de l’édition du livre est un des facteurs à prendre en compte. Car si la bande dessinée était un secteur plutôt épargné jusqu’alors, elle souffre ces dernières années des conséquences de cette crise (coût de productions en hausse, concurrence de la diffusion en ligne, etc.) Les petites et moyennes maisons d’édition sont les premières touchées (« c’est toujours le petit qui dérouille », comme on dit cheu mé) et s’en remettent plus difficilement. De plus, la politique impitoyable des grands groupes qui imposent aux libraires un turn-over infernal, ne laisse plus le temps à des ouvrages différents, confidentiels et exigeants de trouver leur public.

Le début d’année ne présageait rien de bon avec la fermeture du comptoir des indépendants. Ce diffuseur indépendant de maisons d’éditions indépendantes (et pas que de bande dessinée d’ailleurs) a du fermer boutique, n’étant plus en capacité de continuer son activité (pour des raisons économiques je suppose). Si certains indépendants se sont regroupés autour de la création de Belles Lettres Diffusion Distribution, d’autres n’ont pu trouver de diffuseur et de fait, sont devenus invisibles, voire inexistants.

La difficulté financière des Requins Marteaux qui, dans une volonté de transparence explique clairement qu’elle doit renflouer 60.000 euros (une somme pour une « petite boite ») n’est non plus une bonne nouvelle. Les Requins Marteaux, par le biais de Ferraille Illustré, est la maison d’édition qui m’a fait entrer, en tant que lecteur, dans l’univers de la « bédé indé ». C’était en 2002, j’y ai découvert des auteurs incontournables tels que Bouzard, Besseron, Winschluss, Rupert et Mulot, Cizo, Druilhe, Mathsap, Blex Bolex, Morvandieu, Guerse et Pichelin, Blanquet, Debeurme, Chaumaz, Sourdrille, Delisle, Killoffer…

De Ferraille, je me suis logiquement aventuré vers le Psikopat, Jade et les éditions 6 pieds sous terre et bien sur Lapin ou l’Eprouvette de l’Association. Sans oublier ensuite les Cornelius, Rackham, Atrabile, Groinge, Fremok et autres Ego comme X

L’association justement, est en crise depuis ce début d’année. Je ne rentrerai pas dans le débat et ne porterai pas jugement sur des personnes et des situations que je ne connais pas. En ce qui me concerne, en tant que lecteur et amateur de leur production, je n’aimerai pas voir se terminer cette aventure éditoriale, véritable fer de lance de la production indépendante. Ce qu’a apporté l’Asso, et ce qui est pour moi la définition même de la « bédé indé », est le fait que ce soient des auteurs qui conçoivent et produisent les livres (pour eux-mêmes ou pour d’autres) et que chaque artiste intervienne de A à Z dans le processus de conception de ses ouvrages.

La démission de JC Menu n’annonce pour autant pas la fin de l’Association, mais cette dernière entre inévitablement dans une nouvelle ère. J’espère qu’elle conservera les qualités qui ont fait et font encore son succès (cohérence de son catalogue, richesse de ses collections, exploration du langage de la bande dessinée, découverte de nouveaux auteurs, réédition de grandes œuvres du patrimoine…) et que le Lapin continuera de sortir sous sa forme actuelle.

Face à cette situation, la meilleure manière de soutenir ces maisons d’éditions – et de défendre une certaine idée de la bande dessinée – est d’acheter leurs livres. Vite.

1306582857 dans Chroniques BD

Initialement prévu dans la collection Shampooing et maintes fois repoussé, le livre L’Association paraîtra finalement en janvier 2012 dans une formule considérablement étoffée grâce à la contribution de tout le monde.

(Comix Pouf!)

 

Happy Living – Jean-Claude Götting (Delcourt, 2007)

Happy Living - Jean-Claude Götting (Delcourt, 2007) dans Chroniques BD 1305734107

Un jeune journaliste français du nom de François Merlot s’apprête à terminer un livre sur l’histoire des chansons les plus célèbres du XXème siècle : My Way, Besame Mucho ou Happy Living… Lors de ses investigations aux USA, il rencontre H.G. Slatters, le compositeur de ce standard mondial qui a fait sa fortune, afin de le questionner sur la genèse de sa création. L’auteur présumé de ce Classique lui avoue alors avoir « volé » cette mélodie à Tréviso, un musicien de second plan. Lors d’une soirée de beuverie, ce batteur alcoolique lui a improvisé au piano cette mélodie imparable, qu’il s’est empressé de noter avant de l’oublier. Mélodie dont l’auteur lui-même n’avait plus aucun souvenir une fois dessaoulé. Pris de remords à la fin de sa vie, Slatters missionne Merlot afin de retrouver Tréviso et ainsi réparer cette injustice.

1305734275 dans Chroniques BD

Merlot est une sorte de Tintin moderne qui se laisse balader au rythme de ses recherches. Son enquête sur les traces de Tréviso l’amène à la rencontre de plusieurs personnes (le gérant de l’hotel (clin d’œil à Hitchcock), la serveuse du restaurant avec laquelle il flirt, le fils de Slatters, la fille de Tréviso, d’anciens musiciens et producteurs de jazz…). Il s’immisce dans des histoires de familles déchirées, de vies brisées, où les non-dits sont au cœur des relations. C’est fou tout ce qui a pu se passer comme événements autour de la création de cette chanson, au titre somme toute bien ironique.

1305734438

Cette histoire confronte deux Amériques, celle des années 40 où tout était encore possible, et celle des années 2000 dans laquelle tout est figé. Le graphisme charnel de Götting crée une unité qui rend crédibles les passerelles narratives entre ces deux époques. Götting est un féru de Jazz et ce récit est une aubaine pour lui permettre l’illustrer cet univers haut en couleur. Il maitrise comme jamais l’art du noir et blanc, du clair-obscur, usant d’une palette de gris intenses et contrastés. Son trait épais crée une sorte de ligne-claire expressionniste d’une grande lisibilité, dans laquelle ses formes rondes et stylisées contrastent avec ces effets de matières brutes. Un album d’une grande classe.  

1305734733600x600

Götting.fr

La Fanfare – Avoine, Bridenne & JY (LA Boutique Editions, 2003)

La Fanfare - Avoine, Bridenne & JY (LA Boutique Editions, 2003) 1304703299

Ce recueil de dessins est le fruit de la collaboration entre trois dessinateurs aux styles bien différents, réunis autour d’une thématique commune : la fanfare. Car ces dessinateurs sont aussi musiciens, chacun jouant d’un cuivre, le baryton pour JY et le trombone pour Bridenne et Avoine. De fait, ils maitrisent leur sujet, ça sent le vécu…

1304701057

Bridenne possède un trait lâché et vif, propre au dessin de presse. Il a d’ailleurs travaillé pour l’Echo des Savanes, Pilote, Télérama ou même l’émission « Droit de Réponse » de la grande époque. Hédoniste, la musique est pour lui associée au(x) plaisir(s) de la chair, à l’ivresse de la bonne chair.

1304702782

JY

JY (que je découvre ici) développe lui un style et un humour plus anglo-saxon, à base de non-sens et d’absurdités graphiques. Il joue avec la perspective et la représentation de la 3 D et fait évoluer ses personnages dans un système espace-temps particulier, où la pesanteur ne semble pas exister. Ses personnages flottent dans l’air, comme portés par la musique.

1304702834

(ce dessin d’Avoine n’est pas issu de La Fanfare)

Avoine (découvert avec ces superbes 4èmes de couv’ de Siné Hebdo) nous proposent des dessins plus structurés. Ce gars semble dessiner avec une règle et un compas. Ses formes sont d’une droiture géométrique irréprochable. Ses dessins pourraient paraître froids s’ils n’étaient servis par ce trait épais et charbonneux qui dégage beaucoup d’émotions. Son humour fleure bon le surréalisme à la belge.

1304702985600x600

Humour absurde et poésie graphique sont au rendez-vous dans cet ouvrage. Et si cette Fanfare ne fait pas de bruit, ces dessins là ne passent pas inaperçus ! La musique adoucie les mœurs, mais pas la matière grise.

 

 


Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía