BLAST (Vol. I, Grasse Carcasse) – Manu Larcenet (Dargaud, 2009)

 blast.jpg

Un homme est emmené dans une salle d’interrogatoire. On ne sait pas pour quelles raisons, mais d’après la réaction des policiers, ce ne doit pas être joli. Le but de ces derniers est d’amener cet homme, Polza Mancini, à raconter ce qu’il a fait. Ils le savent bien sur, mais veulent entendre sa version, afin de comprendre ce qui l’a poussé à commettre cet odieux crime. Mais attention à ne pas le braquer et qu’il ne s’emmure dans le silence, Mancini est quelqu’un de plutôt perturbé et instable. Cependant, il semble calme, disponible et prêt à se confier aux agents. Commence alors le récit de son périple, son errance dans la ville, l’annonce du décès de son père, son escapade à la campagne, son replis dans la forêt, sa rencontre avec Bojan… Le tout ponctué par la manifestation (recherchée) de ses fameux « Blast ». Larcenet joue subtilement avec les moments de vides, les silences, qui en disent souvent plus que des mots.

b.png

Le personnage principal, au premier abord antipathique, psychotique et asocial, devient de plus en plus sympathique et attachant. On est touché par son parcours, ses souffrances. C’est un homme intelligent, sensible, qui va certes commettre l’irréparable, mais qu’on a envie de suivre… Plutôt que d’attendre (avec je l’avoue, un certain plaisir malsain) de découvrir ce qu’il a pu faire à Sylvie, j’ai envie d’en connaitre plus encore sur lui et le cheminement qui l’a amené à devenir ce monstre.

bl.png

Plastiquement parlant, Larcenet est en pleine possession de son art et s’aventure plus loin encore dans l’expressionnisme, qui illustre à merveille l’âme torturée de Polza. Par l’usage de hachures vives et anarchiques, de contrastes forts, de teintes grises, cendrées ou par des effets de peintures lâchées, tachetées, il arrive à parfaitement représenter la vision glauque que peut avoir Polza du monde qui l’entoure. Les thèmes dessinés sont plutôt naturalistes : la campagne, la forêt, divers animaux : des oiseaux, rapaces pour la plupart (qui rappellent étrangement le père Mancini sur son lit de mort), quelques chiens, des insectes grouillants dans la forêt… Une multitude de symboles qui annoncent l’errance, la quête, la métamorphose, la mort…

blas.png

Larcenet se réfère également au cubisme, pour la stylisation de la ville en cubes et triangles. D’ailleurs, au fil du récit, les maisons deviennent moins stylisées, plus détaillées, plus précises, comme si Polza prenait plus conscience de ce qui l’entoure… Référence aussi à l’action painting de Pollock (voir les planches représentant la lune au travers des branches), ainsi qu’à l’Art Brut, lorsqu’il illustre les « Blast » par des dessins d’enfants en couleurs, et même l’Art primitif, avec la présence du Moaï. Des références maitrisées (l’ensemble de l’album est d’une formidable cohérence esthétique) qui ne sont ni fortuites, ni gratuites. A chaque fois, elles viennent à propos dans le déroulement de l’histoire. Ce premier volume de Blast est un grand album, qui laisse impatient de lire la suite…

larcenenetblastblast.jpg

3 commentaires à “BLAST (Vol. I, Grasse Carcasse) – Manu Larcenet (Dargaud, 2009)”


  1. 0 nantua 4 avr 2010 à 15:00

    je viens de le terminer à l’instant. Quelle claque ! Et ce dès la première vignette. Un album sombre et lourd. Totalement d’accord avec toi sur l’analyse de son graphisme. Il progresse d’album en album . J’ai hâte de lire la suite !

    Dernière publication sur carnet à dessins : Le grand air

    Répondre

  2. 1 mitchul 4 avr 2010 à 16:39

    C’est pour l’instant ce qu’il a fait de mieux. En espérant que le deuxième volume soit meilleur encore…

    Répondre

  3. 2 Mo' la fée 24 juin 2010 à 11:01

    Egalement impressionnée sur la qualité des dessins et leur variété. De belles ambiances graphiques et réellement Larcenet me laisse scotchée ! Après, pour le récit, j’attends vraiment de voir la suite et voir si la série tient ses promesses. A suivre en tout cas

    Répondre

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

Mag’ & revues disponibles…


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía