Soluto, peintures & dessins (Galerie des Artistes, 2015)

soluto expo

N’ayant pu me rendre à une exposition de Soluto qui avait eu lieu à Dieppe il y a deux ans, j’ai enfin pris ma revanche en ce début juillet grâce à la Galerie des Artistes (Paris 20ème), où j’ai pu enfin admirer ses œuvres (dommage de n’avoir pu me rendre au vernissage). Et prendre ainsi la pleine mesure de ses compositions, ses techniques employées, ses choix esthétiques. Observer son trait, saisir son geste…

 solutogalerie

Belle rencontre avec Stéphane Gamain, un galeriste comme on aimerai en voir plus souvent. Échanges passionnant avec un passionné, excellent dessinateur au demeurant. Son lieu est superbe, beau, sans fausse modestie. La mise en scène est bien pensée, le sous-sol voûté, espace intimiste s’il en est, donne la part belle au Soluto dessinateur de « Vies à la ligne » (mis en valeur par un superbe accrochage), alors que ses grandes toiles avaient besoin de l’espace lumineux de la grande salle pour s’épanouir et nous en mettre plein les mirettes.

solutopaysage

Ses couleurs sont splendides (gouache pour les portraits et acrylique pour ses grandes compositions, si jeune Mabuse). J’aime ce travail de la matière, très charnelle, cette parfaite maîtrise des contrastes chaud-froid, en particulier dans l’un de ses paysages urbains (ci dessus) où les bleus nuits crépusculaires se confrontent aux orangés lumineux. Magnifique. Ses paysages et ses portraits partagent cette exigence d’un rendu tout à la fois réaliste et expressionniste. Ses teintes parfois fauves en disent long sur les sujets représentés. Je suis surpris par les colories qui sont quasi les mêmes que ceux de ses reproductions. Ce qui ne m’étonnes pas, venant d’un perfectionniste comme lui. Stéphane me confirme ce que je savais déjà, Soluto travaille essentiellement d’après ses propres photos. Ce qui explique cette approche quasi hyperréaliste, cette précision dans les attitudes, les regards, les gestes…

solutosalle

Je remercie encore Soluto et Stéphane pour cette superbe exposition, point d’orgue d’une bien belle journée.

Soluto

Bighead – Jeffrey Brown (6 pieds sous terre, 2005)

Bighead_26082005

Je ne connaissais pas Jeffrey Brown avant de découvrir ce Bighead (à part un article lu sur le blog Adventures in lo-fi). Un auteur américain qui œuvre dans l’alternatif depuis toujours, créateur de fanzines et adepte du « fais le toi-même ». Pas étonnant qu’il soit édité pour la première fois en France chez Six-pieds sous terre…

Brown revisite le mythe du super héros et s’approprie les codes narratifs et les gimmicks des comics bien de chez lui (couverture avec titre accrocheur, encart publicitaire pour le fan-club, épisodes croisés…) pour mieux parler des freaks, des losers, des nazes qui peuvent malgré tout être des héros. Proche d’un Joe Daly avec son Dungeon Quest, ils partagent cette approche décalée (voire déviante) et pourtant respectueuse d’un genre qu’ils aiment par dessus tout (super-héros ou héroic-fantasy). Ce qui les différencie, c’est la dimension autobiographique qu’insuffle Brown. Bighead, c’est lui. Son double à peine déformé, qui lui permet de régler ses comptes avec pas mal de griefs personnels, lâcher les vannes et assouvir quelques fantasmes.

S’il a parfois la grosse tête, Bighead est peu sur de lui. Il doute, mais n’est pas un lâche. Il ne se défile jamais et affronte un super ennemi à chaque chapitre (le Frappeur, Séductricia, Power Tradeur et son « alter-méchant » Smallhead). Certains pourraient facilement devenir de supers amis (la Chevelue, Crabby…), à l’exception du British, son pire ennemi qui lui a volé Rebessica, l’amour de sa vie.

Tout ce petit monde évolue dans un système espace-temps indéfini, au décors variés (dans un appartement, dans la rue, forêt, désert égyptien, sur la lune…). Un corpus abstrait qui évoque un espace mental, évidement celui de Brown lui-même. Beaucoup de dialogues et peu d’action, Brown semble plus intéressé à exposer les situations et présenter les personnages que de décrire les scènes de combats. Aussi malin que son héros, il use de nombreuses ellipses pour nous laisser imaginer les combats à sa place. Son graphisme est « typically underground » : cases faites à main levée, hachures baveuses et mouvements excessifs. Ces formes approximatives aux raccourcis improbables me font penser au Bouzard de Plageman, ainsi qu’à Thon, un dessinateur qui œuvrai il y a une dizaine d’année dans le Psikopat.

Lire les tribulations de losers n’est pas toujours flatteur pour notre ego. Pourquoi s’identifier à ces personnages de seconde zone dont les limites nous revoient aux nôtres ? C’est qu’ils nous permettent de combattre un sentiment terrible et destructeur, la honte. En effet, pourquoi avoir honte de nos faiblesses, de nos failles, surtout lorsqu’elles sont plus nombreuses que nos qualités. Apprécier ces losers, c’est accepter nos imperfections. La faiblesse peut être une force, c’est ce paradoxe que nous enseignent Jeffrey Brown et son Bighead.

bh094fr

Les nouveaux Mystères – Jake Raynal (Audie, 2015)

raynal lnm

Je lis Jake Raynal depuis ses débuts dans Psikopat et Fluide, soit depuis une bonne vingtaine d’années. J’ai de suite apprécié son graphisme hyperréaliste et contrasté, plutôt éloigné du style humoristique des périodiques d’ « Umour et Bandessinées » sus-cités. Maître incontesté du noir et blanc stricte, le passage à la couleur n’enlève rien à la puissance de ses compositions. Il est aussi le scénariste du strip « Francis le blaireau » avec Claire Bouilhac aux dessins, un summum de l’humour noir et sans concessions. Attiré par les mystères de notre monde, qu’il scrute de son regard acéré pour mieux en souligner les absurdités (Combustion spontanée, Esprit frappeur…), Raynal compile dans cet album des dossiers récemment pré-publiés et nous offre d’autres inédits.

Lors d’un échange/dédicace, il m’explique qu’il est arrivé dans l’équipe de Fluide tel un ovni. Ses influences au sein de la rédaction se limitent à Goossens et Foerster (et bien entendu Maître Gotlib), avouant peu connaître les autres. Son back-ground lui vient des auteurs anglo-saxons, Kirby, Miller, Campbell et surtout Mignola, entre autres. Sans oublier les argentins et les italiens… Il dessine essentiellement d’après photos d’archives, ce qui lui demande un vrai travail de documentation. Et cela se ressent dans son traitement réaliste et hyper précis, qui apporte un contre point sérieux à une approche pour le moins loufoques. Cet humour froid et distancié sied à merveille pour dénoncer et dédramatiser les dérives de notre temps : hystéries collectives, théories du complot, effets de la mondialisation…

Les thèmes et théories scientifiques, économiques ou climatologiques auxquelles se réfère Raynal sont authentiques et vérifiables. C’est le ton sarcastique (avec des chutes souvent connes) et son sens de la synthèse – appuyé par une parfaite maîtrise de l’ellipse – qui génère cette dimension absurde et apporte un intérêt certain à des concepts pour le moins abscons. Merci Monsieur Raynal de nous apporter la lumière sur ces forces obscures qui nous gouvernent.

raynal lnm2

Rencontres…

fluidemyself

Une belle moisson de dédicaces en cette année 2015. Je précise une nouvelle fois que ce sont les occasions qui ont fait le larron. Et je ne peux que remercier mes camarades libraires pour leurs bonnes initiatives et leurs bons goûts !

salch

Ça commence mal fin février, Fred du Grand nulle part et Mickael du Rêve de l’escalier invitent Eric Salch un jour où je ne suis pas disponible. Tant pis. Du coup, j’écris un article sur son superbe Les meufs cool et inaugure une nouvelle pratique, la dédicace par procuration. C’est Fred qui a fait le lien avec le sieur Salch et l’en remercie encore… J’avoue apprécier grandement son commentaire car oui, je suis fan!

 domA

C’est le Dominique A écrivain que nous croisons avec des amis après une belle conférence à l’Armitière, lors d’une petite séance de dédicace bien sympathique. Je le remercie pour ce qu’il m’apporte et lui demande si on pourrait se boire un verre avec l’ami Jeff après le concert. Ça aurait été avec plaisir, mais ils repartaient la nuit en bus pour Bruxelles. Pas grave, ce sera pour la prochaine fois ! Lors de sa tribune, Dominique nous raconte une anecdote. Alors qu’il rejoignait un animateur qui œuvrai sur une adaptation chorégraphique de ses chansons avec un groupe d’ados, il est fasciné de voir ces jeunes improviser une danse libre et virtuose. Il leur explique qu’il est surpris de les voir en transe sur sa musique. Ces derniers lui répondent que ce n’est pas sur sa musique qu’ils dansent, mais sur ses mots. Une révélation. Depuis, il se considère comme auteur plutôt que musicien. A la lecture de Regarder l’Océan, cela ne fait aucun doute.

 sirou

Le havrais Sirou expose à Rouen de manière confidentielle. Heureusement que Fred et Olivier ont mis une affiche chez eux, sinon je serai passé à coté. Comme je l’ai déjà dit, j’aime ce que fait Sirou. Du coup je vais voir l’expo le dernier jour, organisée par l’association « Collectif d’en face » qui a bien fait les choses. Je ne l’ai donc pas croisé, dommage… Mais l’un des organisateurs me propose de lui laisser mon album Presqu’ïle (dans lequel il relate son aventure rouennaise), ce qui me permet d’effectuer une deuxième dédicace par procuration. Je suis prêt à accepter de te confier mon apparte Sirou, après en avoir parlé avec ma femme…

 uleandri

Pierre-Julien de la librairie Funambules a eu la bonne idée d’inviter trois auteurs incontournables de Fluide Glacial, histoire de marquer le coup pour les 40ans de la revue de Marcel. L’occasion pour moi de rencontrer enfin Maître Léandri (dont la prose m’influence encore et toujours) et me faire dédicacer son superbe ouvrage « On enterre bien les Dinky Toys ». J’en profite pour lui dire tout le bien que je pense de lui (il est mon nouvelliste préféré avec Olivier Ka) et me procure la suite de ses mémoires « Nous nous sommes tant marrés », que j’ai dévoré d’une traite. Je n’ai pas eu de gribouille du sieur Mo/Cdm (trop de monde), mais je suis bien content d’avoir pu discuter avec Jake Raynal, un dessinateur que j’apprécie depuis des lustres. En particulier cette dernière série des « Nouveaux Mystères », un pic de l’humour noir absurde et distancié ! Je n’avais pas le temps de leur proposer d’aller boire un verre après la séance, tant pis, ce sera pour une prochaine fois… Il y aura d’autres occasions, c’est sûr.

383727raynal

Mille parages – Simon Hureau (La boîte à bulles, 2014)

mille parages

Découvert également dans le Lapin troisième version, j’ai de suite adhéré à la sensibilité de Simon Hureau, à son graphisme semi-réaliste contrasté (les décors et objets sont précis et détaillés alors que ses figures sont légèrement caricaturales). Un dessinateur-bourlingueur qui nous raconte par l’anecdote ses divers voyages et rencontres (au Burkina Faso, Togo, Florence, Casablanca, Reims…). De courtes histoires réalisées sur une dizaine d’année (parues entre autres dans Ego comme X ou Gorgonzola) dans lesquelles il se met en scène, carnet à la main. Dessiner lui permet d’installer une distance sur les choses qu’il vit. Même si parfois, cela attire les regards et lui fait perdre sa tranquillité.

Mille parages est un ouvrage à la forme particulière : à la fois récit d’aventure en bande dessinée s’appuyant sur une découpage séquentiel plutôt classique, carnet de voyages avec ces dessins faits sur le vif et BD de reportage avec un point de vue subjectif assumé sur les mœurs et coutumes des pays qu’il visite. Moins introspectif et nombriliste qu’un Craig Thompson, Simon Hureau s’attache à retranscrire ce qu’il découvre, en y insufflant une bonne dose de poésie, sans pour autant se « confesser » sur ce qu’il ressent. Il fourni un vrai travail d’observation, ayant une attirance certaine pour les insectes, l’inscrivant dans la lignée des dessinateurs naturalistes d’antan.

Son dessin n’est pas au service d’une histoire, il est au cœur même de sa narration, rendant ainsi compte de son propre processus créatif, tant les sujets qu’il croise (personnes, animaux, végétaux, objets…) ne semblent pour lui que des motifs à croquer. Seul ou accompagné, il aime partir à l’aventure (dormir à la belle étoile ou marcher dans des contrées inconnues) pour découvrir, trouver de la matière à dessiner et ainsi s’approprier ce qui l’entoure. De fait, grâce au dessin, il n’est jamais vraiment perdu ou déboussolé, toujours un peu partout chez lui.

Simon Hureau nous démontre ici que l’exercice du carnet de voyage n’a pas fini d’être subtilement exploré. On attend la suite avec impatience…

milleparages0105

12345...103

Visiteurs

Il y a 4 visiteurs en ligne

Du beau, du bon, des bds…

Du beau, du bon, des bds…

Mag’ & revues disponibles…

couv_franky_der1


DuffDes!gn |
Le peuple des couleurs |
ateliers enfants |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -
| Electivo Fotografía