DISSYMETRIES – Koren Shadmi (La Boîte d’Aluminium, 2007)

 1268901962

Il y a plusieurs manières d’acheter une bande dessinée. Soit on sait ce qu’on veut à l’avance, du genre l’album qui nous manque d’un auteur qu’on apprécie, une nouveauté dont tout le monde parle (la presse spécialisé ou autres), le bouche à oreille entre amis… Soit on tombe dessus par hasard (ou par synchonicité, pour reprendre l’idée de Dionnet). Et qu’est ce qui fait qu’on s’arrête sur telle bd plutôt qu’une autre ? Le format,  l’objet livre qu’on a entre les mains, la qualité du papier,le style graphique, le thème, le titre, la maison d’édition, le feeling ?

Je suis tombé par hasard sur cette perle. Dès la couverture, les couleurs, le style, dès que je l’ai feuilleté, en quelques secondes, j’ai su que c’était une merveille. Je ne me suis pas trompé. Je me fis à mon flair, mon intuition, qui avec le temps, s’affine. J’ai développé des radars qui clignotent dès que je trouve un ouvrage susceptible de me plaire. C’est ce que j’aime dans le chinage, le fouinage. Faire ce genre de rencontres impromptues, inespérées, attendues…

J’aime ce plaisir rare de découvrir un grand album d’un grand auteur qui m’étaient jusqu’alors totalement inconnus, sans même en avoir jamais entendu parler, comme c’est le cas pour Koren Shadmi et son Dissymétries.

1268902171_600x600

Après Cours Intérieures, voici un nouveau recueil de nouvelles de l’américain [d’origine israélienne] Koren Shadmi. Bien plus qu’une nouvelle sélection d’histoire, Dissymétries a pour ligne directrice le portraits de personnages cruellement tirés par la folie dans un monde contemporain pourtant d’apparence banalisé. À nouveau, l’auteur sait créer des ambiances intimistes dans une galerie surréaliste… à moins que ce ne soit le contraire. (La gazette du comptoir).

Il y a du Klimt chez Shadmi (voir la couverture). Du Schiele aussi, dans son trait « tordu ». Une esthétique qui m’évoque aussi un Stéphane Blanquet, avec ces ambiances étranges et fantasmagoriques. Entre tranches de vies réalistes et histoires surréalistes, dans lesquelles le fantastique s’immisce dans le quotidien, Koren dresse des portraits plutôt tranchants de ses contemporains. Des hommes et des femmes marchant à côté de leurs pompes (par accident ou depuis longtemps), qui vivent décalés, voire déconnectés de leur environnement. Des thèmes que l’on retrouve également chez Burns ou Tomine (dont il est proche aussi graphiquement, entre ligne-claire et manga). Cet album nous parle de la dissymétrie des sentiments entre les individus, hommes et femmes essentiellement…

Bien que ces références me « sautent aux yeux », Shadmi n’en est pour autant pas un dessinateur de seconde zone. On sent dans son trait une grande maitrise, une grande ambition dans les découpages, les mises en pages et les cadrages. Un auteur de bande dessinée qui a des choses à dire et possède les moyens adéquates pour nous les dire (cliquez sur son site ou Google image à son nom pour vous rendre compte de sa maitrise de la couleur !). Un nouvel auteur à suivre…

1268902102_600x600


http://www.korenshadmi.com/

La Boîte d’Aluminium

0 commentaire à “DISSYMETRIES – Koren Shadmi (La Boîte d’Aluminium, 2007)”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía