• Accueil
  • > Chroniques BD
  • > Le manchot de la butte rouge (la vie de Victor Levallois) – Stanislas & Rullier (Les Humanoïdes Associés, 2003)


Le manchot de la butte rouge (la vie de Victor Levallois) – Stanislas & Rullier (Les Humanoïdes Associés, 2003)

victorlevallois03a30550.jpg

Je connais Stanislas de référence depuis longtemps, en tant que membre fondateur de l’Association. J’ai déjà croisé son trait dans certaines revues de bandes dessinées ou d’illustrations. Mais j’avoue n’avoir jamais lu un de ses albums avant celui-ci. Il est des noms comme ça qu’on entend depuis longtemps mais qu’on ne connais pas vraiment. Même si ce Victor Levallois n’est pas forcement représentatif de sa production au sein de l’Association, il n’en demeure pas moins son héros phare, créé au début des années 90.

Stanislas nous raconte : « L’idée toute simple de Laurent, est de raconter la vie d’un petit bonhomme de cette fin de 20° siècle : de la dernière guerre à aujourd’hui. Il y a des multitudes d’histoires à raconter. Victor serait tantôt acteur, tantôt témoin d’événements plus ou moins historiques ou même quotidiens.
Avec ces deux premiers albums, il a donc connu la Guerre d’Indochine avec le troisième : la reconstruction industrielle de l’après-guerre. Puis, par exemple, la guerre d’Algérie, le mur de Berlin, un tournage de péplum à Cinecitta, le Swinging London, etc, etc. Mais le plus important dans cette bande dessinée, c’est sa modernité malgré une apparence classique. Victor, est un personnage fondamentalement humain. Il vit des histoires d’amour, il a des problèmes de fric, il peut rencontrer des méchants sympathiques et des gentils antipathiques. »
(PLG n°34, 1998)

victorlevallois03ap30550.jpg

C’est avec un grand plaisir que je me suis plongé dans cet album de facture classique, aussi bien par son format que son style et sa narration. Le manchot de la butte rouge est un album qui s’inscrit dans la tradition des aventures de Tintin, Gil Jourdain, Spirou ou autre Ginger (de Jidéhem) : un héros intègre et hors de tous soupçons (quoique), une ambiance année 50, une enquête policière dans un contexte politique… Stanislas rend son tribu à ce genre de « BD à papa ». Une certaine esthétique de la ligne claire (ce n’est pas anodin s’il a produit Les aventures d’Hergé !), qu’il partage avec bon nombre de ses contemporains, Floch’, Dupuy et Berberian , Joost Swarte, Serge Clerc et autres Yves Chaland… Une lisibilité presqu’infantile, au service d’une histoire aux préoccupations adultes (pas de manichéisme, les personnages sont anbigus).

Février 1951. Retour à la case départ pour Victor Levallois. A 24 ans, le voilà seul, fauché, insomniaque, et obligé d’accepter un boulot de gardien de nuit dans une société d’aéronautique. Sans doute ignore-t-il qu’en ces temps de Guerre Froide, les soldats de l’ombre ont fait de ces bureaux d’études de nouveaux champs de bataille. (4ème de couv’)
Bien que n’ayant pas lu les premiers épisodes de la série (Trafic en Indochine et La route de Cao Bang), je suis rentré pleinement dans cette aventure, qui me donne bien envie de découvrir ces deux premiers, ainsi que le dernier (La ballade des clampins), sorti en 2004.

victorlevallois03av30550.jpg

Interview de Stanislas sur PLG

Stanislas sur Bedetheque

0 commentaire à “Le manchot de la butte rouge (la vie de Victor Levallois) – Stanislas & Rullier (Les Humanoïdes Associés, 2003)”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía